Aujourd’hui « la dernière fois que  » – 13 août

RERa

Cher G

Pour mes 66 ans et tes 86 ans, j’ai décidé de faire la tournée des grands ducs à la capitale. Petits beurres des touyou ….
La dernière fois que j’ai essayé de prendre  le métro, cela s’est terminé par une catastrophe : ils étaient tout en grève.

Donc pour venir te voir j’avais tout bien préparé : le plan, l’appli sur mon hipphone.

Je suis arrivée Gare d’austerlitz comme il y a maintenant 55 ans ! putindevikipasstrovite !
Et plus de 40 berges à m’occuper de ces emm…. de mômes qui ne pensent qu’à leur DS et à leur phone. J’ai vieilli …..putindevikipasstrovite !

Et quand je pense que 55 ans après, je n’ai pas pu prendre le RER A, il est fermé pour travaux de la Défense à Auber …….putindevikipasstrovite !

Ta Z.

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots : 130 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

;
Enigme : Il faut trouver qui sont G. et Z.

Petite précision : ces deux personnages  sont présents dans le même livre.

;

Réponses exclusivement dans les commentaires et pas par mail.(règles complètes du jeu-concours ici)

Publicités

Margaret Mazzantini – Ecoute-moi

Nous nous assîmes. Le soleil commençait à être plus clément. Elsa allongea les jambes, étira la pointe des pieds jusqu’à l’eau et resta à regarder ses ongles qui apparaissaient et disparaissaient sous le sable humide. Nous étions habitués à demeurer assis, l’un à côté de l’autre, en silence. Cela ne nous déplaisait pas. Mais, après quelques jours d’éloignement, il fallait faire violence à nos intimités corrompues par la solitude. Je trouvai la main de ta mère et la caressai. Elle avait trente-sept ans. Peut-être qu’elle aussi regrettait la fille au manteau de casentino orange qui titubait complètement saoule et riait, pliée en deux sur le môle que le vent éclaboussait de mer. Peut-être la cherchait-elle sur le bout de ses pieds, là où une écume claire allait et venait. Mais non, c’était moi, le desaparecido. Moi, avec mon travail sans horaires. Moi qui donnais avec parcimonie, prenais avec hâte. Mais nous n’allions certainement pas nous mettre à creuser le sable à la recherche de nos manquements respectifs. Le courage n’avait plus sa place parmi nous. Le courage, Angela appartient aux amours nouvelles. Les amours anciennes sont toujours un peu viles. Non, je n’étais plus son mec, j’étais l’homme qui l’attendait dans la voiture quand elle entrait dans un magasin. La main d’Elsa glissait, plus douce, dans la mienne, comme le museau d’un cheval qui reconnaît son avoine.

.
Margaret Mazzantini – Ecoute-moi

citation