Aujourd’hui « foule » – 8 décembre

Episodes précédents : 12345678910111213,14

Samedi : Epilogue

A un moment, maman a dit : « il est génial le défilé du carnaval cette année : les gens ont fait beaucoup d’efforts sur leur costumes : enfin surtout sur leurs têtes. »
Il y avait aussi des chars qui défilaient : le char des instruments à vent, le char des instruments à percussion, ceux à cordes.
On n’avançait pas vite avec la foule qu’il y avait, papa avait le temps de prendre plein de photos.
Un monsieur à tête de piano s’amusait à répéter en boucle « qui va piano va sano »
Comme toujours, le dernier char était la voiture de police, ils avaient tous des têtes de violons et regardaient maman d’un air bizarre, comme si elle avait volé la sienne.
Alors, tout le monde s’est mis à chanter en lançant des confettis : même les personnes à tête de casserole chantaient à gorge déployée.
Nous aussi on s’est mis au diapason : Avec mes copains on s’est mis à chanter : « trois jeunes tambours s’en revenaient de guerre et ri et ran rampataplan » en criant bien fort.
Au bout d’un long moment on est arrivé au parc devant la mairie.
« Flûte » a dit maman « il va y avoir le discours de Monsieur le maire avec sa tête de fanfare à lui tout seul ».
Dans le brouhaha qui régnait, presque personne ne l’écoutait monsieur le maire : il a remercié tous les organisateurs du carnaval pour le beau thème choisi : « de la musique avant toute chose » qui faisait suite à un autre carnaval non moins réussi sur le thème des peintres.
– Quelle cérémonie bien orchestrée ! Disaient les uns
– Réglée comme du papier à musique ! Répondaient les autres
– Les enfants, en sourdine s’il vous plaît, disaient les maîtresses de l’école qui accompagnaient certains enfants, ou sinon nous allons vous sonner les cloches, a rajouté Delphine.
Tambour battant, les employés de la mairie ont ensuite fait un grand feu avec Monsieur Carnaval et on est tous repartis vers notre maison.
A ce moment , j’ai dit « très réussi ce carnaval : par chance on avait les bonnes têtes : si le carnaval avait eu lieu lundi il n’y aurait eu que des têtes – moyens de transport, s’il avait eu lieu mardi, il n’y aurait eu que des têtes-animaux, s’il avait eu lieu mercredi des têtes-nourritures, jeudi des têtes d’homme sur des corps de femmes et des têtes de femmes sur des corps d’homme et vendredi des têtes de fruits et légumes »

Et là maman m’a mis la main sur le front et elle a dit : « je crois que Titouan a un peu de fièvre, il ne sait pas ce qu’il raconte » et elle a enlevé son masque de violon : elle avait l’air un peu inquiète, mais en dessous elle avait sa tête de maman comme d’habitude. J’étais content de la retrouver avec sa vraie tête ; mon papa aussi a enlevé son masque de guitare et a regardé de près si j’avais de la fièvre : « non non il va très bien, je crois juste que c’est son imagination débordante qui a encore débordé » et il m’a fait un clin d’oeil. Il sait bien, lui, ce qui s’est passé cette semaine.

F I N 

 ;F

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :520 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Publicités

Aujourd’hui « Phrases que l’on m’a dites » – 7 décembre

Episodes précédents : 12345678910111213

Samedi, un bien joli défilé

Après ce réveil en fanfare, j’ai voulu aller voir mes copains au parc, pour voir leur tête.
Maman a dit d’accord pour aller se promener mais pas au parc : elle me regardait d’un air bizarre « tu as oublié où nous allons aujourd’hui, Titou, pourtant cela fait une semaine que tu ne parles que du défilé » : je me demande bien pourquoi elle a dit cela et quel défilé d’abord ?
Papa aussi est venu avec nous, il avait son appareil photo.
Dans la rue, il y avait foule et tout le monde se dirigeait vers la bibliothèque.
Les autres enfants avait des têtes de jeux : je n’ai pas reconnu tous les enfants du quartier mais quelques uns quand même : Bastien-jeu de domino, tenait la main de son papa-tête de tuba : C’est un instrument de musique que je ne connaissais pas, c’est maman qui me l’a dit : « tuba cela lui va bien lui qui est plongeur. » Kevin-tête de dé parlait avec une tête de batterie : son papa est pâtissier, c’est pratique un papa à tête de batterie pour faire la cuisine, Andréa-barbamama faisait un câlin à un papa banquier-tête de pipeau, Elisa-Barbie souriait à son papa-tête sirène de pompier. Mon meilleur copain Barnabé, qui est haut comme trois pommes, avait une tête de playmobil et son papa une tête de trombone.
« Pratique les trombones quand on travaille dans un bureau plein de papiers » a dit maman.
En chemin, nous avons aussi rejoint des adultes : Un Papa-banjo et une maman-mandoline, suivi d’un papi-clarinette et d’une mamie-Balalaïka, un monsieur-cornemuse en jupe « tiens je ne savais pas que notre voisin avait des origines écossaises, a dit papa », un jeune balafon tenait la main d’une djembé. C’était un bien joli défilé.

:

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots : 293 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « Un secret » – 6 décembre

Episodes précédents : 123456789101112

Samedi, musiques en tête

:
Le lendemain matin, c’est une jolie musique qui m’a réveillé, elle venait de la chambre de Papa et Maman.
C’était samedi : il n’y avait pas école, je ne me suis donc pas levé tout de suite.
Je me suis un peu frotté un peu les cheveux car cela me grattait mais je n’avais plus de cheveux : j’ai donc couru dans la salle de bain. En chemin j’ai croisé ma soeur qui s’est poussée vite fait, « Place Place, a-t-elle crié Titou a envie d’aller aux toilettes ». C’était même pas vrai, je n’avais pas envie de pipi, juste envie de voir ma tête sans cheveu.
Dans le miroir, j’ai bien aimé ma tête car c’était un magnifique carrosse avec 5 roues comme il faut. Maman dit toujours que dans son travail elle est la cinquième roue du carrosse ; alors moi, cela me plaisait d’avoir 5 roues et pas 4. Mr Marcel avait eu raison hier, en disant que ma citrouille deviendrait carrosse. Après m’être regardé sous toutes les coutures, je suis allé voir ma soeur pour voir le thème de la journée pour les enfants, car pour les parents je le savais déjà : En courant vers la salle de bain, je les avais vu à l’aller : papa était une magnifique Guitare et Maman un Violon.
Ma soeur avait la tête de son pokemon préféré : Rayquaza
Elle a trop de la chance, ma soeur : je me demande comment elle a fait : elle m’a expliqué.« Je me suis concentrée très fort hier en disant
Rayquaza, Rayquaza
Une tête de Rayquaza, je voudrais
Abracadabra
Abracadabray »
Alors je lui ai dit : c’est vrai ?
Et elle est partie en rigolant « mais non tu sais bien que la sorcière qui fait changer la tête des gens, c’est maman, ce n’est pas moi ? MAIS IL NE FAUT PAS LE DIRE c’est un SECRET »
Papa s’est levé ensuite en chantant : « c’est une belle journée qui commence », sa chanson préférée.
Maman a répondu « ouiouiouillle : pourquoi aie-je donc dit hier soir « ti-coeur, si jamais on m’embarque dans le panier à salade, surtout appelle tout de suite notre avocat, je ne voudrais pas passer ma nuit au violon » et maintenant j’ai une tête de violon »
« Ne te plains pas » a dit papa « tu pourrais avoir à la place une tête de porte de prison » et ils se sont faits des bisous.
Alors, maman a retrouvé sa bonne humeur et a dit : « c’est une façon gentille de dire que je suis aimable comme une porte de prison ?

;

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :410 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « masques et attitudes » – 5 décembre


Episodes précédents : 1234567891011

Vendredi, Commissariat et compagnie

L’après midi, pendant que les petits faisaient la sieste, Mr Marcel et Marinette nous ont fait leur spectacle improvisé : Mr Marcel « Cosse de petits Pois extra fin » s’est pris pour Serge Gainsbourg, l’homme à la tête de chou, il chantait à tue tête :

Je trie des pois des petits pois toujours de ptits pois
Des pois de première classe
Des pois dans ma classe

Marinette « Tête de poireau » préfère Charles Aznavour :

« Je me voyais déjà en haut de la quiche
avec de la béchamel sur la pâte je m’étalais »

Voilà toute ma journée. J’ai hâte de raconter ma journée à mes parents et de savoir ce qui s’est passé à leur travail.
A la sortie de l’école, j’ai été un peu surpris que ce ne soit pas un de mes parents qui viennent, mais ma mamie Odile et son ami Harry : Ils étaient bien assortis tous les deux l’une avec sa tête de myrtille et lui avec sa tête d’olive.
Odile-myrtille m’a expliqué que papa et maman étaient au commissariat de police et qu’ils rentreraient un peu tard.
En les attendant, on a lu des histoires, on a pris le bain, joué aux dominos…
Quand papa et maman sont rentrés, ils nous ont expliqué ce qui s’était passé : « Quelqu’un a téléphoné au commissariat de façon anonyme pour prévenir que le désordre qui régnait depuis 4 jours était dû à Laurence, qui est une sorcière, toujours d’après cette source anonyme.
Ce serait elle qui faisait que le ciel nous était tombé sur la tête. »
Heureusement, tout s’est bien passé au commissariat : le policier- tête d’aubergine a pris la déposition de Maman qui a nié être responsable de quoi que ce soit. « De toute façon cela n’existe pas les sorcières », a-t-elle dit. Le policier-tête de pois chiche a dodeliné de la tête et l’a félicité pour son attitude et son humour.
Ensuite, elle a dit aux policiers, qu’elle était un peu pressée, ce qui les a bien fait rigoler venant d’une tête d’orange.
– Tu as été très gentil de venir me chercher au commissariat, a dit maman à papa. Merci Ramon !
Là, papa-tête de fraise a eu l’air inquiet, comme s’il se demandait si Maman perdait la mémoire : – « mais je m’appelle pas Ramon » a-t-il dit : « je m’appelle Olivier »
– Bien sûr mon chéri mais depuis cette après-midi je trouve que Ramon Ta Fraise cela sonne mieux que Olivier Ta fraise.
Papa a rigolé, mi-figue mi-raisin, et a conclu : en tout cas, j’espère que les prochains jours vont être plus calmes et que l’on ne va pas être convoqués au poste de Police tous les jours.
Maman a rigolé à nouveau et a dit « ti-coeur, si jamais on m’embarque dans le panier à salade, surtout appelle tout de suite notre avocat, je ne voudrais pas passer ma nuit au violon. »

;

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :469 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « jeu de société partant d’une case départ » – 4 décembre

Episodes précédents : 12345678910

Vendredi, c’est pas ravioli

Je me suis précipité dans la chambre de ma soeur et là, je lui ai trouvé un teint un peu malade. Peut être couve-t-elle une jaunisse? En même temps, comme sa tête est devenue un citron, c’est un peu normal qu’elle paraisse jaune. Elle a eu l’air contente de sa tête et de voir que maintenant les enfants aussi étaient touchés par cette « maladie »
« Ce n’est pas une maladie », a dit maman. « Nous sommes en forme, pouvons aller au travail ou à l’école. On peut même y trouver des avantages: on fait plus attention aux autres et j’ai même découvert quelque chose : l’important ce n’est pas la tête que l’on a, c’est la tête que l’on fait. »
Nous avons déjeuné ensemble et ensuite direction l’école pour le dernier jour de la semaine : c’est vendredi. A l’école, nous préparons un spectacle pour la fin de l’année :
Comme c’est vendredi, les parents devant l’école étaient souriants et de bonne humeur: il faut dire qu’après avoir passé la journée précédente avec un corps d’homme et une tête de femme ou bien un corps de femme et une tête d’homme, passer la journée avec une tête de fruits ou de légumes c’est tout de suite plus facile.
Alors comme les trois autres matins, je me suis amusé avec ma soeur à reconnaître les parents qui étaient là. C’était facile : Gaël, poil de carotte, tenait la main de son papa-tête de navet : son papa est producteur de film. Kevin-brocoli parlait avec une tête de cerise : son papa est pâtissier, c’est pratique un papa à tête de cerise pour mettre sur les gâteaux.
Andréa-clémentine faisait un câlin à un papa banquier-tête d’oseille. Elisa-potimarron souriait à son papa-pompier-tête de tomate. Mon meilleur copain Barnabé qui est haut comme trois pommes avait une tête de ….. pomme, bien sûr et son papa une tête de salsifi.

Mr Marcel est venu nous chercher le premier avec sa tête de cosse de petits pois, Delphine avec son coeur d’artichaut (euh non je veux dire sa tête d’artichaut), et Marinette avec sa tête de poireau. Cela fait de jolis cheveux les poireaux.
« Allez les enfants : en rang d’oignons s’il vous plait et en classe ».

Le cuisinier, lui, avait la tête d’un portrait d’Arcimboldo que j’ai vu dans un livre de la bibliothèque.

Nous avons joué au Verger, révisé les chiffres avec le dé jusqu’à 6. Pour partir de la case départ, il faut faire un 6 justement.

JEU FRUIT

Le spectacle que nous préparons pour la fête de l’école est un mélange de tous les contes et livres que nous avons lus cette année : Le petit chaperon rouge, Cendrillon, Jack et le haricot magique, la princesse au petit pois. On doit aussi chanter quelques chansons comme « savez vous plantez les choux ? »
Mr Marcel m’a alors dit : aujourd’hui nous allons changer un peu ton rôle, Titouan : avec ta tête de citrouille, il faut absolument que tu aies un rôle dans le conte Cendrillon : « peut être te transformeras-tu en carrosse bientôt ? »
A la cantine, nous avons eu ratatouille en plat et salade de fruit en dessert, je crois qu’aujourd’hui, nous aurons bien mangé nos 5 fruits et légumes.

:

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :530 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « Une coupe franche » – 3 décembre

Episodes précédents : 123456789

Jeudi, l’épidémie continue

Ainsi, papa et maman sont partis au travail, après nous avoir emmenés à l’école.
Je me suis retrouvé dans la classe de Mr Marcel comme tous les jours, même si la voix de Mr Marcel sortait de la bouche de l’autre maîtresse, Delphine.
Marinette, elle, avait la tête du cuisinier de la cantine et le cuisinier de la cantine celle de Marinette.
Quand papa est rentré le soir, il a dit : « Finalement, tout s’est bien déroulé aujourd’hui, une fois passée la première surprise : il faut dire que dans mon travail, les pilotes avec qui je discute à la tour de contrôle entendent juste ma voix et n’ont donc pas vu que j’avais un corps d’homme et une tête de femme, ni que mes collègues femme avaient un corps de femme avec une tête d’homme. Finalement le plus important ce n’est pas la tête que l’on a mais plutôt la voix, et ce que l’on dit. »

Quant à moi, j’ai fait des coupes franches toute la journée sur des têtes de femmes à voix d’homme qui  ne supportaient pas les cheveux longs… Epuisant !! a dit maman.

– Quelle tête va-t-on avoir demain ? s’est demandé maman. Ne pourrait-on pas un peu anticiper ?

– On verra bien, a répondu papa : n’oublie pas ma devise : « planifier c’est remplacer l’incertitude par l’erreur »

Après le repas, papa et maman nous ont lu un livre chacun, c’était la fête. Papa m’a lu « la maison de Barbapapa » et maman m’a lu l’histoire des vacances des Barbapapa ».
J’adore cette histoire où Barbalala accuse Barbouille d’avoir laissé un cheveu dans son thé et qu’ensuite Barbouille la traite de légume vert.
Ensuite, ils se disputent tous, mais finissent par se réconcilier à la fin après s’être envoyés plein de peinture à la figure, c’est trop drôle.
Maman m’a fait un câlin en me disant : « Cela te plairait qu’on t’appelle espèce de légume vert ? ».

;
Le lendemain, je me suis réveillé tout bizarre : j’avais la tête lourde mais lourde. Je suis allé le dire à papa et à maman : là, j’ai été content de voir que papa n’avait plus la tête de maman et inversement : c’était trop compliqué hier de savoir qui me parlait de l’un ou de l’autre.
Aujourd’hui cela va être plus simple : Papa a une tête de fraise et maman une tête d’orange.
A ce moment là, maman a dit un peu effrayé : « mon ti-cœur, regarde Titouan, il a une tête de citrouille. Les enfants sont eux aussi touchés par ce grand tournicotis des têtes. »
Alors, je suis parti en courant dans la chambre de ma sœur pour voir la tête qu’elle avait.

:

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :436 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « la beauté à cet endroit précis » – 2 décembre

Episodes précédents : 12345678

Jeudi, tout va de travers

Les parents ont eu un grand sursaut en se voyant : c’était la première fois qu’ils se voyaient, avec en face de lui, sa propre tête. Papa était en face de lui-même sur le corps de sa femme. D’habitude ils se regardent dans la glace mais là ils se voyaient comme dans la glace sauf qu’ils n’étaient pas devant une glace.
« Oh Oh je crois que tout n’est pas rentré dans l’ordre » a dit papa de sa grosse voix avec sa tête de maman.
« AH ah effectivement » a dit maman de sa moyenne voix avec sa tête de papa.
Donc je récapitule :
Papa avait son corps, sa voix et la tête de Maman.
Maman avait son corps, sa voix et la tête de Papa.
– Maman, ai-je dit, avec ma petite voix qui n’avait pas changé, j’ai faim : quand est ce que le petit déjeuner est prêt ?
Et là Maman s’est levée et a dit avec sa moyenne voix et sa tête de papa : « je te le prépare tout de suite mon poussin ». Mon poussin, c’est plus l’expression de Maman. Papa m’appelle plus souvent mon p’tit chat.
Il faut donc bien que je me concentre sur les voix quand je m’adresse à eux : il ne faut pas que je regarde leur tête.
– Seule la tête a changé, à l’intérieur de moi, je ne me sens pas différente, a donc dit maman avec sa moyenne voix et sa tête de papa, et papa a dit « d’accord » de sa grosse voix et sa tête de maman. A moins que ce ne soit l’inverse.
Bref je m’y perdais un peu.
Après le petit déjeuner les choses se sont compliquées :
« Comment vais-je faire pour aller travailler » ont dit, en même temps, papa et maman ?

– Pour rentrer dans l’aéroport, a dit papa de sa grosse voix et avec sa tête de maman, je dois mettre mon doigt avec mes empreintes digitales dans un lecteur : il faut donc que ce soit mon corps qui aille travailler. Oui mais mes collègues ne vont  plus rien y comprendre avec ma tête de femme et ma voix d’homme. Jamais le gardien de l’aéroport ne me laissera rentrer : je n’ai plus la même tête que sur mon badge.
– Pour moi c’est moins grave, a dit maman de sa moyenne voix et sa tête de papa, Les clients seront un peu surpris que j’ai changé de tête mais c’est le quotidien d’un coiffeur de changer de tête et de faire changer la tête des autres gens. Je pourrais toujours leur dire que la beauté en cet endroit précis est la beauté intérieure et qu’une femme à tête d’homme est aussi belle qu’une femme à tête de femme.
– Comment vais-je aller travailler ?? a alors répété papa de sa grosse voix et sa tête de maman,
C’est ma sœur qui a trouvé la solution : « cela n’est pas grave, car rappelez vous, vous n’êtes pas les seuls à avoir changé de tête : tous les adultes ont dû faire de même.
Autrement dit, papa, le monsieur qui contrôle les entrées dans la tour de contrôle doit maintenant avoir son corps d’homme et un visage de femme : il comprendra que tu es bien toi. Enfin…je crois.

:

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :537 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « en retard » – 1er décembre

Episodes précédents : 1234567

Mercredi, tout rentre dans l’ordre ?

– As tu trouvé ma chérie une explication à ce qui nous arrive ? Y a t il un traitement ?
– Non rien du tout, mais je n’arrête pas de penser que cela a un lien avec ce que je dis le soir. Le premier soir, je t’ai parlé de train-train et bingo le lendemain tu en étais un.
Ensuite je t’ai dit « drôle de Zèbre » et nous sommes devenus des têtes de zèbre; Enfin hier soir je me rappelle bien avoir dit à Titouan de vite finir ces céréales. Crois-tu que j’ai peut- être été ensorcelée par une magicienne qui passait par là ?

Papa n’a pas su quoi répondre alors Maman a continué :
« C’est simple, ce soir les derniers mots que je dirai sont : « je voudrais que tout le monde récupère sa tête !!! A partir de maintenant je ne dis plus un mot » et maman est allée se mettre sous la couette, un oreiller sur le paquet de céréales qui lui sert de tête.
Du coup, c’est papa qui s’est occupé de nous : il nous a fait son fameux menu « arc en ciel » ; betteraves rouges en entrée, cordons bleus et haricots verts en plat, fromage blanc et oranges en dessert, café noir pour lui et chocolat blanc pour nous. Puis il nous a raconté une histoire super longue avec plein de sorciers et de magiciennes qui transforment les enfants en fruits et en fleurs.
– Ti-coeur, arrête de leur farcir la tête d’histoires impossibles, a dit Maman. « Si j’étais toi, je les enverrai tout de suite au lit » a-t-elle poursuivi à moitié endormie, elle avait oublié qu’elle avait juré de ne plus parler.
Le lendemain matin, (le jeudi pour ceux qui ont suivi) ; je me suis levé très tôt et là j’ai bien vu qu’ils avaient repris leurs esprits et leurs têtes habituelles. Ils dormaient encore et seules leurs têtes dépassaient de la couette: Papa avait un peu de barbe car il ne s’était pas rasé depuis 3 jours : a-t-on déjà vu une locomotive, ou un zèbre ou un paquet de céréales se raser ?
Je me suis glissé sous la couette pour faire un câlin et c’est là que j’ai vu que quelque chose n’allait pas tout à fait ; Papa avait la chemise de nuit orange de maman, (celle qui est toute douce), et Maman avait le caleçon et le tee shirt de papa (le même que celui du jour où Papa s’était réveillé en train)
J’ai vite appelé ma soeur qui a vu comme moi que Papa et maman avaient à nouveau leur tête mais celle de papa sur le corps de Maman et inversement.
Ce n’est pas aujourd’hui que tout allait redevenir comme avant !!! J’ai su aussitôt que  nous allions être en retard à l’école….

;

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :460 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « trois fois rien » – 22 novembre

FullSizeRender

La construction est impressionnante : 2 grandes boîtes de Kapla !
L’architecte en chef, 6 ans d’expérience, aurait répondu à la question de sa mère . Pourquoi cette construction ?
« C’est une muraille pour se protéger des ennemis »
Selon nos sources bien informées, la mère en question aurait froncé les sourcils puis demandé à quoi servait la petite construction  à droite (hors photo)
« C’est une prison pour arrêter ceux qui ont commis les meurtres…. »

;
Quand je pense que cet enfant n’a pas la télé dans sa maison, qu’il a été protégé de toute l’avalanche d’infos la semaine dernière, j’aimerais bien être une petite souris pour entendre ce qui se dit à l’école….
Plus tard … Le dit enfant aurait dit :  » Cela prend des heures à construire et trois secondes à détruire »
La mère aurait acquiescé en disant qu’il suffit de trois fois rien … Que dire de plus ?
Elle aurait essayé de dire qu’il vaut mieux construire des écoles que des prisons mais le public n’était pas convaincu.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots : 160 mots

3. éléments réels de la journée : OK

4. suivre la consigne de la date : OK

Aujourd’hui « c’est parfois si simple » – 18 novembre

Dur quand on a 9 ans de laisser tomber une BD passionnante pour aller se laver les dents avant de partir à l’école, alors qu’il serait si simple de se laver les dents une fois par an (comme les 7 nains)

BROSSE A DENT

 

A propos de cette brosse à dent, Luc écrit en gris, la jument verte écrit en bleu : un comble !

LUC1

LUC2

 

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots : 46 mots (hors sms)

3. éléments réels de la journée : OK

4. suivre la consigne de la date : OK