Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

– Parfait , Harry, dit Hagrid, je crois qu’il va te laisser monter sur son dos, maintenant!
L’idée n’avait rien de séduisant. Harry était habitué à piloter des balais, mais il n’était pas sûr de pouvoir aussi facilement chevaucher un hippogriffe.
– Grimpe sur son dos, juste derrière les ailes, dit Hagrid, et fais bien attention ne ne pas lui arracher de plumes, il n’aimerait pas cela du tout….
Harry posa un pied sur l’aile de Buck et se hissa sur son dos. L’hippogriffe se releva, mais Harry ne savait pas à quoi se tenir : il n’avait que des plumes à portée de main et craignait d’en arracher une.
– Allez va y, rugit Hagrid en donnant une tape sur l’arrière-train de la créature.
Et soudain, des ailes de quatre mètres d’envergure se déployèrent de chaque côté de Harry et se mirent à battre. Harry eut tout juste le temps de ‘accrocher au cou de l’hippogriffe avant que celui-ci s’élève dans les airs. Ce n’était pas du tout la même chose qu’un balai et Harry sut immédiatement ce qu’il préférait : les ailes immenses qui battaient à ses côtés lui cognaient les jambes en menaçant de le désarçonner. Les plumes luisantes glissaient sous ses doigts, mais il n’osait pas serrer plus fort. Harry regrettait la souplesse de son Nimbus 2000. Il était ballotté en tous sens par l’arrière-train de l’hippogriffe qui montait et descendait au rythme de ses battements d’aile.

.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Publicités

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

Il détacha l’une des chaînes, tira l’hippogriffe gris clair à l’écart des autres et lui enleva son collier de cuir. De ‘autre côté de la barrière, les élèves retenaient leur souffle. Malefoy observait la scène en plissant ses petits yeux méchants. 

– Attention, maintenant, Harry, dit Hagrid à voix basse. Tu as croisé son regard, essaie de ne pas ciller…Les hippogriffes se méfient quand on cligne des yeux trop souvent…
Harry sentit des picotements dans ses yeux, mais il s’efforça de ne pas les fermer. Buck avait tourné vers lui sa grosse tête pointue et ses yeux orange le fixaient d’un regard féroce.
– C’est ça, très bien, Harry, dit Hagrid. Maintenant incline-toi…
Harry n’avait pas très envie d’incliner sa nuque à la créature mais il fit ce que Hagrid lui disait. Il inclina brièvement la tête puis se redressa.
L’hippogriffe continua de le regarder d’un air hautain sans faire le moindre geste.
– Ah, dit Hagrid qui semblait contrarié. Bon recule, maintenant. Il ne faut rien brusquer …
Mais à cet instant, à la grande surprise de Harry, l’hippogriffe plia soudain ses pattes de devant et s’inclina profondément.
– Bravo, Harry ! s’exclama Hagrid, enchanté. Vas-y , tu peux le toucher maintenant ! Caresse- lui le bec !
Harry estimait qu’il aurait bien mérité de repasser derrière l’autre côté de la barrière, mais il s’avança malgré tout vers l’hippogriffe et tendit la main. Il lui caressa le bec à plusieurs reprises et l’animal ferma paresseusement les yeux, comme s’il y prenait plaisir.

;

Suite la semaine prochaine…..

.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

Une douzaine de créatures parmi les plus bizarres que Harry ait jamais vues trottinaient dans leur direction. Elles avaient le corps, les pattes arrière et la queue d’un cheval mais leurs pattes avant, leurs ailes et leur tête semblaient provenir d’aigles monstrueux dotés de longs becs d’une couleur gris acier, et de grands yeux orange. Leurs pattes avant étaient pourvues de serres redoutables d’une quinzaine de centimètres de long. Les créatures portaient autour du cou d’épais colliers de cuirs attachés à de longues chaînes dont Hagrid tenait les extrémités dans sa main immense.
– Allez, en avant ! rugit Hagrid en agitant les chaînes pour faire entrer les monstres dans l’enclos.
Les élèves reculèrent d’un pas lorsque Hagrid attacha les créatures à la barrière devant laquelle ils étaient rassemblés.
– Ce sont des hippogriffes ! annonça Hagrid d’un ton joyeux. Magnifiques, n’est-ce-pas?
Harry comprenait ce que Hagrid voulait dire. Une fois passé le choc de la première rencontre avec une créature mi-cheval, mi-oiseau, on pouvait apprécier l’éclat, chatoyant de leur plumage qui se transformait en pelage, chacun d’une couleur différentes : gris-bleu, vert bronze, blanc rosé, marron-rouge ou noir d’encre…….

;
Suite la semaine prochaine…..

.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

La montre – Théophile Gautier

jeudi-poesie

Allez chez Asphodèle lire les trouvailles des autres participants 😉

La montre

Deux fois je regarde ma montre,
Et deux fois à mes yeux distraits
L’aiguille au même endroit se montre ;
Il est une heure… une heure après.
,
La figure de la pendule
En rit dans le salon voisin,
Et le timbre d’argent module
Deux coups vibrant comme un tocsin.
;
Le cadran solaire me raille
En m’indiquant, de son long doigt,
Le chemin que sur la muraille
A fait son ombre qui s’accroît.
,
Le clocher avec ironie
Dit le vrai chiffre et le beffroi,
Reprenant la note finie,
A l’air de se moquer de moi.
;
Tiens ! la petite bête est morte.
Je n’ai pas mis hier encor,
Tant ma rêverie était forte,
Au trou de rubis la clef d’or !
;
Et je ne vois plus, dans sa boîte,
Le fin ressort du balancier
Aller, venir, à gauche, à droite,
Ainsi qu’un papillon d’acier.
,
C’est bien de moi !Quand je chevauche
L’Hippogriffe, au pays du Bleu,
Mon corps sans âme se débauche,
Et s’en va comme il plaît à Dieu !
,
L’éternité poursuit son cercle
Autour de ce cadran muet,
Et le temps, l’oreille au couvercle,
Cherche ce coeur qui remuait ;
,
Ce coeur que l’enfant croit en vie,
Et dont chaque pulsation
Dans notre poitrine est suivie
D’une égale vibration,
,
Il ne bat plus, mais son grand frère
Toujours palpite à mon côté.
– Celui que rien ne peut distraire,
Quand je dormais, l’a remonté !

,

Théophile Gautier

HippogriffEsource Photo : Wikipedia