Boris Vian – Cantilènes en gelée

MA SOEUR

« J’avais demandé, pour mes quatorze ans
Une soeur de mon âge
Elle est arrivée dans un panier blanc
Une rose au corsage
J’ai défait le noeud du ruban de soie
Qui la tenait captive
Et j’ai donné dix sous au commissionnaire.
Elle avait des yeux comme des balais
Une bouche en forme de rémoulade
Un oeil de fémur, un port du jument
Elle était ravissante.
J’aime beaucoup les jolies filles
Je les prends dans mes bras
Je les renifle, je les touche,
Je les serre et je m’en sers
J’étais content d’avoir une soeur

Mais je regrettais mes dix sous ».

Boris Vian – Cantilènes en gelée

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Publicités

Nuages….

Un nuage est un agneau au petit matin rose
Un nuage de giboulée transie dès midi.
Une Barbapapa sirupeuse pour le goûter
Une écharpe sur les gratte-ciel quand tombe le crépuscule.
Une vague de douceur dans la mousse de la baignoire
De tempête, d’orage au moment de sortir
De coton de la douce couette
De mots pour l’histoire du soir
De rêves pour les enfants sages comme des orages.

.

Français : Opposition entre les nuages roses v...

Français : Opposition entre les nuages roses venant du Sud et les nuages noirs au Nord (Photo credit: Wikipedia)

 
Textes écrits dans le cadre de cet atelier (cours d’écriture créative à distance) que m’a fait connaître Cécile d’Ecrimagine

Rencontre

Avec la lune complice pour témoin
Avec le ciel lumineux de la nuit
Avec le froid du clair crépuscule
Elle attend son amoureux, impétueuse
;
Dans une grange pleine de foin
Dans le silence qui s’enfuit
Dans le bruit de la chouette qui hulule
Elle aime son amoureux, cajoleuse
;

Après l’apparition du soleil en contrepoint
Après que la lune s’est évanouie
Après un dernier conciliabule
Elle quitte son amoureux, heureuse

 
Textes écrits dans le cadre de cet atelier (cours d’écriture créative à distance) que m’a fait connaître Cécile d’Ecrimagine

Peut-être

DELVAUX

Paul Delvaux

Devant la porte close et illuminée, la jeune femme blonde toute de rouge vêtue s’interroge, dans une immobilité inquiète et silencieuse.
A gauche d’un long convoi sinistre, l’inconnue aux longs cheveux ondulés, hésite à entrer, inquiète de l’accueil prévisible.
En face d’un long train de marchandise, baignée dans une lune et une nuit sans nuage, l’étrangère au manteau rouge, compte les secondes avant de pousser cette porte tant espérée et tant redoutée. Dans cette rue sans personne, ell se sent seule face au monstre qui l’attend peut être. Dans la nuit douce mais sans étoiles, elle ne peut compter que sur elle même. Passant le long du mur blanc, l’enfant prodigue, repart d’un pas pressé. Dans un futur proche, elle reviendra et osera pousser cette porte, d’un geste calme et décidé, lors d’une nuit étoilée…. peut être.

.Texte écrit dans le cadre de cet atelier (cours d’écriture créative à distance) que m’a fait connaître Cécile d’Ecrimagine

Courts poèmes (avec mots imposés)

Camargue
Au soir de sa vie
Il sommeille, pieds dans l’eau,
Le vieux flamant rose,
Dans le feu du soleil
Sera-t-il là demain ?
.
.
Fait divers  
« Au secours, au secours ! »
Criaient les légumes,
Au fond de la casserole.
« Nous ne sommes pas assez vieux pour bouillir,
La coupable est la cuisinière
Ne vous fiez pas à son tablier bleu et rose
Mr Poireau ! Il n’est plus temps de sommeiller
Menez l’enquête et arrêtez-la
Ce soir il sera trop tard
Et c’est vraiment pas de chance de finir en pot au feu »
.
.
Danse
Feu Follet danse
Jamais il ne sommeille
Du pied il marque la cadence
Un, deux, trois soleil
Il tourbillonne et étincelle
Pas le temps de devenir vieux
Un peu de rose, un peu de bleu
C’est lui le feu d’artifice
Demain soir, c’est la Saint Jean
.
.
 
Textes écrits dans le cadre de cet atelier (cours d’écriture créative à distance) que m’a fait connaître Cécile d’Ecrimagine
Il fallait écrire de courts poèmes  en partant des mots sommeiller, bleu, rose, vieux, demain, soir, feu