Bonheur d’occasion – Gabrielle Roy

bonheuroccasion

Montréal 1940 – Dans le quartier de Saint Henri, Florentine Lacasse, 19 ans, est serveuse dans un restaurant. Elle est quasiment la seule source de revenus stables de toute sa famille de onze personnes. Son père, Azarius, est au chômage depuis des années et rêve de monter une « affaire »; sa mère, Rose- Anna, s’occupe des huit enfants et est couturière à domicile. La vie et très dure pour cette famille et ce quartier. Gabrielle Roy nous fait très bien sentir le froid, la faim, l’extrême dénuement de ses personnages, leurs espoirs et leurs petites mesquineries. Les pages sur la maladie du petit Daniel, 6 ans, sont très émouvantes.
La rencontre de Florentine avec Jean Lévesque,jeune homme ambitieux et travailleur, redonne à celle-ci un espoir en une vie meilleure. Jean est très ambigü : Il travaille énormément pour s’en sortir. D’un côté, il est attiré par la jeunesse et la beauté de Florentine, mais de l’autre il a aussi peur d’elle et de ce qu’elle représente : la pauvreté de son enfance dans un orphelinat. Indécis , il présente Florentine à son ami, Emmanuel, qui vient de s’engager dans l’armée.
En fonds d’histoire, la guerre en Europe est présente. Les informations arrivent à Montréal par radio et par les journaux : La « drôle de guerre » en France, l’invasion des pays européens par les allemands…. Cette guerre est d’abord lointaine puis se rapproche avec la conscription des jeunes gens. Certains s’engagent dans l’armée, d’autres en « profitent » pour rester planqués.

.
En conclusion : Des personnages tout en nuances, qui sont à la fois généreux et égoïstes, qui voudraient s’en sortir ou s’évader, certains prêts à tout pour échapper à la misère, d’autres plus résignés et fatalistes. Des dialogues savoureux dans les restaurants sur la vie, la politique, l’Europe…..Une grande réussite.

.
Un extrait (p 42)

Ces gens parlaient beaucoup de la guerre et surtout de la conscription des jeunes hommes qu’on jugeait imminente. L’idée de la cinquième colonne et de la police d’Etat partout répandue s’insinuait aussi dans les cerveaux, inspirait beaucoup de méfiance. Dans la boutique, les hommes cessèrent de parler pour lancer un regard au jeune homme qui venait d’entrer puis, rassurés sans doute sur sa mine, reprirent leur débat. Le ton monta rapidement et fut bientôt au diapason de la discussion habituelle.
Sam Latour interrogea Jean du regard, le servit en vitesse, puis retourna tout de suite derrière le comptoir en reprenant déjà son discours :
– La ligne Imaginot, la ligne Imaginot, à quoi ce que c’est bon ! Si tu me bloques le chemin en avant pis d’un côté, mais que tu me laisses une brèche par l’autre bord, qu’est ce qu tu veux que ça me fasse ta Imaginot ! Si c’est tout ce qu’elle a pour se défendre la France, mon idée est que la France va en arracher…

L’avis de Denis qui m’a donné envie de lire ce livre

challenge LittFrancophone

Québec en septembre avec Karine et Yueyin avec une LC autour de Gabrielle Roy 😉

CHALLENGEquebecseptembre2014-2
Prix Fémina 1947 pour le « challenge à tous prix » chez Asphodèle

logo-challenge-c3a0-tous-prix

Publicités

11 réflexions au sujet de « Bonheur d’occasion – Gabrielle Roy »

  1. Avec Gabrielle Roy tu rejoins mes cordes sensibles. Quelle auteure! On nous faisait lire ce livre au primaire, un grand livre. Mes favoris demeurent La détresse et l’enchantement, Le temps qui m’a manqué, Ces enfants de ma vie, Cet été qui chantait…
    Bonne journée Valentyne 🙂

    • Bonjour Philippe 🙂
      Il est aussi très difficile de trouver des auteurs québécois à ma bibli municipale 🙂
      Il y a 2 Michel Tremblay, la saga « le goût du bonheur » …et aussi l’excellent « la petite fille qui aimait trop les allumettes de Gaétan Soucy 🙂
      Idem à la bibli pour la littérature belge … Alors j’écume les brocantes 🙂

  2. je suis plus mitigée que toi sur ce grand classique qui a beaucoup de belles qualités (notamment quand on pense à l’époque où il a été écrit) mais aussi une certaine condescendance envers ses personnages qui m’a un peu gênée 🙂

    • Bonjour Yueyin 🙂
      Je vous ce que tu veux dire avec une « certaine condescendance »
      Je l’ai un peu ressentie aussi (mais peut être parce que j’avais lu la bio de l’auteure avant sur Wiki ….)
      Bonne journée 🙂

  3. Ping : Québec en septembre 2014 - Les billets!

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s