L’avalée des avalés – Réjean Ducharme

Vacherie de vacherie ! (je reprends l’expression favorite de Bérénice, la narratrice de ce livre)

Quel livre !

Bérénice est une petite fille au début du livre (huit ans à peu près) et à la fin du livre elle a une vingtaine d’années.
Elle vit au Canada sur l’île des sœurs avec son père, sa mère et son frère qui a deux ans de plus qu’elle. Les parents se détestent et se déchirent : Ils décident de se séparer et gardent chacun un des enfants. Le père Einberg est juif et élève sa fille dans la religion juive. La mère est catholique et veut élever le fils, Christian,  dans sa religion à elle. Au début, j’ai cru que Bérénice était une sorte de petite sœur de Zazie (celle du métro) ; grande gueule, avec un franc-parler bien à elle et plutôt assez chipie.
En fait il n’en est rien : Bérénice est une petite fille qui souffre énormément des disputes continuelles de ses parents. Pour survivre à ce climat impossible et anxiogène,  elle a une affection démesurée pour son frère Christian.  Pauvre petite fille ! au début on est en totale empathie avec elle, écartelée entre son père et sa mère. Elle ne reçoit aucune tendresse, aucune attention si bien qu’un jour elle essaie de se laisser mourir.  Elle survivra à cette maladie (forte fièvre) et la ressemblance avec Zazie s’arrête là.  Bérénice, un peu après cette maladie, devient franchement antipathique : elle tue les chats de sa mère qu’elle dit détester, une page plus loin elle dit l’aimer. Elle en fait voir de toutes les couleurs à son entourage (entourage détestable de son père et sa mère, pas un pour rattraper l’autre, certes ils ont souffert pendant la guerre mais comme peut on torturer, psychologiquement, ainsi ses propres enfants). De rage, son père l’expédie chez son oncle, juif orthodoxe à New York pendant cinq ans. Son amie Constance la suit mais l’apaisement sera de courte durée.
Pendant cinq années, elle ne verra pas du tout son frère et lui écrira des lettres enflammées : l’aime-t-elle vraiment ce frère ou écrit elle ces lettres uniquement pour faire enrager son père qui lit tout son courrier ?
La petite fille espiègle et malheureuse du début du livre devient une adulte détestable et malheureuse qui se rend, contrainte et forcée par son père en Israël pour faire son service militaire.  La petite fille a disparu, reste une jeune adulte perturbée qui accomplira l’indicible.

Au delà de l’histoire très prenante, l’écriture de Réjean Ducharme est somptueuse et très poétique (Roman paru en 1966 en France, Wiki me dit qu’il a été en lice pour le prix Goncourt)

* *

J’appelle Christian à ma rescousse. Entre-temps, j’ai pris un quotidien de Montréal (La Pressée) et j’ai parcouru les quelques colonnes des annonces classées spécialisées dans les chambres à louer.
– Christian, mon chéri, si notre amitié n’est pas qu’un mot, aide-moi à débarrasser ma v       ie de ce fou furieux qu’est notre cher père !
– Non ! répond-il, imperceptiblement mais rigidement.
– Si tu es mon frère, véritablement, viens partager avec moi la misère dans laquelle je veux me réfugier pour échapper à l’impitoyable angoisse de ce fou furieux !
– Non ! répond-il, imperceptiblement mais rigidement.
–  Nous louerons un meublé crasseux et truffé de cafards, dans un sous-sol, dans le quartier de Montréal où les pires taudis sont !
– Non ! répond-il, imperceptiblement mais rigidement.
– Je t’entretiendrai, comme dans les films français la péripatéticienne parisienne entretient son Jules. Tu verras ; je trouverai vite un emploi. J’ai la langue bien pendue, je suis débrouillarde et courageuse. Je sais danser. Je sais jouer du cor anglais, du clairon et du trombone. Je suis capable de donner des leçons de karaté. Pour augmenter mes revenus, j’apprendrai la dactylographie et la sténographie. Les pornographes s’arrachent les dactylographes qui sont sténographes ! Je parle toutes sortes de langues. J’ai un diplôme de mécanique ; entre cinq heures et sept heures, je réparerai des pneus crevés, huilerai des joints Cardan, remplacerai des bougies, changerai des balais, servirai de l’essence. Je travaillerai jour et nuit ; j’amènerai tant d’eau au moulin que tu pourras t’acheter une voiture sport européenne. Nous mettrons de l’argent de côté et, chaque année, nous ferons les touristes : nous irons à Cunaxa. A Cunaxa, nous courrons parmi les ruines de la défaite de Cyrus, nu-pieds et nu-jambes comme quand nous étions tous petits. Je nous vois à Cunaxa comme si j’y étais. Je nous vois nous baisser pour ramasser le fer qu’a perdu le cheval de Tissapherne quand il se mit à poursuivre les Dix Mille …
– Non ! répond-il, imperceptiblement mais rigidement.

Québec en Novembre Chez Karine et Yueyin

Publicités

Un ange cornu avec des ailes de tôles – Michel Tremblay

En treize chapitres, Michel Tremblay nous fait part de sa passion pour les livres. Cela commence très tôt,  à trois ans il ne sait pas encore lire mais il emmène des livres à sa grand-mère qui ne peut pas se déplacer. Cela continue ainsi de chapitre en chapitre : sa première lecture de « grand »  : « L’auberge de l’ange-gardien » de la comtesse de Ségur, sa découverte de Tintin et de la BD qu’il méprise au départ avant de se laisser subjuguer par cet univers, sa découverte des romans d’aventures de Jules Verne, sa passion pour les contes avec Blanche Neige et les sept nains – il essaie pendant plusieurs semaines de changer la fin de ce conte par sympathie pour les nains, sa rencontre-choc avec la littérature québécoise et « Bonheur d’occasion » de Gabrielle Roy, sa découverte quand il est adolescent de Victor Hugo (des pages très drôles où Michel Tremblay se sert de Victor Hugo pour contester les Frères qui enseignent dans son collège de jésuites). Enfin il raconte également ses multiples virées dans les bibliothèques et notamment ses stratagèmes pour emprunter un livre « Orage sur mon corps » d’André Béland, livre qu’il n’arrivera jamais à  emprunter d’ailleurs car la censure veille : il faut être majeur pour pouvoir emprunter un livre traitant d’homosexualité. Il découvre dans d’autres  livres que son homosexualité n’est pas une chose isolée et que beaucoup d’hommes sont comme lui.

A chaque chapitre, il y a des passages savoureux de dialogues avec sa maman qui, elle, lit très peu mais qui encourage sa soif de lecture. Le lecteur suit donc le jeune Michel de ses 3 ans jusqu’à ses 25 ans, de la passion de la lecture à  la concrétisation de sa passion de l’écriture avec la publication  d’un recueil « Contes pour buveurs attardés ».

Le ton de Michel Tremblay est absolument adorable : il est drôle, caustique, ironique et à la fois tendre et bienveillant avec sa maman.  En résumé un livre qui m’a autant plu que « Bonbons assortis », un peu bâti sur la même idée : raconter des tranches de vie de son enfance jusqu’à ce qu’il devienne jeune adulte.

* *

Deux extraits et l’incipit ici

La Saskatchewan a toujours flotté dans l’appartement de la rue Fabre, puis celui de la rue Cartier, gigantesque fantôme aux couleurs de blé mur et de ciel trop bleu. Quand maman nous racontait les plaines sans commencement ni fin, les couchers de soleil fous sur l’océan de blé, les feux de broussailles qui se propageaient à la vitesse d’un cheval au galop, les chevaux, justement, qu’elle avait tant aimés, avec un petit tremblement au fond de la voix et les yeux tournés vers la fenêtre pour nous cacher la nostalgie qui les embuait, j’aurais voulu prendre le train, le long train qui prenait cinq jours pour traverser tout le Canada, l’amener au milieu d’un champ sans limite bercé par le vent du sud et le cri des engoulevents et lui dire : « Respire, regarde, touche, mange tout le paysage, c’est mon cadeau. »

**

Je lisais les aventures de Robert Grant le plus tard possible, jusqu’à ce que ma mère menace de retirer l’ampoule de ma lampe de chevet, en fait, puis je rêvais une partie de la nuit de la traversée de l’Atlantique, du détroit de Magellan, des paysages chiliens, de la Cordillère des Andes… Mon lit était un bateau qui quittait volontiers ma chambre de la rue Cartier pour foncer vers le 37e parallèle à la recherche de la source du Gulf Stream.
Je devenais un marin accompli en même temps que Robert Grant, j’apprenais à monter un magnifique cheval argentin à la robe noire en compagnie de Thalcave, le beau Patagon à moitié nu dont le portrait me troublait tant à la page 95, je traversais à guet le Rio de Raque et le Rio de Tubal, je grimpais des murs de porphyre – les quebradas –, je cherchais en vain mon père au creux des forêts de séquoias ou sur le pic des montagnes enneigées. On disait de Robert Grant qu’il grandissait et se développait rapidement, qu’il devenait un homme ; moi, je lisais au milieu des miettes de gâteaux ou de biscuits au gingembre et je restais désespérément l’enfant envieux qui n’avait pas de destin grandiose.

Québec en Novembre Chez Karine et Yueyin

Je suis un écrivain japonais – Dany Laferrière

Dès le début je suis restée sous le charme de cet écrivain (Japonais? Haïtien ?Québécois?)
Pourquoi ?
Parce que Dany Laferrière est à la fois rempli de doutes (il a écrit 14 livres mais il a l’air en panne pour le suivant, il n’a au départ que le titre  « Je suis un écrivain japonais ») et aussi rempli d’autodérision. Je crois que l’autodérision est ce qui met plaît le plus quand un écrivain parle de son rapport à l’écriture (cf le billet sur « La promesse de l’aube« , billet que je n’ai pas écrit mais il est dans ma tête et comme je vous livre toutes mes pensées …)

L’auteur va chez son poissonnier qui lui instille un doute supplémentaire : a-t-il le droit d’utiliser ce titre ? se demande-t-il en cuisinant son saumon.

Ensuite Dany Laferrière remonte à son enfance caribéenne (que je connaissais pour l’avoir découvert dans « L’énigme du retour« ), il lisait Mishima dans son petit village durement frappé par la malaria.

Dany Laferrière nous balade à travers le monde : Déambulation dans le métro à Montréal avec « La route étroite vers les districts du nord de Basho » dans la main, voyage intérieur en Haîti,  rencontre avec Bjork (une autre île) puis Midori, une chanteuse japonaise de rock (qui est semble-t-il une célébrité au Québec), plusieurs escales au café Sarajevo, un autre rencontre avec son propriétaire (grec) qui réclame son loyer hebdomadaire.

Quelques chapitres sont un peu déroutants car on se demande sans cesse où est la frontière entre la réalité ét la fiction.  L’écrivain suit Midori et 6 japonaises (les sept samouraï  ? )

Ce livre est très drôle car il met en avant les clichés que nous avons tous plus ou moins autour du Japon (touristes avec leur appareil photo, cerisiers et geishas), et ce pays reste pourtant mystérieux. Les personnages japonais ont tous un nom d’écrivain japonais (Murakami, Mishima, Tanizaki, Brautigan – rayez la mention inutile). En effet, ce livre qui n’est pas encore écrit par l’auteur déclenche une « folie » au pays du soleil levant : enthousiasme mais aussi racisme ordinaire …

Sous ces dehors légers et humoristiques, les questions sont d’actualité : qu’est ce que l’identité, a-ton le droit d’écrire sur quelque chose que l’on n’a pas vécu ? Pourquoi les sociétés actuelles sont-elles racistes ?

En bref un excellent moment

Un extrait :

Le téléphone, de nouveau. J’ai beau dire « allô », aucune réponse. J’entends pourtant le souffle de la personne au bout du fil. Finalement une petite voix murmure :
– J’étais assise pas loin de vous dans le métro il y a trois jours.
– Vous dites ?
– J’étais sur la même rangée que vous, et vous lisiez Basho.
Je n’arrivais pas à faire un lien entre la voix et le visage. Je m’attendais un accent asiatique.
– Ah oui, je me souviens…
– Là, vous me confondez avec la chinoise en face de vous que vous n’arrêtiez pas de regarder.
– Cela arrive souvent, fais-je, on regarde quelqu’un alors qu’on est regardé sans le savoir par quelqu’un d’autre.
– Elle, elle est chinoise, mais moi, je suis japonaise. C’est normal, vous étiez dans le quartier asiatique.
– Et comment faites-vous pour savoir qu’elle est chinoise ?
– Ma mère est coréenne et mon père japonais, je sais ce que c’est… Si elle n’est ni coréenne, ni japonaise, c’est qu’elle est chinoise.
Elle rit toujours.
– Et pour les rires… Y a-t-il une différence ?

– Pas tellement. Par contre, le vagin japonais est placé en diagonale et celui de la Coréenne est à l’horizontale. Je ne sais pas pour la Chinoise si ça se trouve elle est verticale. Nous sommes des filles géométriques.
Je ris.
– C’est bizarre vous n’avez aucun accent… Vous parlez comme vous et moi.
Là, elle a vraiment ri. Un rire du fond du ventre. C’est tout de même étonnant que malgré tous ces déplacements sur la planète – personne ne veut ou ne peut rester chez lui – ce soit l’accent qui détermine le plus la place des gens dans la société mondaine. Plus que la race ou la classe. L’accent dit la race et la classe. Une asiatique parle en français avec un accent anglais, c’est presque du bouturage.

,

 

Québec en Novembre Chez Karine et Yueyin

Journée autour de Dany Laferrière

 

Asta – Jon Kalman Stefansson

Ce livre est l’histoire d’Asta, née dans les années 1950 à Reykjavík, mais pas seulement : c’est aussi l’histoire d’Helga la mère d’Asta, de Zigvaldi le père, de Josef…..

Le livre débute avec une scène d’amour fou entre Helga et Zigvaldi. Dans le deuxième chapitre, on apprend sans transition que les parents se sont séparés peu après cette scène et qu’Asta a 20 ans.

La construction en aller-retour dans le temps m’a un peu déroutée mais c’est un parti pris de l’auteur : en effet, l’histoire est racontée essentiellement du point de vue de Zigvaldi,  celui-ci vient de tomber d’une échelle et  il repense à sa vie et à celle d’Asta.  Par conséquent, comme il est blessé très gravement, son histoire n’est pas pas du tout racontée dans l’ordre chronologique mais dans l’ordre où ses souvenirs lui arrivent : un jour Asta a deux ans,  on la retrouve dans les pages suivantes à 40 ans puis à 20 ans avec une petite fille Sonesja, puis à 17 ans à nouveau.
Au début ce va et vient temporel m’a gênée car j’avais envie de savoir ce que devenait Asta quand elle est adolescente. A 17 ans c’est une jeune fille rebelle et elle est envoyée dans une ferme dans le nord de l’Islande, une sorte de « punition » pour son comportement quelque peu violent.

Plus tard, je me suis laissée aller et emporter par l’histoire d’Asta sans plus faire attention aux changements d’époque sans transition. Asta  se livre également dans quelques chapitres où on lit des lettres à son « amour » (dont on ne connaîtra pas le nom, on peut juste deviner (ou pas)).

Ce livre met en scène Asta et ses relations avec les hommes : En particulier le tendre et mystérieux Joseph qui sera dans le même ferme l’été de leurs 17 ans. Petit à petit on va découvrir ce qui est arrivé  et pourquoi elle a laissé sa fille à la charge de son père et sa belle-mère.
C’est  un roman aussi très dur sur les choix de vie que l’on prend à un moment et qui font totalement basculer une vie  en un clin d’œil.

Un passage m’a fortement marqué : celui où la mère d’Asta, Helga profite de sa ressemblance avec Elizabeth Taylor pour faire croire à sa belle-mère que la photo d’Elizabeth Taylor qu’elle a chez elle est une photo d’elle-même (difficile d’être une femme au foyer en Islande dans les années 50 quand on voit – ou croit voir- une vie idéale sur grand écran).

En conclusion : un livre déroutant mais très intéressant une fois que j’ai accepté de me laisser guider par les souvenirs de Sigvaldi…

* *

À ce moment-là, Asta, le fermier et la Land-Rover ont enfin quitté le fjord. Le paysan a allumé la radio, il tourne le bouton dans l’espoir de mieux capter les émissions, mais ce n’est pas concluant. C’est à peine s’ils distinguent les mots à travers les grésillements. On dirait qu’ils sont sur une route menant hors du monde. Mais bon, on ne peut plus parler de route, c’est à peine une piste, à peine un sentier. Les grandes mains puissantes du fermier s’agrippe au volant, la voiture se perd en ruades comme un cheval fou. Asta est si pâle que le fermier s’arrête, elle a tout juste le temps de descendre du véhicule avant de vomir sur une touffe d’herbe printanière qui perce à travers la neige, mais elle n’a plus rien à vomir, elle a l’estomac vide depuis longtemps comme en atteste le sac sur le plancher de la vie. Puis ils se remettent en route, en entrant dans un autre fjord, si ce n’est qu’Asta marche par intermittence à côté de la voiture tandis que, secoué dans tous les sens en passant sur les touffes d’herbe, les plaques de neige et les cailloux, le fermier se cramponne de toutes ses forces au volant. (Page 68)

 

Livre lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire organisée par Rakuten 

Du même auteur, j’avais aimé cette trilogie

#Asta  #Jon Kalman Stefansson #MRL18 #rakuten

 

 

Le livre mystère 3

Un livre qui fait la part belle aux livres. Trouverez vous le titre de ce roman dans lequel les livres ci-dessous sont cités  ? 

1- Le premier jardin d’Anne Hébert
2- L’écume des jours de Boris Vian
3- Ces enfants de ma vie de Gabrielle Roy
4- Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand  Céline
5- Djamilia de Tchinguiz Aïtmatov
6- Le silence de la mer de Vercors
7- Les trois roses jaunes de Raymond Carver
8- Demande à la poussière de John Fante
9- Voyage en Irlande avec un parapluie de louis Gauthier
10- Échine de Philippe Djian
11- L’œil américain de Pierre Morency
12- Maryse de Francine Noël
13- Paris est une fête d’Ernest Hemingway
14- Patience dans l’azur de Hubert Reeves
15- Option Québec de René Lévesque
17- Robinson Crusoe de Daniel Defoe
18- Le petit prince d’Antoine de Saint Exupéry
19- Menaud, Maître draveur de Félix-Antoine Savard
21- Le dernier des mohicans de James Fenimore Cooper
22- L’île au trésor de Robert Louis Stenvenson
23- Agaguk d’Yves Thériault
24- L’espagnole et la pékinoise Gabrielle Roy
25- Port Minou d’Antonia Barber
26- Jacques Cartier journal
27- Poussières d’étoiles Hubert Reeves
28- Croc blanc de Jack London
29- Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway
30- L’attrape cœurs de J.D Salinger
31- L’Avalée des avalés de Réjean Ducharme
32- Salut Galarneau de Jacques Godbout
33- Le grand Meaulnes d’Alain-Fournier
34- Sur la route de Jack Kerouac
35- Bonjour tristesse de Françoise Sagan
36- Lettre à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
37- La storia d’Elsa morante
38- Les bons sentiments de Marylin French
39- Le cœur est un chasseur solitaire de Carson Mc Cullers
40- Dévadé de Réjean Ducharme
41-La détresse et  l’enchantement  de  Gabrielle Roy

Réponse demain ici même  🙂

Une femme invisible – Nathalie Piégay

 

Sur le site des Editions du rocher, j’ai appris que Nathalie Piégay est une spécialiste de la littérature française moderne et contemporaine en particulier de Louis Aragon. Dans ce livre, elle enquête sur la mère d’Aragon. A l’instant où j’écris ces quelques lignes j’apprends que ce livre est dans la deuxième sélection 2018 pour le Renaudot Essai. Pour ma part, j’ai lu ce livre comme un roman. De Louis Aragon je sais fort peu de choses, en fait j’ai juste lu « Aurélien » qui m’avait beaucoup plu.
C’est d’ailleurs ce qui m’a incité à choisir ce livre (plus la couverture que je trouve à la fois triste et intéressante).
Effectivement la vie de cette femme, Marguerite, a tout d’un roman : 1896, Marguerite tombe amoureuse d’un homme qui a 33 ans de plus qu’elle, un ami (marié) de son père. Ce qui est prévisible arrive rapidement : elle tombe enceinte. A cette époque il ne reste qu’une solution à une jeune fille de « bonne famille » : aller se cacher en province et faire adopter l’enfant. C’est là que Marguerite devient réellement très intéressante. Sous son air de ne pas se révolter, elle est quand même d’une volonté inflexible et refuse d’abandonner l’enfant : Elle réussit à garder Louis contre la volonté de sa mère. Pour y parvenir, elle est obligée de faire un compromis : elle invente une histoire – et c’est là toute la portée romanesque de la vie d’Aragon – elle invente un père à son enfant, elle invente une mère à son enfant et elle les fait mourir fort à propos dans un accident de la route puis sa mère Claire adopte l’enfant, donc Marguerite se retrouve être la sœur adoptive de son fils.
C’est bien sûr quelque chose qui est inimaginable maintenant mais ça explique aussi le nom qu’aura toute  sa vie Louis Aragon. Ce  n’est pas un pseudo choisi par l’auteur mais son nom de naissance (il n’aura jamais le nom de sa mère, ni celui de son père qui refusera toute sa vie de le reconnaître.)

C’est donc un secret de polichinelle (de tiroir) à l’intérieur de la famille que Louis n’est pas le fils adoptif de Claire mais le fils naturel de Marguerite, pourtant personne ne le dit : grandir dans une telle ambiance de non-dits a dû être terrible pour cet enfant.  Louis Aragon apprendra le « secret » de sa naissance en 1917 juste avant de partir dans les tranchées de la première guerre mondiale, comme Aurélien du livre éponyme.

C’est là un très beau portrait de femme, insaisissable, invisible, comme le dit Nathalie Piegay. Cette femme est morte pendant la deuxième guerre mondiale, au début des années 40, il reste très peu de témoignages de sa vie. Par contre, on suit en filigrane l’enfance de Louis Aragon, sa tentative ratée de devenir médecin puis son rapprochement avec le mouvement surréaliste et comment il va se mettre à écrire.
Ce livre m’a beaucoup plu dans un tout autre style que celui de Gaëlle Nohant sur Robert Desnos.

Cette Marguerite est une femme très ambiguë et très dure aussi à cerner : d’un côté elle semble d’une volonté inflexible pour garder son enfant et de l’autre côté elle est totalement soumise à sa mère avec qui elle vit (et qui lui mène une vie impossible comme pour la punir de cet enfant hors mariage), Marguerite  ne se mariera jamais : C’est également une histoire d’amour entre Marguerite et Louis Andrieux, le père de Louis Aragon, qui est marié et père de grands garçons..
On n’en apprend également beaucoup sur la famille de Marguerite, ses deux sœurs et le frère. Le père de Marguerite est parti quand elle avait 16 ans et elle reste profondément marquée de ce départ :  il est parti accusé de banqueroute et d’escroquerie et risque de finir en prison. Difficile avec le recul de dire si elle est réellement amoureuse de Louis Andrieux ou si elle cherche à remplacer  un père absent. En tout cas, elle lui restera dévouée jusqu’à sa mort à 90 ans. Louis Andrieux n’aura pas un mot pour elle ou pour son fils Louis dans son testament : quelle injustice ….

Une fois ce livre fermé je n’ai qu’une envie : lire « Les voyageurs de l’Impériale »  et certainement même d’autres livres d’Aragon.

 

La vie parfaite – Silvia Avallone

J’avais été conquise par « D’acier » de la  même auteure. Celui ci m’a également plu avec un bémol que je cite en fin de billet.
Dans ce roman Silvia Avalonne met face à face le parcours de deux femmes : d’un côté Adele 18 ans (presque une enfant) et Dora la trentaine.

Premier chapitre, on assiste à l’accouchement d’Adele et on est quasiment sûr à la fin du chapitre qu’elle va  « donner » la petite fille à l’adoption.
Dans tout le reste du roman, Silvia Avalonne nous fait revivre les neuf mois précédents, pour expliquer ce qui s’est passé jusqu’à ce moment où Adèle quitte la clinique. Dora, elle, n’arrive pas avoir d’enfants et a enchainé fécondation in vitro sur PMA..
Il y a de nombreux personnages autres dans ce roman : Manuel, le petit ami d’Adele qui la  laisse tomber dès qu’il sait qu’elle est enceinte. Au tout début du livre, on sait qu’il est en prison, on apprendra pourquoi au cours du livre. Zino l’ancien ami de Manuel va soutenir la future maman qui refuse d’avorter s’imaginant que Manuel reviendra…

Il y a aussi la mère et la soeur d’Adele, son père qui sort de dix ans de prison…

Il s’agit d’un roman où les personnages habitent un quartier très pauvre de Bologne et  à part Dora et son mari il y a peu d’espoir pour ces personnes :  chômage, précarité, mafia locale.

Un excellent roman qui m’a surtout plu pour le parcours d’Adele. Le personnage de Dora bien qu’assez fouillé m’a laissé plus de côté  (j’ai du mal avec les personnes qui se laissent déborder par leurs obsessions, même si effectivement le fait de désirer un enfant peut tourner à l’obsession)
J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Zino un ami d’Adele, qui petit à petit prend plus d’importance.

Enfin j’ai adoré la fin à laquelle je ne m’attendais pas du tout.

Un roman très riche même si j’ai un petit bémol à formuler (spoiler, vous pouvez passer ce paragraphe) :  la vraisemblance sur le temps qu’il faut pour adopter un enfant : 9 mois !.  L’auteure dit en fin du roman qu’effectivement certaines choses ne se passent pas ainsi en Italie (en France,  il est impossible d’adopter un enfant en neuf mois, c’est un parcours du combattant de plusieurs années, comme en Italie) et là, l’adoption se fait (presque) en trois coups de cuillères à pot.

****

Un extrait :

« C’est bien, je sens que tu n’as pas peur.» La voix de l’obstétricienne était calme, exprimait une confiance que personne jamais ne lui accordait. « Tu fais tout comme il faut, continue comme ça. Même celles qui ont trente ans ne sont pas aussi courageuses. »
Les femmes de trente ans, elles avaient déjà une poussette. Et un petit lit, une table à langer, les félicitations de la famille, des tas de cadeaux. Un petit nœud, rose ou bleu, pour que tout le monde sache.
Adele, chez elle, n’avait rien.
Personne à qui dire quelque chose.
Juste l’acmé de la contraction qui explosait, et son cœur bloqué dans la glace.
Enfin, la douleur lâcha prise.
« Vide t’es poumons maintenant, vide- les le plus possible. »
Et pendant que la douleur sombrait, que ses poumons s’ouvraient et qu’elle remontait à la surface, elle se rappela tout à coup un matin, le plus beau, l’hiver dernier, quand Zeno Et elle s’étaient réveillés ensemble. La lumière poussiéreuse qui passait à travers les stores, le bruit du café dans la cuisine, et lui qu’il la chatouillait derrière les oreilles : « Allez les filles, levez-vous. »
Elle rouvrit les yeux.
« Combien de centimètres ?
On va voir ça.
Ça fait combien d’heures ?
Sept. Tout va bien. On va écouter son cœur. »
Son cœur.
Adele se leva et alla se recoucher. Elle profita des trente, quarante secondes que la contraction lui laissait pour poser la main sur son ventre et le caresser. La force dont elle avait besoin pour en supporter une autre, pour survivre encore sept heures, ou sept mois, ou sept ans, était toute entière dans ce cœur. Ce battement que Marilisa amplifia soudain. Qui devint immense.
« Écoute le galoper, le petit cheval. »
Marilisa l’appelait parfois comme ça : « le petit cheval ». Ou « le petit diable » . Ou «la demoiselle ». Elle ignorait qu’elle avait déjà un prénom. Tout le monde l’ignorait, même Zeno. C’était un secret entre sa fille et elle.

L’Italie est à l’honneur chez Madame Lit 

Bilan « destination PAL été 2018 »

En juin, j’avais établi ma liste à lire de l’été grâce à Liligalipette

J’ai presque lu toute cette sélection (sauf un)

1- La chute des géants – Ken Follett 

2- L’hiver du monde – Ken Follett

3- Aux portes de l’éternité – Ken Follett

4- La servante écarlate – Margaret Atwood 

5- L’épopée du buveur d’eau – John Irving (lu mais pas de billet, car une petite déception) 

6- L’art de la joie – Gollarda Sapienza (pas lu) 

7-  L’amour au temps du choléra – Gabriel Garcia Marquez – un extrait 

8- La conquête de Plassans – Emile Zola – une ambiance un peu pesante (un extrait)

9- Le complot contre l’Amérique : Philipp Roth   

10- Le bal du dodo – Geneviève Dormann (j’ai adoré l’atmosphère – pas de billet par manque de temps mais un extrait ici et ici)

 

La servante écarlate – Margaret Atwood

Un livre dont j’avais beaucoup entendu parlé et qui m’intimidait beaucoup.

Sans trop raconter l’histoire que je connaissais dans les grandes lignes, j’ai trouvé ce « conte » qualifié de «  science fiction » très réaliste : tout d’abord parce qu’il se situe dans un futur plus que proche même si non daté : l’héroïne se souvient très bien de sa vie d’avant : celle où elle était une femme libre qui pouvait travailler, lire, s’épanouir, rire, choisir ses amis, celle où elle vit avec son amant qu’elle finit par épouser (Luke) et avec qui elle a eu une petite fille.

Il y a quelques années une dictature s’est installée dans ce pays (nommé Gilead près du Canada). L’élément déclencheur a été une « perte de la fécondité : plus de bébé pour renouveler l’espèce : les femmes sont donc reléguées à leur fonction uniquement reproductrice ou sexuelle : les Épouses des Commandants essaient de donner à leurs maris des enfants. Si elles n’y arrivent pas alors une « Servante » (sorte de bonne soeur habillée en rouge) est désignée pour procréer avec le « commandant » , une sorte d’esclave sexuelle (l’Epouse « assiste » aux « ébats » de son mari et de sa « servante »)

Je ne me rappelle pas du  vrai prénom de la narratrice, est-il évoqué seulement ?  les femmes qui deviennent « servantes » perdent leur prénom et leur identité : elle est surnommée Defred comme le prénom de son « maître » Fred.

Ce livre explique bien comment les femmes ont été renvoyées à leur foyer progressivement : d’abord on leur retire le droit de gérer un compte bancaire, puis leur travail…. et elles finissent dans la dépendance avec comme seule choix « Épouse », « Servante », prostituée ou « Tante » (personnes chargées de surveiller et d’éduquer les Servantes)
Les opposants (hommes ou femmes) sont exécutés et leur dépouille laissée visible en place publique : c’est le cas notamment des médecins qui ont pratiqué l’avortement alors que celui-ci était légal quelques années auparavant.

Les personnages sont très réalistes : Defred la narratrice, son « Commandant » qui est à la fois abject et attendrissant, son Epouse qui elle est juste détestable, Deglen la compagne de Defred (espionne ou amie ?) , le beau Nick (espion ou ami ?) et enfin la rebelle Moira qui résiste…

Un livre qui mérite bien son succès, à lire par tous et toutes : jeunes et moins jeunes….
A devenir paranoïaque….ou plus attentif …

Un extrait

Le mois américain est cette année  élargi au Canada

Dans un style très différent et moins « glaçant », je vous recommande  aussi « Chronique du pays des mères » d’Elisabeth Vonarburg, une autre auteure canadienne, où on retrouve une organisation des  femmes très cloisonnée avec des femmes que l’on repère à leur « couleur » (rouge pour les servantes, bleu pour les Epouses, vertes pour les « employées de maison » dans la servante écarlate)

 

Le complot contre l’Amérique – Philippe Roth  

Uchronie : Juin 1940-1942 aux États Unis.  Lors des élections c’est Lindbergh qui est élu et non pas Roosevelt (comme dans la vraie histoire). Lindbergh est un antisémite notoire et fait alliance avec Hitler et avec le Japon. Les Etats-Unis restent donc « neutres » dans cette guerre
Philipp Roth raconte à la première personne : il a entre sept et dix ans et raconte ce qui pendant deux ans va changer dans sa vie.
Son père pense que la démocratie en Amérique est bien installée et que les juifs ne craignent rien. La mère voudrait partir au Canada « tant qu’il est encore temps »
Alvin le cousin s’engage dans l’armée Canadienne et part combattre au côté des anglais, il revient invalide.
Sa tante épouse un rabbin pro Lindbergh et permet au grand frère de Philip de faire partie d’un programme d’intégration des juifs (alors que la communauté juive vit « repliée sur elle même » selon l’entourage de Lindbergh.

Au delà de l’histoire alternative que l’on connaît, Philip Roth est très convaincant dans sa démonstration : sous couvert d’intégration, les familles juives sont peu à peu exclues de la vie économique (et pour certaines familles « déportées » dans le Kentucky) . Une lente escalade va jusqu’à l’organisation de pogroms que l’auteur va  comparer à la nuit de Cristal en Allemagne. Le petit garçon raconte l’assassinat d’un journaliste juif et la propagande faite autour de cette mort : où comment les assassins arrivent à retourner ce fait contre la communauté juive, où comment trouver un prétexte pour faire porter la faute sur un bouc émissaire que l’on connait à l’avance….

Dans cette famille l’affrontement se fait rapidement : « pro » et « contre » Lindbergh : personne n’en sortira indemne … à l’image d’un pays qui se divise également…

Quant au style il m’a réellement enthousiasmé car il sait à la fois se mettre à la place d’un enfant et montrer la complexité de la situation.

Un extrait :

Steinheim père, qui parlait avec un fort accent, ne savait pas lire l’anglais, mais qui était, selon mon père un « homme de fer », fréquentait la synagogue de notre quartier pour les grandes fêtes. Un jour de Yom Kippour, quelques années plus tôt, il avait vu mon père devant le temple avec Alvin ; le prenant pour mon frère il avait demandé : « Qu’est-ce qu’il fait, ce gamin ? Y’a qu’à me l’envoyer, il travaillera avec nous. » Et voilà comment cet Abe Steinheim, fils de petit maçon immigrant qui n’avait pas hésité à jeter ses deux frères sur le pavé dans une guerre fratricide pour transformer l’affaire paternelle en entreprise de milliardaire, s’enticha d’Alvin, avec sa silhouette trapue et son assurance de petit coq ; si bien qu’au lieu de le laisser croupir au courrier ou comme garçon de bureau, il le prit comme chauffeur ; Alvin faisait le coursier, le facteur, il déposait Abe et le récupérait tambour battant sur les chantiers où il allait surveiller les sous-traitants, qu’il appelait ses arnaqueurs, mais qu’il arnaquait fort bien lui-même, selon Alvin, étant toujours plus retors que tout le monde. Les samedis d’été, Alvin conduisait Abe à Freehold, où il possédait une demi-douzaine de trotteurs qu’il faisait courir sur le vieil hippodrome et qu’il se plaisait à appeler ses «hamburgers ». « On a un hamburger qui court, aujourd’hui, à Freehold», et ils fonçaient en Cadillac pour voir son cheval perdre à tous les coups. Il n’en tira jamais un sou, mais tel n’était pas le but du jeu. Le samedi, pour le compte de la Road House Association, il faisait courir ses chevaux sur le joli champ de courses de Weequahic Park, et il parlait aux journaux de restaurer la piste de plat de Mount Holly qui avait jadis eu son heure de gloire ; et c’est ainsi qu’il obtint sa charge de commissaire aux courses pour le New Jersey, avec un macaron sur sa voiture lui permettant de stationner où il voulait, de rouler sur les trottoirs et d’actionner une sirène. C’est ainsi, toujours qu’il s’était lié d’amitié avec les officiels du comté  de Monmouth et qu’il s’était insinué dans les milieux du cheval sur la côte, des goyim de Wall Township et de Sprint Lake qui l’invitaient à déjeuner dans leurs clubs chics, où, il l’avait raconté à Alvin, les gens se mettaient à chuchoter dès qu’ils le voyaient. « Ils peuvent toujours chuchoter « tiens, vous avez vu ce qui arrive », dès qu’ils me voient, ils sont pas fâchés de boire quand c’est moi qui régale ou de se faire inviter à des soupers fins ; si bien qu’en fin de compte c’est rentable. »

.

L’avis de Titine, de Noctenbule

Lecture d’été pour le « voyage destination PAL » chez Liligalipette et pour Le mois américain chez Plaisir à cultiver

.