Léo Perutz – Le Marquis de Bolibar

Il se mit la tête dans sa main et le vin aidant se prit à philosopher.
– Le juste et l’injuste sont deux chevaux dissemblables ; chacun suit à son allure. Mais souvent il me semble que j’aperçois la main qui tient leurs brides et qui leur fait labourer le champ de la terre. Quel nom donner à ce pouvoir énigmatique, qui nous rend si misérables et fait de nous des bouffons ? Dois je parler du Destin, du Hasard ou des lois éternelles des astres ?
– Nous autres Espagnols, nous disons que c’est Dieu, dit tout à coup une voix étrangère qui sortait d’un côté de la pièce.

Sur une idée de Chiffonnette

citation

Publicités