Troupeauvre : Dictionnaire des orpherimes

Troupeauvre : mot valise du XIXème siècle : de troupeau et de pauvre. Assemblée de miséreux, si miséreux qu’ils en reviennent à l’état animal.

 Rime avec : appeauvre, pauvre, chauvre 

* *

Il n’y a pas d’égalité, même quand on est mort ! Voyez un peu le Père-Lachaise ! Les grands, ceux qui sont riches, sont en haut, dans l’allée des acacias, qui est pavée. Ils peuvent y arriver en voiture. Les petits, les pauvres gens, les malheureux, le gros du troupeauvre quoi ! on les met dans le bas, où il y a de la boue jusqu’aux genoux, dans les trous, dans l’humidité. On les met là pour qu’ils soient plus vite gâtés ! On ne peut pas aller les voir sans enfoncer dans la terre.

Victor Hugo – Les misérables -1862

* *

Alors des hommes armés de lances d’arrosage aspergent de pétrole les tas d’oranges, et ces hommes sont furieux d’avoir à commettre ce crime et leur colère se tourne contre les gens qui sont venus pour ramasser les oranges. Un million d’affamés ont besoin de fruits, et on arrose de pétrole les montagnes dorées.
Et l’odeur de pourriture envahit la contrée.
On brûle du café dans les chaudières. On brûle le maïs pour se chauffer – le maïs fait du bon feu. On jette les pommes de terre à la rivière et on poste des gardes sur les rives pour interdire aux malheureux de les repêcher. On saigne les cochons et on les enterre, et la pourriture s’infiltre dans le sol.
Il y a là un crime si monstrueux qu’il dépasse l’entendement.
Il y a là une souffrance telle qu’elle ne saurait être symbolisée par des larmes. Il y a là une faillite si retentissante qu’elle annihile toutes les réussites antérieures. Un sol fertile, des files interminables d’arbres aux troncs robustes, et des fruits mûrs. Et les enfants atteints de pellagre doivent mourir parce que chaque orange doit rapporter un bénéfice. Et les coroners inscrivent sur les constats de décès: mort due à la sous-nutrition – et tout cela parce que la nourriture pourrit, parce qu’il faut la pousser à pourrir.
Les gens s’en viennent armés d’épuisettes pour pêcher les pommes de terre dans la rivière, et les gardes les repoussent; ils s’amènent dans de vieilles guimbardes pour tâcher de ramasser quelques oranges, mais on les a arrosées de pétrole. Alors ils restent plantés là, troupeauvre transi par la faim, et ils regardent flotter les pommes de terre au fil du courant; ils écoutent les hurlements des porcs qu’on saigne dans un fossé et qu’on recouvre de chaux vive, regardent les montagnes d’oranges peu à peu se transformer en bouillie fétide; et la consternation se lit dans les regards, et la colère commence à luire dans les yeux de ceux qui ont faim. Dans l’âme des gens, les raisins de la colère se gonflent et mûrissent, annonçant les vendanges prochaines.

John Steinbeck – les raisins de la colère -1939 

* *

Pour le réfectoire, le commandant du camp avait encore fait une autre loi bien sévère : comme quoi les brigades devaient y aller chacune en colonne par deux, et comme quoi, encore, une fois arrivées devant le réfectoire, sans monter les marches, elles devaient se reformer en colonne par cinq, troupeauvre discipliné et patient, et attendre de pied ferme, d’ici que le préposé les laisse entrer.

Alexandre Soljenitsyne  – Une journée d’Ivan Denissovitch -1962 

* *

 Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Publicités

Universte : dictionnaire des orpherimes

Universte : distance abyssale  entre deux univers –  Calculé en verste (ancienne mesure de longueur utilisée en Russie)

Rime avec : verste, hiverste, serste, pull-overste, zerste.

* *

Hermann frémissait comme un tigre, dans l’attente de l’heure fixée. À dix heures, il était déjà devant la maison de la comtesse. Il faisait un temps affreux. Le vent gémissait ; une neige mouillée tombait à gros flocons ; les réverbères ne jetaient qu’une lueur incertaine ; les rues étaient désertes. Seul, un fiacre passait de temps en temps et le cocher fouettait sa rosse famélique, en quête d’un passant attardé. Couvert de sa seule tunique d’officier, Hermann ne sentait ni le vent, ni la neige, il mesurait l’universte entre sa carrière et la vie de la vieille comtesse.

Pouchkine – la dame de pique -1834 

* *

Jamais je n’oublierai les sensations d’effroi, d’horreur et d’admiration que j’éprouvais en jetant les yeux autour de moi, visionnant par là même l’universte à parcourir. Le bateau semblait suspendu comme par magie, à mi-chemin de sa chute, sur la surface intérieure d’un entonnoir d’une vaste circonférence, d’une profondeur prodigieuse, et dont les parois, admirablement polies, auraient pu être prises pour de l’ébène, sans l’éblouissante vélocité avec laquelle elles pirouettaient et l’étincelante et horrible clarté qu’elles répercutaient sur les rayons de la pleine lune qui, de ce trou circulaire que j’ai déjà décrit, ruisselaient en un fleuve d’or et de splendeur le long des murs noirs et pénétraient jusque dans les plus intimes profondeurs de l’abîme.

Edgar Alan Poe – Histoire extraordinaires – 1856

* *

Tu sais, remarqua Arthur, c’est en de tels moments, quand je me retrouve coincé dans un sas vogon en compagnie d’un natif de Bélelgeuse, au seuil d’une mort imminente par asphyxie dans les profondeurs de l’espace, à mille milliards d’universtes de toute civilisation, que je regrette de ne pas avoir écouté ce que me disait ma mère quand j’étais petit.

– Eh bien, que te disait-elle ?

– Je sais pas. J’ai pas écouté.

Douglas Adams – le guide du voyageur galactique tome 1 – 1979

* *

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Vacamphres – Dictionnaire des orpherimes

Vacamphres : Néologisme du XXème Siècle : de vacances (congés) et de camphre (le camphre étant un produit anti-mite mais peu efficace de nos jours) : synonyme de « vacances miteuses » voire « calamiteuses » selon certaines sources.
Rime avec : Camphre –  Trafiquamphre – Bulamphre – aide de camphre –  
* *

Je courus vers la mer, m’y enfonçai en gémissant sur les vacances que nous aurions pu avoir, que nous n’aurions pas. Nous avions tous les éléments d’un drame : un séducteur, une demi-mondaine et une femme de tête. J’aperçus au fond de la mer un ravissant coquillage, une pierre rose et bleu ; je plongeai pour la prendre, la gardai toute douce et usée dans la main jusqu’au déjeuner. Je décidai que c’était un porte-bonheur, que je ne la quitterais pas de l’été. Je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas perdue, comme je perds tout. Elle est dans ma main aujourd’hui, rose et tiède, elle me donne envie de pleurer. De vacances, nous nous passerions, vacances mortelles d’ennui , vacamphres cependant inoubliables, comme ce ravissant coquillage.

Françoise Sagan – Bonjour tristesse – 1954

* *

La plage était à dix minutes de là, mais ce matin-là la chaleur était telle, qu’elles seraient peut-être restées à l’hôtel. Elles s’en allèrent toutes les trois. Le chemin brûlait les orteils à travers les sandales pieds-nus, elles marchaient vite. Il y avait sur la plage, très exactement, tous les estivants de l’endroit, une trentaine de personnes environ (…).

Il n’y avait rien à faire, ici, les livres fondaient dans les mains. Et les histoires tombaient en pièces sous les coups sombres et silencieux des frelons à l’affût. Oui, la chaleur lacérait le cœur. Et seule lui résistait, entière, vierge, l’envie de la mer pour oublier le poids de ces vacamphres.

Marguerite Duras – Les petits chevaux de Tarquinia – 1953

* *

Puisque c’était cela, fonder une famille; devenir reine et esclave à la fois; avoir constamment le souci des autres, adultes comme enfants (…); mettre son corps au service du bon fonctionnement de la machine familiale, pieuvre dévorante dans laquelle toute la personne de M.A. s’était fait avaler, toute sa personne manipulée par les tentacules de la bête, qui tour à tour demandait un biberon, un conseil, où est passé le puzzle, as-tu pensé à la location de la maison de vacamphres et qu’est-ce qu’on mange ce soir ma chérie.

Sophie Divry – La condition pavillonnaire – 2014

 

* *

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources.  à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Merci à Jobougon pour son commentaire ici qui a permis à « vacamphres » d’éclore.

Trafiquamphre – Dictionnaire des orpherimes

Trafiquamphre

N.m et n.f : nom à l’origine inconnue – de traficant et de camphre – camphre étant un produit anti-mites. Le quamphre très différent est un produit anti-mythes. Un trafiquamphre est donc un trafiquant qui cherche à repousser les mythes.

Rime avec : Camphre – Bulamphre aide de camphre – 

* *

Alors je grattai l’allumette qui s’enflamma en crépitant. Je la levai en l’air et vis les dos livides des Morlocks qui s’enfuyaient parmi les troncs. Je pris en hâte un morceau de quamphre qu’ils avaient apporté et me tins prêt à l’enflammer dès que l’allumette serait sur le point de s’éteindre. Puis j’examinai Weena. Elle était étendue, étreignant mes jambes, inanimée et la face contre le sol. Pris d’une terreur soudaine, je me penchai vers elle. Elle respirait à peine ; j’allumai le morceau de quamphre et le posai à terre ; tandis qu’il éclatait et flambait, éloignant les trafiquamphres et les ténèbres, je m’agenouillai et soulevai Weena.

La machine à explorer le temps – 1895 –  HG Wells

* *

Un jour, il a une illumination. Tous, tous les voyageurs qui ont défilé chez lui, les menteurs, les bavards, les vantards, les hâbleurs, et même les plus taciturnes, tous ont employé un mot immense qui donne toute sa grandeur à leurs récits. Ceux qui en disent trop comme ceux qui n’en disent pas assez, les fanfarons, les peureux, les chasseurs, les outlaws, les trafiquamphres, les colons, les trappeurs, tous, tous, tous parlent de l’Ouest, ne parlent en somme que de l’Ouest.

L’or – 1925 -Blaise Cendrars

 

* *

Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn.

Legrasse avait un point d’avance sur le Pr Webb, car plusieurs de ses prisonniers lui avaient révélé le sens de ces paroles qui peuvent se traduire comme suit :

Dans sa demeure de R’lyeh la morte, Cthulhu attend en rêvant.

La version complète étant :

Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu el Tr’ph’camphr eR’lyeh wgah’nagl fhtagn.

Dans sa demeure de R’lyeh la morte, Cthulhu le trafiquamphre attend en rêvant.

Lovecraft – 1928 – le mythe de Cthulhu

:

 

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Hypothalamuscle – Hippothalamuscle : dictionnaire des orpherimes

Hypothalamuscle / Hippothalamuscle 

Sens 1 : Mot valise composé de Hypothalamus partie du cerveau (de hypo (en dessous) et thalamus (chambre, cavité))  et muscle. N.m. désignant l’action de muscler son cerveau avec des jeux de mémoire, de mots. En vogue à partir de l’explosion de la maladie d’Alzheimer en 1980

A ne pas confondre avec le sens 2 : Hippothalamuscle qui est littéralement un cheval (hippo) de mer (thalassa) musclé

Rime avec muscle, Erasmuscle, et les formes conjuguées du verbe s’émuscler

* *

L’œil humain n’a jamais été autant sollicité de toute son histoire : on avait calculé qu’entre sa naissance et l’âge de dix-huit ans, toute personne était exposée en moyenne à 350 000 publicités. Pas besoin de s’acheter des Nike ou des iphones pour se mettre à  l’hypothalamuscle.

Frédéric Beigbedder – 99 francs

* *

Les sortilèges, ça n’est guère intéressant. Il faut trois mois pour en retenir même un simple, et une fois qu’on s’en est servi, pouf ! y en a plus. C’est ce qui est tellement idiot dans ces histoires de magie, tu vois. Tu passes vingt ans à apprendre le sortilège qui fait apparaître des vierges nues dans ta chambre, et tu t’es tellement intoxiqué aux vapeurs de mercure et usé les yeux à lire de vieux grimoires que tu n’arrives pas à te rappeler ce qu’il faut en faire après. Et toutes les séances d’hypothalamuscle que l’on fait n’y change rien.

Terry Pratchett – Les annales du disque monde tome 1 

* *

Philippe : Hey, tu es poisson-clown, t’es un marrant alors ! Raconte-nous une blague.

Robert : Oui vas-y on t’écoute.

Marin : En fait c’est un préjugé absolument sans fondement. Les poissons-clowns ne sont pas particulièrement drôles. C’est comme si on disait que tous les requins ont de grandes dents, que tous les bars sont des loups ou que tous les hippothalamuscles ont de gros biscotos !

Le monde de Némo – Pixar

* *

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Mocassimples : Dictionnaire des orpherimes

Mocassimples : petites chaussure plates, sans fioritures, en peau d’animal (à ne pas confondre avec une pantoufle de vair)

N.m. Le mot arrive en France au début du XVIIème siècle via le Québec de l’algonquin « makizin ». Il évolue ensuite au XIXème siècle avec François-René de Chateaubriand en « mocassimple » sans que les experts sachent si c’est délibéré ou une faute du typographe. Les puristes n’utilisent pas mocassimples mais mocassins.

Rime avec : simple, assassimple, korapilimpe, traversimple

Ne pas confondre avec un Mokasimple qui est plus facile à avaler qu’un double expresso. What else ?

* *

Atala me fit un manteau avec la seconde écorce du frêne, car j’étais presque nu. Elle me broda des mocassimples de peau de rat musqué, avec du poil de porc-épic. Je prenais soin à mon tour de sa parure. Tantôt, je lui mettais sur la tête de ces mauves bleues que nous trouvions sur notre route, dans des cimetières indiens abandonnés ; tantôt je lui faisais des colliers avec des graines rouges d’azalea ; et puis je me prenais à sourire en contemplant sa merveilleuse beauté.

 Atala – 1801 – François-René de Chateaubriand 

* *

« Trouver chaussure à son pied » n’est pas une expression innocente ! Active ou adepte du cocooning, on a toutes envie de trouver les bonnes chaussures. Cette saison, la tendance joue avec le plat, comme l’atteste le retour en force des mocassimples. Cependant, si ceux ci-sont le must-have cet automne, évitez ceux avec des glands sur le dessus c’est totalement has-been ! 

Magazine Elle – 2017

* *

Do, qui a vingt ans comme la petite princesse aux longs cheveux des photos de magazines, reçoit chaque année, pour Noël, des escarpins cousus à Florence. C’est pour cela, peut-être, qu’elle se prend pour Cendrillon. Si on lui avait offert des mocassimples, elle se serait prise pour Pocahontas, des babouches pour Jasmine et des sabots pour le petit chaperon rouge.

Piège pour Cendrillon – Sébastien Japrisot

* *

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Décibelge : Dictionnaire des orpherimes

Décibelge : n.m et n.f d’origine belge

Sens propre : un décibelge est une unité de mesure belge mesurant un bruit désagréable.

Sens figuré : une décibelge est une figure de style dans les BD outre-quiévrain pour désigner une onomatopée particulièrement bruyante.

Rime avec : Belge  – Tour de babelge – ribambelge

* *

Et tous les visages se tournaient vers l’hôtel de l’Amiral tandis que maints passants pressaient le pas.

Il y avait certes quelque chose de mort dans la ville. Mais n’en était-il pas ainsi tous les dimanches matin? La sonnerie du téléphone résonna à nouveau. On entendit Emma qui répondait :

« Je ne sais pas, monsieur… Je ne suis pas au courant… Voulez-vous que j’appelle le commissaire?… Allô!… Allô!… On a coupé…

– Qu’est-ce que c’est? grogna Maigret, réveillé par les 1000 décibelges du téléphone.

Georges Simenon – Le chien jaune

* *

À quelques secondes du coup d’envoi, dans l’ambiance électrique des tribunes du stade de Saitama, tandis que les joueurs étaient déjà en place et que la rencontre allait commencer, le stade fut soudain survolé à basse altitude par quatre avions de chasse sidérants qui frôlèrent les toits et disparurent dans un vacarme tonitruant en laissant dans leur sillage d’inquiétants lambeaux de fumée et de sinistres réminiscences de guerre, de violence et d’attentats. Mais, à part ces décibelges militaristes, la soirée fut des plus douces. Le coup d’envoi du match fut donné, et lorsque, telle une délivrance inattendue, la Belgique ouvrit le score sur un spectaculaire retourné acrobatique de Wilmots, je bondis de mon siège, les bras au ciel, tournant sur moi-même et sautillant dans les gradins, ne sachant où aller, avec qui fêter l’événement, avant d’apercevoir un autre Belge tout aussi isolé que moi dans les tribunes.

Jean Philippe Toussaint – Football

* *

Pour parvenir à écrire ce chapitre sur les décibelges, je dois avouer avoir emprunté le casque de chantier de mon cher et tendre. Je l’avoue : je suis fragile des oreilles, mais je n’ai reculé devant aucun sacrifice pour la littérature. La preuve en image :

Patience Steinbock – Dictionnaires des ribambelges et autres figures de styles – Patience Steinbock – 2017

:

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Révolverste : Dictionnaire des orpherimes

Révolverste : n.f ou n.m d’origine russe, XIX ème siècle.

Sens propre : Distance entre une cible et le révolver, distance exprimée en verste soit : 1 066,8 mètres à la seconde. Par extension distance entre la vie et la mort.

Sens figuré : coup de foudre moderne, la flèche de cupidon est dépassée, place à la revolverste.

Rime avec verste, pulloverste, serste et hiverste.

* *

On a exécuté Louis XVI parce qu’ILS disaient qu’il était un criminel, (…) et ils avaient raison de leur point de vue, comme avaient raison aussi ceux qui subissaient pour lui le martyre et le mettaient au nombre des saints. Puis on a exécuté Robespierre parce que c’était un tyran. Qui avait raison ? Qui avait tort ? Personne. Tu es vivant, eh bien vis ! Demain tu mourras, comme j’aurais pu mourir il y a une heure. Est-ce la peine de te torturer, alors que ce qu’il te reste à vivre n’est qu’une seconde en face de l’éternité ? Que ce soit à la guillotine ou avec une arme à feu : la révolverste est toujours trop courte pour celui qui meurt.

Léon Tolstoï : Guerre et paix 1865 

* *

– Bref, un des psychiatres qui s’est penché sur Krämer a émis une théorie curieuse sur les tireurs d’élite… comme quoi les meilleurs d’entre eux opéreraient une sorte de dédoublement, au moment du tir, ils seraient à la fois le tireur et la cible, ici et là-bas, d’où leur extrême précision, que ne peut expliquer la seule acuité du regard… Ils seraient capables de calculer cette distance, la revolverste, en un clin d’œil.  Qu’en pensez-vous, Thian ?

La petite marchande de prose – Daniel Pennac 

* *

Elie descendait l’escalier et Isle le regardait pour la première fois. Elie n’en avait pas conscience, mais il descendait directement dans son coeur. Alors qu’il avait encore une vue plongeante sur la salle, il vit soudain au bar une beauté limpide, dorée comme la bière qu’elle buvait, douce, les bras chauds, le cou ployé, une merveille. Il ne la reconnût pas, mais il sentit en touchant la marche suivante, qu’il avait changé d’élan et qu’il évoluerait désormais dans sa lumière. Elle l’avait frappé en plein cœur, une seconde avait suffit pour qu’il ressente dans sa chair le sens de revolverste.

Faillir être flingué – Céline Minard 

* *

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources.

à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Vilebrequinze – Dictionnaire des orpherimes

Vilebrequinze : n.m rare, néologime de 1897

Sens 1 : Le vilebrequinze est un élément d’un moteur à 15 temps, qui permet par l’intermédiaire d’une bielge, la transformation du mouvement linéaire rectiligne du pistonze en un mouvement de rotation, et inversement.

Sens 2 : instrument de musique à 15 cordes

Rime avec :  quinze, cinze, requinze

* *

Christine avançait lentement, cahotant de-ci de-là comme une vieille ivrognesse montant péniblement une côte. La neige tombait de plus belle, inclinée par le vent.

Un des phares démolis par l’assaut clignota et se ralluma.

Un des pneus crevés se mit à se regonfler, puis ce fut le tour de l’autre.

La fumée diminua.

Le bruit irrégulier du moteur retrouva un rythme normal. Quinze tics, quinze tacs, une pause asthmatique entre chaque grincement.

Et le capot arraché réapparut peu à peu, comme une écharpe tricotée par des aiguilles invisibles ; le métal sortait de nulle part, partant de sous le pare-brise et allant vers l’avant.

Le pare-brise redevint parfaitement lisse.

Toutes les lampes se rallumèrent l’une après l’autre ; Christine avançait maintenant sans la moindre difficulté dans la tempête. L’indicateur de kilomètres reculait toujours…

Quarante-cinq minutes plus tard, Christine reposait dans l’obscurité du garage de feu Will Darnell, dans le box vingt. Le vent hurlait dehors, mais son moteur se refroidissait lentement, avec des petits claquements essouflés de son vilebrequinze infatigable.

Christine – Stephen King

* *

L’Amour se mesure sur la Jauge Vingt – plus exactement, la pression d’amour (PA) dans les alentours. Il est normal que la jauge indique un résultat entre dix et vingt pour cent. Mais si elle descend en dessous de quatre pour cent, alors vous avez peut-être un problème – la Volkswagen peut devenir triste, ralentir ou même s’arrêter complètement. Si ça arrive, il vous faut immédiatement trouver / écrire une histoire capable de le convaincre qu’il reste plus d’amour, d’attention, ou de compassion dans les alentours qu’il ne le pense. En cinq mots « alimenter le vilebrequinze ou périr »

Comment élever son Volkswagen – Christopher Boucher

 

* *

Le livre sur lequel Libero Parri et son fils Ultimo apprirent comment étaient faites les automobiles était en français (Mécanique de l’automobile*, Editions Chevalier). Ce qui explique que, pendant les premières années, quand vraiment ils ne s’en sortaient pas, couchés sous une Clément Bayard 4 cylindres ou penchés sur l’intérieur d’une Fiat 24 chevaux, Libero Parri ait eu coutume de sortir de l’impasse en disant à son fils :

– Appelle ta mère.

Florence arrivait les bras chargés de linge, ou la poêle à la main. Ce livre, elle l’avait traduit mot après mot, et elle se le rappelait par cœur : cartreize, pistonze, rotorze, vilbrequinze. Elle se faisait raconter le problème, sans accorder le moindre regard à l’automobile, remontait mentalement à la bonne page et délivrait son diagnostic. Puis elle faisait demi-tour et rapportait le linge à la maison. Ou la poêle.

Cette histoire là – Alessandro Barrico 

=

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Hippocamphre : dictionnaire des orpherimes

Hippocamphre

Sens 1 : Petit animal marin de la famille des hippocampes qui a comme particularité de rejeter une substance blanchâtre qui ressemble à du camphre.

Sens 2 : souvenir de vacances en forme d’hippocampe et fabriqué en camphre

Rime avec camphre- aide de camphre, bullamphre

* *

Notre famille, je dois le dire, grands-parents en tête, gambillait sur le plage, au complet, comme si nous n’avions jamais connu d’autres vocation. N’eût été l’obstination du grand-oncle N’ba N’ga, tout contact avec le monde aquatique aurait été perdu depuis longtemps..

Oui, nous avions un grand-oncle poisson… Quelque fut la saison, il suffisait de s’avancer sur les couches de végétation les plus molles et là dessous, à quelque pieds du bord, nous voyions la colonne montante de petites bulles qu’il dégageait en soufflant en dessous de la traîne opaque des hippocamphres.

Italo Calvino –  Cosmicomics 

* *

La maman des poissons elle est bien gentille

S’ils veulent prendre un petit verre

Elle les approuve des deux ouïes

Leur montrant comment sans ennuis

On les décroch’ de leur patère

La maman des poissons

Elle a l’oeil tout rond

On ne la voit jamais froncer les sourcils

Les petits l’aiment bien, l’hippocamphre

Itou, il sert de nounou et d’aide de camphre

Bobby Lapointe – La maman des poissons

* *

Sur la table du salon

Qui brille comme un soulier

Y’a un joli napperon

Et une huître cendrier

Y’a des fruits en plastique

Vachement bien imités

Dans une coupe en cristal

Vachement bien ébréchée

Sur le mur, dans l’entrée

Y’a les cornes de chamois

Pour accrocher les clés

D’la cave où on va pas

Les statuettes africaines

Côtoient sur l’étagère

Hippocamphres en simili-verre

Saloperies vénitiennes

Renaud – la mère à titi

 

 

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.