Si le grain ne meurt – André Gide

grain-gide

Lecture commune avec Edulac

Récit Autobiographique – André Gide revient sur sa vie depuis sa petite enfance jusqu’à ses fiançailles avec Emmanuèle sa cousine.

De santé fragile, il va peu à l’école. Sa famille appartient à une bourgeoisie aisée et lui permet de suivre une scolarité chaotique auprès de précepteurs. Marqué par la mort de son père alors qu’il a une dizaine d’années, le petit garçon  vit avec sa mère et Anna une dame de compagnie entre Paris, la Normandie et Uzès. 

J’ai mis énormément de temps à lire ce livre : Un peu chaque soir alors que mes anciennes habitudes sont plutôt de dévorer un livre en deux-trois jours. Du coup, je ne sais pas si ce sont ces nouvelles  circonstances de lecture ou le livre en lui même mais ce livre m’a paru très long (à peine 370 pages cependant) 

J’ai d’ailleurs plus aimé la deuxième partie où Gide part en Algérie avec son ami Paul Laurens. Jeune adulte, il découvre ses « penchants » homosexuels et c’est avec beaucoup de pudeur qu’il en rend compte. Il essaie de rentrer dans la « norme » en se persuadant être amoureux de sa cousine et en « partageant » Miriem, la belle prostituée, avec son ami Paul. A Alger, il rencontrera le sulfureux Oscar Wilde en  1893. Ce même Oscar Wilde quelques années  plus tard sera emprisonné pour « Homosexualité ».

Rien de sulfureux dans ce récit de Gide : des impressions, des réflexions sur la famille, la religion, l’écriture et l’amitié, l’amour spirituel pour sa cousine qu’il dissocie de ses désirs pour de jeunes hommes.

En conclusion : Un livre lu sans réelle passion mais sans ennui. Il  ne m’a pas enthousiasmé comme avait su le faire « les nourritures terrestres » lu il est vrai à l’adolescence.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Si le grain ne meurt – André Gide »

  1. Ton billet est plus détaillé que celui de ton coéquipier de LC, Valentyne, mais l’ennui ressort quand même !
    J’en arrive à la conclusion que les Protestants ne sont pas des gens marrants… J’en connais plusieurs, adorables mais rigides et austères… Attention, je n’irai pas jusqu’à dire que ce sont des gens ennuyeux 😉
    Laissons Gide reposé en paix. Je passe.
    Bravo pour vos LC qui occupent pas mal de votre temps et vous font passer de bons moments !
    Belle semaine et gros bisous

    • Coucou Soène 🙂
      Je suis d’accord sur « les Protestants ne sont pas des gens marrants… » (mes grands parents étaient très très stricts et austères)
      Une LC ensemble Soène ? Je crois avoir vu sur ton blog ou celui d’Asphodèle que tu avais l’intention de lire le Chardonneret de Donna Tartt …mais je confonds peut-être ….
      Bisessss

  2. Hello Val. Voilà une bonne chose de faite ma chère, mais nous avons eu des heures plus exaltantes. Contrairement à toi, je n’ai même pas lu Les nourritures terrestres. Bah, nous ferons mieux la prochaine fois 😀 .Là, c’est toi qui choisis 💡 Bises.

  3. Je crois que je n’ai aimé que « Les nourritures terrestres » de cet auteur ! J’en ai deux ou trois dans mes étagères mais ça ne me tente pas pour l’instant, je trouve l’écriture (le peu que j’ai relu) un peu datée… Bisouxxx 🙂

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s