Raymond Queneau – Courir les rues

Le garde national 

Décidément on ne peut plus se promener
on risque tout le temps de se faire écraser
y’a rien qui aille plus vite qu’un cabriolet
les chevaux courent on les croirait tous emballés
on ne sait même plus où se réfugier
bientôt il n’y aura plus de piétons
voilà ce qu’on disait sous la Restauration
.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Rencontre

Avec la lune complice pour témoin
Avec le ciel lumineux de la nuit
Avec le froid du clair crépuscule
Elle attend son amoureux, impétueuse
;
Dans une grange pleine de foin
Dans le silence qui s’enfuit
Dans le bruit de la chouette qui hulule
Elle aime son amoureux, cajoleuse
;

Après l’apparition du soleil en contrepoint
Après que la lune s’est évanouie
Après un dernier conciliabule
Elle quitte son amoureux, heureuse

 
Textes écrits dans le cadre de cet atelier (cours d’écriture créative à distance) que m’a fait connaître Cécile d’Ecrimagine