Que lire un 16 octobre ?

Le 16 octobre, un grave accident avait eu lieu dans les mines de Yûbari, dans le Hokkaidô. Un incendie s’était déclaré dans les galeries d’extraction, à mille mètres sous terre. Plus de cinquante mineurs étaient morts par asphyxie. Comme le feu s’était propagé sur des zones proches du sol, dix autres personnes avaient perdu la vie. Pour empêcher la propagation du feu, la société avait inondé les galeries de la mine à l’aide d’une pompe sans vérifier s’il restait ou non des survivants au fond. Au total, le sinistre avait fait quatre-vingt-treize victimes. Une véritable tragédie. Le charbon est une source d’énergie «sale». Son extraction dangereuse. La société minière avait rechigné à investir dans les équipements et les conditions de travail étaient mauvaises. Les accidents nombreux. Les poumons atteints à coup sûr. Mais, en raison de son faible coût, il restait toujours des hommes et des entreprises qui en avaient besoin. Aomamé avait un souvenir précis de cet accident.

L’affaire qu’elle recherchait s’était produite le 19 octobre, alors qu’il y avait encore des répercussions de l’accident de la mine de Yûbari. Aomamé ne savait rien de cet événement – que Tamaru venait de lui évoquer, quelques heures auparavant. Il était pourtant invraisemblable qu’elle n’en ait pas eu connaissance. Le titre, en une de l’édition du matin, était imprimé en gras et en gros caractères. Impossible de le louper.

TROIS POLICIERS TUES DANS LES MONTAGNES DE YAMANASHI AU COURS DE COMBATS CONTRE DES EXTREMISTES.

.

1Q84 – Livre 1 – Haruki Murakami 

Que lire un 20 septembre ? un 6 octobre ? un 12 octobre ?

Le 20 septembre s’était tenu à Jakarta le plus grand rassemblement mondial de cerfs-volants, avec plus de dix mille participants. Qu’Aomamé ignore ce fait là n’avait rien de bizarre. Qui se souviendrait d’un rassemblement de cerfs-volants qui avait eu lieu à Jakarta plus de trois ans auparavant ?
Le 6 octobre, le président égyptien Sadate avait été assassiné par des extrémistes islamistes. Aomamé se souvenait de cette affaire et elle plaignit de nouveau le malheureux  Sadate. Non seulement la tête presque chauve du président lui plaisait, mais elle éprouvait invariablement une profonde aversion à l’encontre des fondamentalistes, toutes religions confondues. Songer à leur conception du monde étriquée, à leur condescendance, à leur arrogance et à leur insensibilité vis-à-vis d’autrui la submergeait d’une colère irrépressible. La question n’avait pourtant pas de rapport avec son problème. Après s’être calmé les nerfs en respirant profondément à plusieurs reprises, Aomamé passa à la page suivante.
Le 12 octobre, à Tokyo, dans la zone résidentielle de l’arrondissement d’Itabashi, un collecteur de la NHK (56 ans) s’était disputé avec un client qui refusait de payer sa redevance. Il avait grièvement blessé au ventre le jeune homme avec un couteau qu’il emportait toujours sa sacoche. Le collecteur avait été arrêté par des policiers accourus sur place. L’homme, qui tenait encore à la main son couteau ensanglanté, était resté là, presque prostré, et n’avait opposé aucune résistance lors de son arrestation. Un de ses collègues avait expliqué qu’il travaillait comme collecteur depuis six ans, que son comportement au travail était irréprochable et que ses résultats étaient excellents. Aomamé ne savait pas qu’une telle affaire avait eu lieu. Abonnée au Yomiuri, elle le lisait assidûment chaque jour dans les moindres détails. Les faits divers – en particulier ceux qui étaient liés à des crimes -, elle les étudiais avec beaucoup d’attention. Et cet article occupait presque la moitié de la page consacrée aux faits divers. Inconcevable qu’un aussi long article lui ait échappé. Bien sûr, il n’était pas impossible que pour une raison quelconque, elle ait négligé de le lire. La chose était tout à fait improbable, mais elle ne pouvait affirmer le contraire.
Des rides se creusèrent sur son front tandis qu’elle réfléchissait quelques instants à cette possibilité. Puis elle rédigea un résumé de l’affaire en notant la date.
Le nom du collecteur était Shinnosuke Akutagawa. Un nom splendide. Comme celui du grand écrivain. Il n’y avait pas de photo de l’homme. On voyait seulement celle du blessé, M. Akira Tagawa (21 ans), étudiant en troisième année de droit, à l’université Nihon, et deuxième dan de kendô. S’ul avait eu en main son sabre de bambou, il n’aurait sans doute pas été aussi facile de le blesser. Mais un individu normal ne discute pas avec un collecteur de la NHK, un sabre de bambou à la main. Pas plus qu’un collecteur n’emporte de couteau dans sa sacoche. Elle essaya de suivre l’incident sur plusieurs jours mais ne dénicha pas d’article signalant la mort de l’étudiant blessé. Peut-être avait-il finalement survécu. (P192)

Suite le 16 octobre

1Q84 – Haruki Murakami 

1Q84 Livre 3 – Haruki Murakami

Pour ce dernier tome de la trilogie 1Q84, Haruki Murakami rompt avec  l’alternance de point de vue entre Aomamé et Tengo. Il vient se greffer à ces deux histoires une troisième voix, celle de Ushikawa le personnage que j’avais trouvé caricatural dans le tome 2.
J’ai cru à un moment que cette façon de mêler trois fils narratifs allait me gêner mais pas du tout
J’ai trouvé ce dernier tome bien plus intéressant que le deuxième où l’aspect secte (et viol de petites filles) m’avait finalement oppressée.
Dans ce tome on assiste à une triple quête :
– Aomamé recherche Tengo.
– Tengo semble mettre en suspens sa quête d’Aomamé pour essayer de renouer avec son père en fin de vie.
– Ushikawa cherche Aomamé pour le compte de la secte et se rapproche, se rapproche de sa cible…

Les différentes interrogations sont fascinantes (en acceptant le côté improbable quand même de l’histoire….) : la vie, la mort, le réel, les relations père-fils sont tour à tour explorés…

Et puis quel suspens dans la narration …j’ai plusieurs fois tremblé pour nos deux héros : Finalement ce troisième fil narratif avec Ushikawa permet un tension beaucoup plus grande…

Un tome 3 qui clôture de façon magistrale l’épopée d’Aomamé et de Tengo (et de la little thing) bien plus sympa que les Little People, isn’t it ?

:

Un extrait

« Je sais. J’ai connu moi aussi la même expérience, dit l’homme, sur le ton léger de la causerie. À moins de l’avoir vécue, personne ne peut comprendre à quel point c’est atroce. La douleur est une notion qui ne peut entrer dans une catégorie générale. Chaque douleur possède sa spécificité. Permettez-moi de paraphraser une célèbre citation de Tolstoï : les plaisirs se ressemblent tous ; les douleurs sont douloureuses chacune à leur façon. Sans toutefois aller jusqu’à dire qu’elles auraient chacune une saveur particulière. Vous n’êtes pas d’accord ? »

Challenge trilogie de l’été chez Philippe      Et challenge pavé de l’été chez Brize

1Q84 livre 2 Juillet -septembre – Haruki Murakami

Attention : cet avis renferme des spoilers (je n’ai pas trouvé le nom commun issu de divulgâcher :  divulgachis ?)

Hypnotisée par le tome 1, j’ai enchaîné de suite avec le tome 2 qui nous raconte la suite des aventures de Tengo et Aomamé (qui ont failli se rencontrer à la fin de ce tome – 1er spoilier)

Tengo et Aomamé ne se rencontrent toujours pas mais progressent chacun de leur côté dans leur exploration de 1Q84 : un monde pas éloigné du monde finalement avec en toile de fonds le Japon (lui non plus pas très éloigné de notre culture : Les femmes m’ont cependant semblé plus mal loties qu’en France – soit dans leur vie conjugale, soit dans leur vie professionnelle avec des mises au placards à des postes subalternes, soit dans leur famille)

On en apprend plus sur Aomamé et ses motivations (c’est mon personnage préféré) . Les personnages secondaires comme la vieille dame (non ce n’est pas la vieille dame de Babar) et son garde du corps Tamaru prennent de la consistance.
Fukaéri, la jeune femme qui a écrit  le roman « la chrysalide de l’air » est obligée de se cacher (il s’agit en fait de faire sortir un certain loup du bois – 2ème spoilier)

Ce qu’il y a de bien dans ce deuxième tome c’est l’imprévu : un peu de conte, le chapitre d’après est un peu « thriller », le suivant développement personnel, le suivant nous explique la méthode que Tengo a pour écrire ses romans ….Il y a deux petites choses qui m’ont dérangé  : d’abord le nom des « little people » parce que pour moi ce sont des figurines de jeux, les little people, et quand même les Little people de Murakami sont un peu malveillants non ?
La deuxième chose qui m’a gênée est aussi le nouveau personnage, Ushikawa, qui est intéressant au niveau de l’intrigue et des rebondissements mais qui est quand même par trop caricatural dans son accoutrement.

Sinon ces deux bémols mis à part (qui font que je mets 4 * à ce tome (et 5 * au premier) cela reste une excellente lecture et je suis partie sur la deuxième lune en route pour le tome 3 ….

Deux extraits
Personne ne le sait, songeait Aomamé. Mais moi, je comprends. Ayumi avait en elle un énorme manque aride et désolé, quelque chose comme un désert aux confins de la Terre. Sur le sol duquel on pouvait verser toute l’eau que l’on voulait, nulle humidité ne subsistait quand la terre l’avait absorbée. Aucune forme de vie ne pouvait y prendre racine. Aucun oiseau ne volait dans ce ciel-là. Seule Ayumi savait ce qui avait produit en elle ce paysage totalement ravagé. Non, en fait, peut-être Ayumi n’en était-elle pas tout à fait consciente. […]
Chaque fois qu’elle ôtait une des couches du moi décoratif qu’elle avait élaboré, il ne restait pour finir qu’un abîme de vide. Qui la laissait complètement assoiffée. Et même si elle s’efforçait de l’oublier, ce vide la visitait périodiquement. Un après-midi pluvieux où elle était solitaire, ou un matin où elle s’éveillait après avoir fait un cauchemar. Et dans ces moments-là, il lui fallait impérativement se retrouver dans les bras de quelqu’un, et peu importait qui. »

***

La Chrysalide de l’air, qui se présentait sous la forme d’un récit fantastique, était un roman facile à lire. Le style adoptait la façon de parler d’une fillette de dix ans. Il n’y avait pas de mots compliqués, pas de logique excessive, pas d’explications ennuyeuses, pas non plus d’expressions recherchées. Du début à la fin, le récit été raconté par une fillette. Dans une langue compréhensible et précise, bien souvent plaisante à l’oreille, et pour ainsi dire sans explications. La petite fille relatait au fil de la plume ce qu’elle avait vu de ses yeux. La lecture n’était pas interrompue par des réflexions ou des interrogations du type : « Mais que se passe-t-il exactement ? » Ou : « Qu’est-ce que ça veut dire ? ». L’enfant avançait à une allure lente mais tout à fait pertinente. Les lecteurs marchaient avec elle, voyaient avec ses yeux. Tout se faisait très naturellement. Et avant même qu’ils aient eu le temps de s’en apercevoir, ils avaient pénétré dans un autre monde. Un monde qui n’était pas celui d’ici. Un monde où les Little People tissait une chrysalide de l’air. (Page 392)

Challenge trilogie de l’été chez Philippe

1Q84 Livre 1 Avril-juin – Haruki Murakami

Genre : roman avec deux fils narratifs (fils presque parallèles mais qui s’emmêlent et s’entremêlent, oui je sais cela fait longtemps que je n’ai plus fait de mathématiques)

1er fil : Aomamé (prénom signifiant haricot de soja vert) est une jeune femme, la trentaine, séduisante. Dans un taxi, le chauffeur fait mention d’un escalier pour quitter l’autoroute bloquée par un accident. Cet escalier mène-t-il vers un autre monde ?

2ème fil : Tengo, la trentaine également, est un écrivain semi-professionnel  et un professeur  de mathématiques au lycée.
Son éditeur lui propose de réécrire un roman d’une lycéenne (une histoire fascinante mais écrite sans style). La jeune fille qui a écrit ce livre est en fait quasiment incapable de lire et d’écrire (forte dyslexie) et elle l’a dicté à une amie.

Mon avis  : C’est un roman captivant avec ses deux histoires parallèles.
On comprend assez tard ce que les deux héros ont en commun : une enfance maltraitée (témoin de Jéhovah pour l’une, un père obsessionnel pour l’autre). Les chapitres sont comme un écho l’un à l’autre.
Aomamé est solitaire et rencontre une jeune femme qui travaille dans la police, puis une vieille dame qui s’occupe de femmes et d’enfants maltraités. Depuis l’épisode du taxi, elle est plus attentive à l’actualité et il lui semble que celle-ci change subtilement. Il est question d’un monde parallèle à 1984.
Tengo est également solitaire : il a peu de contacts sociaux à part son éditeur et son amante, une femme mariée plus âgée que lui. La rencontre avec Fukaeri et son père  adoptif change sa vie du tout au tout : il apprend que Fukaéri s’est échappée d’une secte à l’âge de 10 ans.

La Sinfonitta de janacek revient régulièrement. Par circonvolutions, Murakami met en lumière ses deux personnages principaux (qui à la fin du livre 1 ne se sont pas encore rencontrés). A moins qu’ils se soient rencontrés en 1Q84 dans un pays où deux lunes cohabitent….

 

En bref  : totalement fascinant même si on ne fait pas bien le distinguo entre réalité et affabulation.

J’espère en apprendre rapidement plus sur ce monde dans le deuxième tome.

Un extrait

Mais quel lien y avait-il entre cette Sinfonietta et elle ? La notice n’en donnait  aucune piste. Lorsqu’elle sortit de la bibliothèque, c’était presque le coucher du soleil. Elle avança sans but dans les rues. Elle monologuait de temps en temps, de temps en temps secouait la tête.

Bien entendu, il s’agit d’une simple hypothèse, pensait Aomamé en marchant. Mais là, maintenant, elle me semble très convaincante. Du moins, tant qu’une autre, plus évidente, ne sera pas apparue, je dois m’y conformer. Sinon, je pourrais bien me retrouver rejetée je ne sais où. Il serait d’ailleurs bon de donner une appellation appropriée à ces conditions nouvelles dans lesquelles je me trouve. Et j’ai aussi besoin d’attribuer à ce monde un nom qui me sera propre, pour le démarquer du monde d’autrefois, celui où les policiers étaient munis de leurs vieux revolvers. Après tout, on donne bien des noms aux chiens et aux chats. Il n’y a pas de raison que ce nouveau monde altéré n’en ait pas.

1Q84 – voilà comment je vais appeler ce nouveau monde, décida Aomamé.

Q, c’est la lettre initiale du mot Qquestion. Le signe de quelque chose qui est chargé d’interrogations.

Tout en marchant, elle hocha la tête pour s’approuver.

Que cela me plaise ou non, je me trouve à présent dans l’année 1Q84. L’année 1Q84 que je connaissais n’existe plus nulle part. Je suis maintenant en 1Q84. L’air a changé, le paysage a changé. Il faut que je m’acclimate le mieux possible à ce monde lourd d’interrogations. Comme un animal lâché dans une forêt inconnue. Pour survivre et assurer ma sauvegarde, je dois comprendre au plus tôt les règles et m’y adapter.

P 205

 

double participation au Challenge « lire sous la contrainte chez Philippe » où la contrainte est « sans nom commun » et trilogie de l’été

La marche de Mina – Yoko Ogawa

LC avec Edualc

Deuxième lecture pour ma part de cette auteure japonaise après « La formule préférée du professeur » lu il y a 5 ans (déjà…)

Dans les années 1970, au Japon.

Le personnage principal est Tomoko, une petite fille d’une douzaine d’années, qui raconte l’année qu’elle a passée chez son oncle et sa tante. La quatrième de couverture induit un peu en erreur mais ce n’est pas grave. La quatrième nous informe qu’après le décès du père de Tomoko, la mère doit partir au loin en formation et que Tomoko se retrouve un an chez son oncle et sa tante. Vu comme cela, je m’attendais à de la pauvreté, des larmes, un deuil . Pas du tout le sujet du livre est tout autre :  certes le père de Tomoko est mort mais il est mort quand elle avait 6 ans et elle en a 12 maintenant, il n’y a donc pas de profond chagrin chez cette jeune fille juste un peu de tristesse d’être éloignée de sa mère. Tomoko va vivre pendant cette année de nombreux événements qui vont la marquer. D’abord cette famille où elle arrive est plus nombreuse (avant elle vivait toute seule avec sa mère) : Il y a la grand mère (allemande), la gouvernante, le fils (chef d’entreprise, très souvent absent), sa femme, le jardinier, la petite fille Mina – 11ans, cousine de Tomoko, le frère de Mina, Ryuichi, est à la fois présent puisque l’on parle beaucoup de lui et absent puisqu’il vient de partir faire ses études en Europe.

Tomoko observe sa cousine, les grandes personnes et est témoin de nombreuses scènes qui la font grandir. Elle a à la fois le charme et la naïveté de l’enfance. Mina, quant à elle est une petite fille asthmatique qui fait régulièrement des séjours à l’hôpital, elle est également attachante et drôle (les deux filles font des parties de volley assez époustouflantes….).

De plus, par rapport à Tomoko et sa mère, sa famille « adoptive » est très riche : grande maison, Mercedès, grand jardin….

Cette année passée en compagnie de Tomoko et de Mina m’a enchantée :  des anecdotes sur le quotidien de cette famille, quelques incursions dans l’actualité (par exemple les JO de 1972 et la tragique prise d’otage qui s’est déroulée lors de ces JO…), des histoires que Mina invente pour oublier sa maladie….

J’ai beaucoup aimé l’attitude de Tomoko qui, dès le départ, remarque un « dysfonctionnement » dans cette famille. Sans  juger, elle agit pour donner un virage à la vie de cette famille…

En conclusion : Une histoire bienveillante mais pas du tout mièvre, un très bon moment…(en relisant mon billet sur « la formule préférée du professeur » , je me rends compte que j’avais utilisé le même terme : « bienveillance »)

Et voici l’extrait qui explique le titre :

 

Mina allait tous les jours à l’école primaire Y à dos de Pochiko, l’hippopotame nain.

C’est à cause de sa santé qu’elle n’allait pas à l’école primaire privée de Kobe que son frère aîné Ryuichi avait fréquentée. Qu’il s’agisse de l’autobus de ramassage scolaire ou de la Mercedes, l’odeur des gaz d’échappement était un des facteurs de ses crises. L’école Y avait été choisie parce qu’elle était la plus proche de la maison et que les allers et retours n’étaient pas une trop lourde charge. Elle se trouvait à environ vingt minutes de marche si l’on franchissaitm le pont Kaimori au-dessus de l’Ashiya. Le seul problème était la forte déclivité.

Avant d’entrer à l’école primaire, mon oncle avait négocié avec le directeur de l’école pour obtenir la permission que Mina fasse les allers et retours sur le dos de Pochiko. Il paraît que le directeur avait testé lui-même pour savoir si Pochiko était docile et si elle n’attaquait pas les gens. Il avait fait exprès de crier, de jeter çà et là des tranches de pain de la cantine et de lui tirer les oreilles, mais Pochiko avait conservé son calme en se contentant de renifler d’un air agacé. Elle avait passé le test avec succès.

C’est mon oncle qui avait fabriqué, en multipliant les essais et les échecs, les différents éléments pour transformer Pochiko en moyen de transport. Il avait utilisé comme selle une chaise de bébé dont il avait coupé les pieds, une ceinture comme collier et une cordelière et son gland d’embrasse de rideau comme laisse. Il avait réussi à réaliser la première selle pour hippopotame nain au monde. Le matin, mais monsieur Kobayashi installait Mina sur Pochiko pour l’emmener à l’école et après la classe, ils allaient l’attendre à la sortie. C’était devenu une habitude. Alors qu’il y avait une Mercedes aussi magnifique, je pensais que c’était dommage, mais je changeai d’avis aussitôt. Puisque Pochiko avait coûté le prix de dix Mercedes, Mina utilisait le véhicule le plus coûteux de la maison.

 

Lire sous la contrainte chez Philippe où la contrainte est « tout au féminin »

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage – Haruki Murakami

 

Difficile parfois de comprendre les agissements de Tsukuru Tazaki (l’incolore du titre). Au lycée il était très ami avec 4 personnes, deux garçons et deux filles (leur nom contient chacun une couleur – Akamatsu – pin rouge -, Ômi – lac ou mer bleue, Shirane – racine blanche – et Kurono – champ ou prairie noire)  et celui de Tsukuru Tazaki n’en contient pas  d’où le début du titre « incolore »

Au début, ce jeune homme m’a paru bien insipide (histoire de ne pas dire incolore) : Il se fait rejeter par ses amis et ne demande aucune explication…étrange… Le début m’a un peu pesé (les idées de suicide qu’il rumine me rappelait trop la ballade de l’impossible) et puis Tsukuru se remet à vivre (quand il parle de sa passion la construction de gares il peut devenir réellement intéressant et convaincant)

A l’université, il rencontre un jeune homme (dont le prénom signifie « Marais gris », ami avec lequel il écoute Litz et les années de pèlerinage. Ce jeune homme disparait mystérieusement de sa vie…Tsukuru se croit alors incapable de se faire des amis et se consacre à sa seule profession.

Plus tard, il rencontre une jeune femme, Sara, qui l’incite à chercher une explication au rejet à la fin du lycée de ses 4 amis…commence alors la réelle année de pèlerinage de Tsuruku qui le mènera dans un périple au Japon puis en Finlande…

Bien que jeune (36 ans), Tsukuru utilise très peu Internet et n’a jamais eu l’idée de rechercher ses anciens amis…

Ce roman a commencé à m’intéresser une fois que la jeune femme entre dans sa vie et le convainc de rechercher ses anciens amis… Les rencontres successives montrent bien l’évolution que chacun prend après la fin du lycée…

J’ai beaucoup aimé aussi l’explication des prénoms japonais (étant moins même une jument verte aux yeux légèrement bridés)

* *

Quelques extraits

Nous vivons dans une époque d’indifférence totale et, pourtant, nous sommes cernés par une énorme quantité d’informations, très faciles à obtenir, sur tout un chacun. Et en réalité nous ne savons presque rien sur les autres.

* *

Tsukuru était surtout impressionné par l’innombrable quantité d’humains qui peuplaient cette planète. Il lui semblait tout aussi miraculeux que, dans ce monde, circulent un si grand nombre de trains. Que tant de gens dans tant de wagons soient ainsi transportés aussi méthodiquement. Que tant de gens viennent de quelque part et se rendent autre part.

* *

Il se peut que je sois un homme vide de contenu,
pensait Tsukuru. Il y a néanmoins des gens qui m’approchent, au moins temporairement. Comme des oiseaux de nuit solitaires en quête d’un lieu sûr et désert, sous les toits, où ils pourront se reposer durant la journée. Ces oiseaux- là se sentent bien dans un espace vide, peu éclairé, très silencieux. Tsukuru devait donc peut-être se réjouir de son vide.

 

 

Livre recommandé par Soène et qui rentre parfaitement dans le challenge lire sous la contrainte de Philippe avec la contrainte « apostrophe »

 

Chez Loupiot et chez son ami Tom, de La Voix du Livre et aussi ici

La prière d’Audubon – ISAKA Kôtarô

PRIEREAUDUBON

Itô, informaticien à Sendai, donne sa démission car sa vue baisse. Il a peur de devenir aveugle, et préfère renoncer à son emploi. Il fuit la réalité une fois de plus, comme à la mort de sa grand-mère. Six mois plus tard, au chômage et sans ressources, il a comme idée de braquer une supérette. Il se fait arrêter par un inspecteur de police, qui en plus d’être un de ses anciens camarades d’écoles est un sadique de la pire espère. Celui-ci met une raclée mais Itô arrive à s’échapper des griffes de l’inspecteur de police. Il se réveille le lendemain matin, sur une île étrange, qui semble avoir été coupé du Japon il y a 150 ans : pas de télé, de téléphone, la nature luxuriante et les rizières s’étendent à perte de vue.

Un jeune homme fait visiter l’île à Itô. C’est une île vraiment mystérieuse où Itô va discuter avec un épouvantail (oui l’épouvantail  parle). Celui-ci semble connaître l’avenir proche.

L’ambiance dans ce livre est onirique, car en plus de l’épouvantail qui parle, on rencontre d’autres personnages à la fois crédibles mais totalement fantastiques: Hibino, le jeune homme qui accueille Itô, a été orphelin très tôt et « fonctionne » de façon inhabituelle, les policiers sur l’île ne sont pas de réels enquêteurs (puisque si un crime était commis Yûgo connaissait et nommait le coupable), un peintre un peu fou parle en disant l’inverse de ce qu’il pense, un homme, qui répond au nom de Cerisier (Sakura), fait office de justicier et abat sans procès tout « présumé coupable », un gentil facteur qui ne distribue pas de courrier, une vendeuse de légumes obèse qui ne peut plus bouger mais qui a un optimisme à toute épreuve, et qui répond au nom d’Usagi « Petit lapin »… .

J’ai eu plusieurs fois l’impression que Ito était dans un rêve ou le coma et allait se réveiller….Le roman est bâti un peu comme une enquête policière car assez rapidement on apprend que Yûgo, l’épouvantail, a été « assassiné » ou plutôt déraciné et ses membres semés aux quatre vents. Pourquoi Yûgo, qui connait l’avenir, n’a t-il pas empêché cet « assassinat » ?  Itô mène l’enquête et découvrira beaucoup de choses sur lui-même, sur une route jonchée de cadavres.

.
J’ai beaucoup aimé cette quête de Ito pour deviner qui est responsable de la « mort » de Yugo. Beaucoup de questions sur l’avenir personnel d’Ito : va-t-il renouer avec son ex-petite amie violoncelliste? Celle-ci sera t elle la prochaine victime du sadique inspecteur de police ?

.
En conclusion : un livre plein d’énigmes très plaisant à suivre avec quelques frayeurs quand même 😉 et  une galerie de personnages hors du commun…

.

Un extrait (p 200) Ito parle avec Mme Usagi, la vendeuse de légumes :

« – Tout de même c’est curieux, dit Usagi. Yûgo est un épouvantail mais tout le monde le traite comme un être humain.
– En effet, c’est curieux.
– Depuis quelques temps, je me demandais si Yûgo ne nous préférait pas d’autres êtres.
– D’autres êtres ?
– Par exemple, les chiens , les chats. Est-ce que vous savez ça ? Il paraît que les chats, quand ils sentent qu’ils vont mourir, vont se mettre à l’écart des humains.
J’ai hoché la tête :
– Je l’ai déjà entendu dire.
– Eh bien, autour de Yûgo, on trouvait souvent des cadavres de chats.
– Comment ça ?
– Le matin, on trouvait parfois plusieurs chats morts au pied de l’épouvantail. Je crois que les chats savent qu’ils vont mourir. Même s’ils ne comprennent pas ce que signifie  » mourir » concrètement, ils savent intuitivement que leur fin approche. Et dans ces moments là, peut être se sentent-ils rassurées à côté de Yûgo. »
Autrement dit, elle était en train de me dire que les chats agonisants se faisaient accompagner par Yûgo, et que ce dernier souhaitait lui aussi les accompagner dans leur derniers moments.
« Voilà pourquoi je me dis que Yûgo préférait peut-être la compagnie des chiens ou des chats à celle des humains comme nous.
– Mais un épouvantail, normalement, ça sert à protéger les récoltes des oiseaux, j’ai dit.
– Ah oui, il parait. C’est aussi ce que dit le père Todoroki. Usagi s’est mise à rire et a ajouté : « c’est bizarre.
– Yûgo, il ne faisait pas fuir les oiseaux ?
– C’était un épouvantail mais il chouchoutait les oiseaux », a dit Usagi que cela paraissait amuser.

Challenge écrivain japonais chez Adalana
Challenge à tout prix chez Asphodèle (Prix Schincho Mystery club 2000)

logo-challenge-c3a9crivains-japonais logo-challenge-c3a0-tous-prix

Mishima – Chevaux échappés

Il lui semblait perdre pied, et tel celui auquel s’agrippe quelqu’un qui se noie, il étendit les mains pour se protéger et serra Makiko dans ses bras.
Il la tenait étreinte, mais ce qu’il sentait sous son vêtement léger n’était autre que la raideur de son obi, épais, sanglé, avec ses tours superposés et son noeud volumineux. C’était là quelque chose qui semblait l’éloigner davantage de Makiko qu’avant de l’avoir enlacée. Pourtant, ce qu’Isao ressentait de la sorte c’était la réalité inhérente à toutes les représentations qu’il se faisait d’un corps de femme. Aucune nudité ne pouvait sembler plus totalement nue.
Dès lors, ce fut un ravissement. On eût dit, brusquement, l’étalon qui s’échappe en brisant son licol. Une vigueur sauvage pénétra ses bras qui tenaient cette femme. Il la serra davantage, sentant leurs deux corps vibrer comme le mât d’un vaisseau qui tangue.

.

Mishima – Chevaux échappés

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Chevaux échappés – Mishima

chevaux echappes

Japon 1932 – Isao Iinuma est un jeune homme d’un peu moins de vingt ans. Etudiant, athlète accompli, il est idéaliste et admiratif devant un livre de Tsunamori Yamao qui traite d’un mouvement politique « Société du vent divin ». Ce livre retrace le parcours de samouraïs au XIX ème siècle qui décident d’assassiner des hommes corrompus puis de se donner la mort par Seppuku (suicide par éventration). Isao, à l’aide de ses amis, veut renouveler l’ « exploit  » relaté dans ce livre et faire disparaître les dix hommes les plus corrompus du Japon, puis se sacrifier comme leurs modèles.

Deuxième tome de la tétralogie la Mer de la fertilité, on retrouve quelques personnages du premier tome en particulier Honda, l’ami de Kiyoaki – le héros du premier tome- et Iinuma, qui est le père d’Isao et l’ancien précepteur de Kiyoaki. Honda, qui est devenu un juge respecté, reconnaît en Isao la réincarnation de son ami Kiyoaki. Il décide alors de le suivre puis de l’aider.

J’ai failli abandonner ce livre car le début est très lent et pour tout dire morbide (particulièrement les 50 pages retranscrites de ce livre « Société du vent divin » qui n’est qu’attaques, morts violentes et suicides).

Je n’ai pas adhéré ni aux convictions nationalistes de Isao, ni dans sa vision du suicide magnifié au rang de sacrifice.

Cependant après ce démarrage plus que difficile, l’histoire m’a fortement intéressée, les préparatifs des attentats, l’arrestation, le procès, qui est absolument passionnant. Qui a trahi ? quels sont les sentiments très ambigus de tous les personnages et en particuliers ceux de Makiko, la presque fiancée de Isao ? du père d’Isao , de Honda qui abandonne son travail pour défendre Isao ?

Un petit extrait :

Isao et ses deux amis restèrent chez le lieutenant Hori jusqu’à neuf heures du soir, ce dernier leur ayant offert un dîner apporté par un traiteur. Une fois qu’il avait laissé de côté ses questions subtiles, la conversation de l’officier devenait à la fois intéressante et profitable, très propre à éveiller leur enthousiasme. L’état pitoyable des affaires étrangères, le programme économique du gouvernement qui ne faisait rien pour atténuer la misère des campagnes, la corruption des politiciens, la montée du communisme, et aussi, les partis politiques qui avaient diminués de moitié le nombre de divisions de l’armée et qui, en se faisant les champions des économies sur l’armement, exerçaient une pression constante sur les militaires. Au cours de cet entretien, on évoqua les efforts du Zaibatsu Shinkawa pour acheter des dollars américains, chose dont Isao avait déjà entendu parler à son père. Selon le lieutenant, le groupe Skinkawa avait fait montre d’une grande réserve depuis l’Incident du Quinze Mai. Cependant continua l’officier, il n’y avait aucune raison de faire confiance à l’autodiscipline de ces gens-là. (p 146)

En conclusion : Un livre très pointu sur cette période d’histoire du Japon. J’ai arrêté plusieurs fois ma lecture pour aller voir quels étaient les évènements cités. Pour plus de renseignement sur l’incident du 15 Mai qui est cité à de nombreuses reprises, allez lire l’article Wikipédia).  Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains, Isao étant pour ma part, mystique (pour ne pas dire fou). Mais je ne regrette pourtant pas cette lecture car les 150 dernières pages m’ont happée par leur analyse fine des sentiments et motivations humaines.

Livre Lu dans le cadre du challenge Japon d’Adalana et aussi dans le cadre du challenge pavé de l’été de Brize (Neige de printemps est le premier volume d’une tétralogie, le tome 2 s’intitule « Chevaux échappés » (ce billet),  le tome 3 a pour titre  « Le temps de l’aube » et le tome 4 « l’ange en décomposition »). Les deux premiers tomes font 400 pages chacun 😉

challenge-japonais

challengepaveete

Et bien sûr le challenge Totem de Liligalipette 🙂

challenge-totem

Et celui de Sharon « Animaux du monde »

CHALLENGE-animaux