Harry Potter et le prince de sang mêlé – JK Rowling

Sur la chaussée s’alignaient la centaine de diligences sans chevaux, qui emmenaient traditionnellement les élèves jusqu’au château, à l’exception des première année. Harry y jeta un rapide coup d’oeil, se tourna pour continuer à cherche Ron et Hermione du regard, puis fit soudain volte-face.
Cette fois, les diligences étaient attelées. Des créatures se tenaient entre leurs brancards. Si Harry avait dû leur donner un nom, sans doute les aurait-il appelées des chevaux mais elles avaient aussi quelques chose de reptilien. On aurait dit qu’elles étaient dépourvues de toute chair. Leur pelage noir collait à leur squelette dont on voyait chaque os se dessiner. Leurs têtes rappelaient celle des dragons et leurs yeux blancs sans pupille avaient un regard fixe et vide. Elles étaient également dotées d’une paire d’ailes à la hauteur du garrot – de grandes ailes noires à la surface lisse comme du cuir, qui auraient pu appartenir à des chauve-souris géantes. Immobiles et silencieuses dans l’obscurité montante, les créatures paraissaient sinistres, effrayantes. Harry ne comprit pas pourquoi on avait attelé ces horribles chevaux aux diligences alors qu’elles étaient parfaitement capables de se mouvoir toutes seules.

.

Harry Potter et le prince de sang mêlé – JK Rowling

Pour en savoir plus sur ces sombrals (sombraux?) c’est ici 

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Publicités

Harry Potter et la coupe de feu – JK Rowling

– Ah ! Si je ne m’abuse, la délégation de Beauxbâtons arrive ! lança Dumbledore, qui était au dernier rang avec les professeurs. 

– Où ? demandèrent avidement plusiseurs élèves en regardant dans toutes les directions.
– Là-bas ! s’écria un élève de sixième année en montrant la Forêt interdite.
Quelque chose de très grand, beaucoup plus grand qu’un balai volant – ou même que cent balais volants – approchait du château, dans le ciel d’un bleu sombre.On voyait sa silhouette grandir sans cesse.
– C’est un dragon ! hurla une élève de première année , prise de panique.
– Ne dis pas de bêtises…. C’est une maison volante ! répliqua Dennis Crivey.
Dennis était plus proche de la vérité. ….La gigantesque forme noire qui avançait au dessus de la cime des arbres fut peu à peu éclairée par les lumières du château et ils distinguèrent alors un immense carrosse bleu pastel tiré par des chevaux géants. Le carrosse avait la taille d’une grand maison et volait vers eux , tiré dans les airs par une douzaine de chevaux ailés, tous des palominos, chacun de la taille d’un éléphant.
Les élèves des trois premiers rangs reculèrent en voyant le carrosse descendre du ciel à une vitesse terrifiante. Enfin dans un fracas si impressionnant que Neville fit un bond en arrière et retomba sur les pieds d’un Serpentard de cinquième année, les sabots des chevaux, plus grands que des assiettes, se posèrent sur le sol dans un nuage de poussière. Un instant plus tard, le carrosse atterrit à son tour, rebondissant sur ses roues démesurées tandis que les chevaux couleur d’or agitaient leurs énormes têtes en roulant des yeux flamboyants.

.

Harry Potter et la coupe de feu – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

– Parfait , Harry, dit Hagrid, je crois qu’il va te laisser monter sur son dos, maintenant!
L’idée n’avait rien de séduisant. Harry était habitué à piloter des balais, mais il n’était pas sûr de pouvoir aussi facilement chevaucher un hippogriffe.
– Grimpe sur son dos, juste derrière les ailes, dit Hagrid, et fais bien attention ne ne pas lui arracher de plumes, il n’aimerait pas cela du tout….
Harry posa un pied sur l’aile de Buck et se hissa sur son dos. L’hippogriffe se releva, mais Harry ne savait pas à quoi se tenir : il n’avait que des plumes à portée de main et craignait d’en arracher une.
– Allez va y, rugit Hagrid en donnant une tape sur l’arrière-train de la créature.
Et soudain, des ailes de quatre mètres d’envergure se déployèrent de chaque côté de Harry et se mirent à battre. Harry eut tout juste le temps de ‘accrocher au cou de l’hippogriffe avant que celui-ci s’élève dans les airs. Ce n’était pas du tout la même chose qu’un balai et Harry sut immédiatement ce qu’il préférait : les ailes immenses qui battaient à ses côtés lui cognaient les jambes en menaçant de le désarçonner. Les plumes luisantes glissaient sous ses doigts, mais il n’osait pas serrer plus fort. Harry regrettait la souplesse de son Nimbus 2000. Il était ballotté en tous sens par l’arrière-train de l’hippogriffe qui montait et descendait au rythme de ses battements d’aile.

.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

Il détacha l’une des chaînes, tira l’hippogriffe gris clair à l’écart des autres et lui enleva son collier de cuir. De ‘autre côté de la barrière, les élèves retenaient leur souffle. Malefoy observait la scène en plissant ses petits yeux méchants. 

– Attention, maintenant, Harry, dit Hagrid à voix basse. Tu as croisé son regard, essaie de ne pas ciller…Les hippogriffes se méfient quand on cligne des yeux trop souvent…
Harry sentit des picotements dans ses yeux, mais il s’efforça de ne pas les fermer. Buck avait tourné vers lui sa grosse tête pointue et ses yeux orange le fixaient d’un regard féroce.
– C’est ça, très bien, Harry, dit Hagrid. Maintenant incline-toi…
Harry n’avait pas très envie d’incliner sa nuque à la créature mais il fit ce que Hagrid lui disait. Il inclina brièvement la tête puis se redressa.
L’hippogriffe continua de le regarder d’un air hautain sans faire le moindre geste.
– Ah, dit Hagrid qui semblait contrarié. Bon recule, maintenant. Il ne faut rien brusquer …
Mais à cet instant, à la grande surprise de Harry, l’hippogriffe plia soudain ses pattes de devant et s’inclina profondément.
– Bravo, Harry ! s’exclama Hagrid, enchanté. Vas-y , tu peux le toucher maintenant ! Caresse- lui le bec !
Harry estimait qu’il aurait bien mérité de repasser derrière l’autre côté de la barrière, mais il s’avança malgré tout vers l’hippogriffe et tendit la main. Il lui caressa le bec à plusieurs reprises et l’animal ferma paresseusement les yeux, comme s’il y prenait plaisir.

;

Suite la semaine prochaine…..

.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

Une douzaine de créatures parmi les plus bizarres que Harry ait jamais vues trottinaient dans leur direction. Elles avaient le corps, les pattes arrière et la queue d’un cheval mais leurs pattes avant, leurs ailes et leur tête semblaient provenir d’aigles monstrueux dotés de longs becs d’une couleur gris acier, et de grands yeux orange. Leurs pattes avant étaient pourvues de serres redoutables d’une quinzaine de centimètres de long. Les créatures portaient autour du cou d’épais colliers de cuirs attachés à de longues chaînes dont Hagrid tenait les extrémités dans sa main immense.
– Allez, en avant ! rugit Hagrid en agitant les chaînes pour faire entrer les monstres dans l’enclos.
Les élèves reculèrent d’un pas lorsque Hagrid attacha les créatures à la barrière devant laquelle ils étaient rassemblés.
– Ce sont des hippogriffes ! annonça Hagrid d’un ton joyeux. Magnifiques, n’est-ce-pas?
Harry comprenait ce que Hagrid voulait dire. Une fois passé le choc de la première rencontre avec une créature mi-cheval, mi-oiseau, on pouvait apprécier l’éclat, chatoyant de leur plumage qui se transformait en pelage, chacun d’une couleur différentes : gris-bleu, vert bronze, blanc rosé, marron-rouge ou noir d’encre…….

;
Suite la semaine prochaine…..

.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Harry Potter à l’école des sorciers – JK Rowling

A trois heures et demie, cet après-midi-là, les élèves de Gryffondor sortirent dans le parc pour se rendre sur le lieu de leur première leçon de vol. Le ciel était clair et les vastes pelouses ondulaient sous une faible brise. Le terrain se trouvait du côté opposé à la Forêt Interdite dont on voyait les arbres se balancer au loin.

Les Serpentard étaient déjà là, ainsi qu’une vingtaine de balais soigneusement alignés sur le sol. Harry avait entendu Fred et Georges se plaindre de la qualité des balais de l’école qui se mettaient à vibrer quand on volait trop haut ou qui tiraient un peu trop à gauche.

Madame Bibine, le professeur de vol, arriva bientôt. Elle avait des cheveux courts et gris et des yeux jaunes comme ceux d’un faucon.

– Alors, qu’est-ce que vous attendez?aboya-t-elle. Mettez-vous chacun devant un balai. Allez , dépêchez-vous !

Harry jeta un coup d’œil à son balai : il était vieux et pas en très bon état.

– Tendez la main droite au-dessus du balai, ordonna Madame Bibine, et dites : « Debout »

– Debout ! crièrent les élèves à l’unisson.

Le balai de Harry lui sauta aussitôt dans la main, mais ce fut un des rares à le faire. Celui d’Hermione Granger fit simplement un tour sur lui -même et celui de Neville ne bougea pas. Les balais étaient peut-être comme les chevaux, songea Harry, quand on avait peur, ils le sentaient et le tremblement dans la voix de Neville indiquait clairement qu’il aurait préféré garder les deux pieds sur terre.

.

Harry Potter à l’école des sorciers – JK Rowling

.

Sur une idée de Chiffonnette

citation