Les détectives sauvages – Roberto Bolano

detectives

Mexico 1975 – Tout commence par le journal intime d’un jeune poète mexicain de 17 ans. Celui ci se prend pour Rimbaud, avec humour et auto dérision (enfin j’espère que c’est de l’auto dérision que ce Juan Garcia Madero manipule)
Il n’est donc pas très sérieux mais son journal est plutôt drôle, les personnages de ses amis sont sympathiques bien que paumés. Lui ne pense qu’à s’envoyer en l’air … Et à écrire des poèmes avec sa bande de copains les réal viscéralistes (sic) mouvement aussi appelé réalisme viscéral (resic)
Petit à petit, on rencontre deux phénomènes Ulises Lima et Roberto Belano (un chilien en exil au Mexique pour un presque homonyme avec l’auteur). Ces deux là sont des énigmes : Sont ils poètes, marchands de drogue, révolutionnaires en exil ?

;

Ce pavé de 920 pages ne s’arrête pas à ce journal de ce jeune Juan (Don Juan ?), car après une première partie échevelée qui semble virer au Road movie avec des malfrats aux trousses de nos anti-héros, tout change.
Une deuxième partie commence avec des témoignages sur les deux compères, pères du réalvisceraliste nommé ci dessus. 20 ans de témoignages très différents avec les voix d’une poétesse uruguayenne, d’une autre poétesse célèbre dans les années 20 (Cesarea Tinajero), d’un pauvre homme interné dans un hôpital psychiatrique, des différents amis de Mexico en 1975. Ceux ci  partent aux 4 coins de la planète (Israël, Barcelone, Paris, Afrique) et nous racontent la vie (par fragments) de Lima et de Belano.

Cette deuxième partie fait penser à une enquête (d’où le titre des détectives sauvages) sans que l’on sache bien pourquoi chacun raconte une partie de l’histoire et qu’elle est l’enquête en cours)

Dans la troisième partie, retour en 1975 où on retrouve nos trois poètes plus Lupes (une jolie jeune femme) pourchassés par les malfrats. La boucle est bouclée.

:

Ce livre est touffu, dense, intéressant et parfois un peu obscur mais chaque témoignage apporte une éclairage intéressant sur ces jeunes Poètes et l’Amérique latine de ces 20 années de 1975 à 1996.

En conclusion : Ce voyage au Mexique, mais pas seulement, et cette histoire largement autobiographique par un écrivain chilien exilé, m’a énormément plu tant pour ces personnages hauts en couleurs que pour le contexte historique de cette Amérique latine en ébullition.

Un extrait : 

22 novembre

Je me suis réveillé chez Catalina O’Hara. Pendant que je prenais le petit-déjeuner, très tôt (María n’était pas là, le reste de la maisonnée dormait), avec Catalina et son fils Davy, qu’elle devait emmener à la garderie), je me suis souvenu que la nuit précédente, quand nous n’étions plus que quelques uns, Ernesto San Epifanio a dit qu’il existait une littérature hétérosexuelle, une homosexuelle et une bisexuelle. Les romans en général étaient hétérosexuels, la poésie, par contre, était absolument homosexuelle, et les nouvelles, j’en déduis qu’elles étaient bisexuelles, même s’il n’en a rien dit.

A l’intérieur de l’immense océan de la poésie, il distinguait plusieurs courants : des pédérastes, des pédales, des pédoques, des folles, des sodomites, des papillons, des narcisses et des efféminés. Les deux courants majeurs, cependant, étaient celui des pédérastes et celui des pédales. Walt Whitman, par exemple, était un poète pédéraste. Pablo Neruda, un poète pédale. William Blake était un pédéraste, sans l’ombre d’un doute, et Octavio Paz, une pédale. Borges était efféminé, c’est-à-dire qu’il pouvait soudain être pédéraste et, tout aussi soudainement, simplement asexuel. Rubén Darío était une folle, de fait la reine et le paradigme des folles.

– Dans notre langue, bien sûr, a-t-il précisé ; dans le divers et vaste monde, le paradigme est toujours Verlaine le Généreux.

Une folle, selon San Epifanio, était plus proche de l’asile d’aliénés de premier choix et des hallucinations dans la chair vive alors que les pédérastes et les pédales vaquaient de manière syncopée de l’Ethique à l’Esthétique et vice versa. Cernuda, le cher Cernuda, était un narcisse et dans des occasions de grande amertume un poète pédéraste, alors que Guillén, Aleixandre et Alberti pouvaient être respectivement considérés comme pédoque, sodomite et pédale. … […]

Challenge destination où Lucie nous emmène au Chili et Tour du monde

Destination-Chili

Le roman a obtenu le Premio Herralde (es) de Novela en 1998 et le Prix Rómulo Gallegos en 1999.

Challenge Amérique du sud chez Eimelle

logo-challenge-c3a0-tous-prixchallengeameriquelatine

Pavé de l’été chez Brize

 pavc3a9-2015-moyen-mle-300challenge autour du monde

Publicités

16 réflexions au sujet de « Les détectives sauvages – Roberto Bolano »

  1. Eh beh ! C’est comme qui dirait un petit rien décapant cette analyse ! 😀
    Les nuances entre les termes employés pour graduer les caractéristiques de chacun des personnages poètes demanderaient plus de précision en ce qui concerne le sens que l’auteur y met.
    Pas trop clair ce que je dis là…

    • Si si c’est clair Jobougon 🙂
      L’auteur n’est pas toujours très clair lui mais c’est ce foisonnement d’idée et la liberté d’interprétation laissée au lecteur qui m’a plu 😉

      Bon dimanche 🙂

  2. Je connais très peu la littérature d’Amérique du Sud (bon, Garcia Marquez excepté, quand même). Pas sûr que je m’attellerais à un tel pavé, mais ton billet m’en a donné un aperçu !

    • Coucou Brize 🙂
      Je ne lis des pavés que l’été 🙂
      Celui là vaut le coup

      Heureusement d’ailleurs que c’était en un seul livre : il aurait pu faire une trilogie vu qu’il y a trois parties bien distinctes … Je crois que j’aurais arrêté à la fin de la première partie (qui est assez répétitive alors que la deuxième est passionnante )
      Bisesss

  3. Je tourne autout de Bolano depuis quelques semaines et tu me donnes bien envie de me jeter à l’eau mais ce monsieur n’a-t-il donc écrit que des pavés approchant les 1000 pages ?

    • Coucou Moglug 🙂
      Je ne connais pas assez pour te dire s’il y a des livres moins  » pavé  » de cet auteur mais les 2 présents à la bibli où je vais font tous les 2 plus de 900 pages 🙂

      Bonne lecture si tu craques 🙂

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s