Le pingouin – Andreï Kourkov

Le pingouin de la couverture est un pingouin apprivoisé. Micha, le pingouin, a été adopté par Victor lorsque le zoo de Kiev a du fermer faute d’argent pour nourrir les animaux. Car en 1995, l’Ukraine, ancien satellite soviétique, est au bord de la faillite. (Le livre est paru en 1996)
L’argent est omniprésent dans ce livre.
Victor, le personnage principal, a du mal à joindre les deux bouts jusqu’au jour où il trouve un boulot étrange. Un directeur de journal lui demande d’écrire des nécrologies, mais des nécrologies de personnes encore en vie.
Victor se passionne pour ce boulot (bien payé, en dollars) jusqu’au jour où il se rend compte que certaines personnes, sur lesquelles il a fait un article, meurent.
En parallèle de cette histoire, on suit également l’amitié entre Micha (un homme pas un pingouin) et Victor. L’ami de Victor part un jour en confiant Sonia sa fille de 4 ans à Victor. Mais il ne revient pas et Victor engage Nina pour s’occuper de la fillette. Nina semble tomber amoureuse de Victor (à moins que ce ne soit de ses dollars)

Ce court roman est très décapant, parfois à la limite du burlesque, on sent l’ironie de l’auteur vis à vis de ce monde post-soviétique en plein désarroi.
La fin est excellente.

Quelques extraits

Telles des cases de mots croisés, les fenêtres de l’immeuble d’en face se dessinaient dans la nuit. Elles comportaient de nombreuses lettres.
Victor contemplait ces témoignages de vies ordinaires. Il était triste, mais le silence le réconfortait, et il fut peu à peu gagné par un grand calme, étrange, presque douloureux, comme avant un orage.

**

A chaque époque sa « normalité ». Ce qui, auparavant, semblait monstrueux, était maintenant devenu quotidien, et les gens, pour éviter de trop s’inquiéter, l’avaient intégré comme une norme de vie, et poursuivaient leur existence.

**

Micha, le pingouin, se promenait dans le couloir sombre, cognant de temps à autre à la porte fermée de la cuisine. Victor finit pas se sentir coupable et lui ouvrit. Il s’arrêta près de la table. Haut de presque un mètre, il parvenait à embrasser des yeux tout ce qui s’y trouvait. Il fixa d’abord la tasse de thé, puis Victor, qu’il examina d’un regard pénétrant, comme un fonctionnaire du Parti bien aguerri. Victor eut envie de lui faire plaisir. Il alla lui préparer un bain froid. Le bruit de l’eau fit immédiatement accourir le pingouin, qui s’appuya au rebord de la baignoire, bascula et plongea sans attendre qu’elle soit pleine.

19 réflexions au sujet de « Le pingouin – Andreï Kourkov »

  1. Un monde post-soviétique en plein désarroi à l’époque et un pays qui sombre à nouveau aujourd’hui. Un grand merci pour ta participation, qui plus est avec un livre ukrainien.

  2. J’ai bien aimé ce roman, pour les critiques voilées qu’il contient, plus que pour l’histoire elle-même, et d’autres romans de l’auteur ensuite. J’ai bien envie de lire son dernier, Les abeilles grises.

  3. Je viens justement de commander un livre de cet auteur. « Les abeilles grises », je pense.
    J’avais hésité à acheter celui-ci, mais le terme « loufoque » me fait peur et je l’ai vu chez plusieurs lecteurs…

  4. Ping : Lire pour l’Ukraine /Le mois des autrices ukrainiennes – écrire pour résister – Litterama les femmes en littérature/ Les autrices dans l'Histoire

  5. J’arrive de chez La Licorne (où je t’ai découverte au jeu n°40), et j’applaudis : ah, ouiche alors !
    La première fois que j’ai lu ce livre, j’y ai trouvé des échos avec Ionesco et son fameux « Rhinocéros ». La chute est un régal… d’ironie salutaire !

  6. Ping : Mois de l’Europe de l’Est 2022 – le bilan ! – Et si on bouquinait un peu ?

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s