Le secret de la femme en vert

a-sharon-pour-logo-polar-51

C’est le central qui m’a appelé au petit matin.
– Une disparition inquiétante, Cheffe, venez tout de suite
Devant le ton affolé de ma fidèle adjointe, j’ai enfilé mon imperméable vert, ma perruque et mes lunettes qui font de moi le sosie presque parfait de Catherine Deneuve et je suis partie dans les rues de Paris pour mener l’enquête par le bout du nez.
Je suis passée par l’entrée des artistes pour rentrer Quai des Orfèvres évitant ainsi la foule des journalistes alléchés par le scandale.
Arrivée dans la salle de réunion du commissariat, j’ai compris le ton paniqué de mon adjointe :
– C’est un enlèvement, selon tout probabilité, a-t-elle dit en me tendant un document verdâtre et mal écrit  : « Sirculaire d’aplication réforme d’ortografe du 4 aout 1990 – planification de la disparition de l’A.C » .
C’est une crise de lèse-majesté , une hérésie….bafouillait ma seconde.
– A.C les initiales de la personne disparue vraisemblablement…ai je dit dans ma ford intérieure.
Je n’avais pas encore compris qui était la personne enlevée mais la cellule psychologique mise en place au pied levé avait commencé son boulot de décorticage, Interpol était sur les dents, le FBI avait décliné l’invitation : pas concernés disait le mêl…. poursuivait mon adjointe avec un débit de mitraillette.
– Nom et prénom du disparu ? dis-je d’une voix blanche.
– Nom : Circonflexe, prénom : Accent
– Type et signe de reconnaissance ?
– Chapeau chinois.
Je levai un sourcil interrogateur comme Adamsberg dans « debout les morts » quand soudain l’îlotier de service entra pour la distribution des cafés, (thé vert et arsenic pour moi cela soigne mes mots d’estomac). Par la porte entrouverte, nous avons entendu un brouhaha dans l’escalier.
– On a 1 276 témoins, Cheffe, qui veulent témoigner de la disparition de leur âme.
– Comment cela ? et j’ai jeté un coup d’oeil dans l’escalier. Ils étaient venus ils étaient tous là, rangés calmement dans l’escalier.
1276 mots comme ane, baté, gaté, paté, pale, bellatre, khol, chomage, hopital, piqure, ragout, brule-pourpoint, foret, crepe, reve, tete, ile, abimes, dinette, traitre…….. des dizaines, que dis-je des centaines de mots qui attendaient leur tour pour déposer plaintes ou témoignages, ils avaient l’air tout nus sans leur chapeau chinois.
– Et encore il en manque, a poursuivi l’agent de service. Internet dit : 332 mots avec ô, 660 mots avec â, 287 mots avec î, 246 mots avec û, 612 mots avec ê.
– Mais cela ne fait pas 1276 mais beaucoup plus, dis-je après un rapide calcul mental.
– Il y a dans ce décompte tous les noms au pluriel qui ne sont pas venus. Et il manque les formes conjuguées des verbes, Cheffe, m’a fait ma fidèle adjointe.
– Violences conjugales, on ne va pas tarder à avoir SOS femmes battues sur le dos, a-t-elle poursuivi.
– Les médias ?
– Calmes, ils ont prévu d’éditer leurs prochains numéros tout en majuscule, pas d’accent sur les majuscules.
– L’Elysée ?
– Ils reçoivent une délégation des ambassadeurs de Côte d’ivoire, des îles du cap vert, des îles Maldives, Grenadine, des Îles Salomon et du Viêt Nam qui ne veulent pas voir disparaître leur accent.
– Matignon ?

– Ils reçoivent une délégation des maires de villes comme Thônes, Châlon, Mâcon, Nîmes, Châtillon, Châtenay-Malabry, Château-Porcien, l’Haÿ-les-Roses.
– Mais y’a pas d’accent circonflexe sur l’Haÿ les Roses il y a un tréma sur le i grec non?
– C’est par solidarité a dit le maire, d’abord les accents circonflexes puis les tréma puis les autres accents et ensuite la victoire des sans-accents, comme 1789 fut la révolution des sans-culottes, a dit le porte parole des rouges.
– A propos de rouges, qu’ont dit les Verts ? Quelle est la ligne verte ?
– Ils ont dit « Parce qu’en vrai on parle d’enlèvement, mais si ça se trouve c’est une fugue »
– Des suspects ?
– Une revendication d’un certain Accen Zir cornflake ‘s, une lettre d’un certain My gale tout en anglais….
Je repris ma respiration et mon imper vert, lâchant ma conclusion à la cantona.
– Il faut arrêter de verser dans l’hystérie collective et il faut appeler Erick Orsenna de toute urgence, c’est lui le spécialiste de la révolte des accents. Ah et pendant que j’y suis, au vu des noms des villes Châtillon, Châtenay-Malabry, Château-Porcien qui sont venues en délégation, je soupçonne un chat ! probablement anglais, une sorte de copycat ou de céréales killer, un ordinatueur. Appelez moi le FBI pour quand je reviens de la cantine.

Bon je vous laisse, y’a ragoût et chou de Bruxelles à la cantoche.

livres verts

Projet 52 Nuances de verts avec le sujet « Livre »

Publicités

Sphinx etc…..

Je me suis réveillée ce matin, toute bizarre, la tête à l’envers (comme un samedi me direz vous mais pas que…)
Le texte que j’avais commencé la veille était tout de guingois : griffonné raturé avec mon stylo vert, celui des 4 couleurs. En même temps, j’avais juste jeté quelques idées en vrac : des proverbes qui me plaisent : A la Saint Robert tout arbre est vert, A la saint Henri le vert-galant fait son nid, tant va la cruche au verre qu’à la fin elle se casse, un seul hêtre vous manque et tout est des peupliers….
Enfin des bouts de phrases sans queue ni tête , certes, mais qui avait bien pu raturer, biffer, corriger ainsi ce début de texte…?
J’ai reposé mon papier raturé pour aller aux toilettes (y’a des priorités quand même )
Quand je suis revenue, j’avais les yeux un peu plus ouverts. Ils étaient deux à côté de mon pseudo texte : Pygmée-Lion, le lutin rouquin à costume vert et Béchamelle, la chamelle, l’œil triste, de grandes valises sous ses yeux rouges (un peu comme le chameau porté par Obélix si vous voyez ce que je veux dire)
Pygmée-Lion disait : Qu’importe le flocon pourvu qu’il y a l’hivert ? ça va pas Béchamelle, tu a mis un t à hiver et tes A ressemblent à des O, c’est flacon ou flocon que tu as voulu dire ?
C’est à ce moment que je me suis rappelée que je voulais écrire un texte sur un Sphinx et que Béchamelle devait en connaître en rayon sur les sphinx…. vu que une chamelle…..vaisseau, non vaisselle du désert, l’Egypte….les Pyramides, le Sphinx ….bref…..Béchamelle me paraissait la personne indiquée pour me parler des sphinx….
– Tu pourrais, chère Béchamelle, me faire un topo en 500 mots du Sphinx… pour mettons…. le 20 février ?
Béchamelle, sur un ton enrhumé, m’a répondu : »Ben tu sais moi je suis né non pas au Caire, mais Passage du Caire dans le deuxième arrondissement, alors le Sphinx…… Par contre, je connais quelqu’un dans Paris qui a connu personnellement un sphinx. »
Ni une ni deux, j’ai mis Béchamelle et Pygmée-Lion dans mon sac à dos et nous sommes partis dans le soleil levant. J’avais mis mon costume de jument verte comme toujours quand je pars en expédition incognito. Pour mon enquête sur le sphinx, malgré la faible connaissance de Béchamelle sur l’Egypte, cela m’a rassurée quand elle m’a dit qu’on irait ensuite faire une virée voir l’obélisque de la Concorde, (qui avait été amenée en hommage à un certain Obélix qu’elle avait bien connu). Elle m’a dit « avant on passe par rue du Nil , mon ami, grec spécialiste du sphinx, y habite.
– Grec? ai je dis ! tu es sûre de ta source ?
– Oui c’est un neveu d’un professeur émérite, le professeur Taurus . Son neveu s’appelle Minotaurus (du grec minot pour enfant et Taurus pour taureau)
A l’arrivée, Minotaurus était impressionnant, corps d’homme et tête de taureau, mais très gentil sous ses dehors bourrus. Il m’a dit : « il ne faut pas confondre le Sphinx de Thèbes avec son homonyme égyptien », il voulait bien me dire où habitait sa connaissance Sphinx si je répondais à une énigme : « Qu’est ce qui est vert, qui peut se manger, et qui peut être utile pour se sortir d’un pépin ?  »
J’avais la réponse sur le bout de la langue et je m’apprêtais à le dire quand soudain Béchamelle a éternué et je me suis retrouvée, les quatres fers en l’air, fracassée contre le passage du Caire.
Les dernières paroles que j’ai entendues avant d’être emmenée par Minotaurus sur sa carriole furent celles de Béchamelle à Pygmée-Lion : « Tu pourrais pas m’aider à m’éponger le nez ? » Alors Pygmée Lion a sorti de sa sacoche un instrument confondant, une sorte de kleenex multi absorbant et il a dit :  » je te tire le vert du nez ? ok ! mais la prochaine fois , préviens quand tu éternues. »
J’ai eu comme un haut le cœur et je me suis laissée aller sur la carriole direction l’hôpital. Je leur ai dit de se taire et qu’ils aillent tous se faire voir au diable vauvert.

BD-Minotaure-á-la-carriole

Picasso : Minotaure à la carriole, 6 avril 1936. Huile sur toile, 45,5 cm x 54,5

.

Projet 52 Nuances de verts avec le sujet « Proverbes » et Participation à l’agenda ironique qui se déroule en février chez Rx Bodo (sujet : Dialogue de sphinx)

NB : un bonus pour qui trouve la solution de l’énigme : « qu’est ce qui est vert, qui peut se manger, et qui peut être utile pour se sortir d’un pépin ? « 

L’oiseau vert

oiseau vert

Site de Chantal Dufour

Mon ami est un splendide oiseau vert.
Il est le gardien de mes insomnies.
Je lui ai fait sa place à la maison.
La nuit, ce minuscule moineau me raconte des histoires.
Et le jour ? il part dès l’aube, battant de ses plumes bleu-vert.
Je lui confie une mission et il n’a de cesse – à tire d’aile – de m’apporter une réponse.

.
La nuit venue, quand le sommeil fuit, l’oiseau vert chuchote à mon oreille.
Il se perche sur ma boucle d’ oreille et me raconte tempêtes et éclaircies fabuleuses, mélodies syncopées et mélancoliques, là où l’herbe est plus verte qu’ailleurs..
Je lui ai confié : une collecte des plus beaux paysages verts, le soin de m’expliquer la poésie des mots….
Après sa visite nocturne, il est parti ce matin chercher l’étymologie de 80 mots, mon Babeloiseau, passe-partout rêveur.
Dans son jabot, les mots débordaient et je me suis sentie un peu coupable de ce poids sur ce poitrail émeraude.

.
La nuit venue, quand le sommeil fuit, l’oiseau vert chuchote à mon oreille.
Il se perche sur ma boucle d’ oreille et me raconte ses découvertes.
Dans sa joie des recherches, il a perdu quelques mots qui ont fini éparpillés.
Il me susurre : l’étymologie de « Farandole » est incertaine : provençal, catalan ou espagnol ? Puis son petit coeur bat rapidement et il lâche sans presque respirer :
« Mon périple m’a emmené aux Pays-Bas où un pingouin néerlandais se baladait en british smoking, je suis passé par la Grèce avec un calme olympien si ce n’est olympique, en Italie en dilettante sur la place Navona…..à Tunis? almanach et feuilles volaient, les jours s’envolent et la chaleur du printemps ne revient pas. En Belgique, j’ ai croisé un flamant rose qui m’a dit Wassingue et travlingue sont des mots qui vont très bien ensemble….. »
— Faire de la poésie avec wassingue? dis je étonnée. Et serpillière aussi ?
– Et pourquoi pas , j’ai entendu un poème où la nuit est éponge, a-il rétorqué du tac au tac.

.

Mon ami est un splendide oiseau vert.
Il est le gardien de l’agacement de mes insomnies.
La nuit venue, quand le sommeil fuit, l’oiseau vert chuchote à mon oreille.
Il se perche sur ma boucle d’ oreille et me raconte ses découvertes.
Je l’envoie de par le monde et il me rapporte un petit cadeau à chaque fois, simple témoignage de sa gentillesse, du pur plaisir : Du vert à lèvres, de la terre orange des mines du Lubéron pour mon visage, des boucles d’oreille pour mieux se percher mon enfant…

.

Parfois, il oublie sa mission et rapporte ce que je ne lui avais pas demandé : mais je ne peux lui reprocher son manque de motivation….. tout au plus une cervelle d’oiseau …..

/

Les plumes chez Asphodèle et projet 2016 52 nuances de verts sur la sujet « Peinture » (Geneviève aussi a écrit sur « peinture verte » ici)

Jour, gentillesse, motivation, coupable, fer, almanach, visite, éparpillement (transformé en éparpillé), dilettante, farandole, insomnie, maison, passe-partout, plaisir, poésie, éclaircie, tempête, mélancolique, serpillière, agacement, chaleur, respirer, minuscule et syncopé.

Et quelques mots de la deuxième liste 😉

Humeur, inspiration, content, liberté, aube, procrastination, pingouin, mélancolie, oiseau, famille, olympien, linge, fantaisie, pédestre, coeur, passé, wassingue (serpillière en flamand et c’est dans le Larousse 2015), diaporama, bonheur, pandiculer, majuscules et essorer.

logo-plumes-aspho-4

 

Objet : devinette ….

Qui suis je ? 
.
Moi j’écris des pattes de mouches, des points coccinelle
Moi j’écris une hémorragie de phrases déferlantes 
Moi j’écris des vagues immobiles et écumantes 
Moi j’écris le printemps et ses couleurs pastelles 
:
Je trace avec compas et règle délicates tangentes 
Je sculpte majuscule et minuscule, je cisèle 
Encre de Chine, bleu de Prusse m’ensorcelle 
Dans la jungle des mots, j’apporte ma jeunesse ébouriffante 
;
Mais si canicule arrive, je deviens baveux 
Je perd mon fil ..qui de pourpre passe à orange
Je rature, je biffe, raye et me venge  
Alors que moi je reste toujours lumineux 
 :
Qui suis je ? (merci de laisser vos réponses en commentaires)
:
;
Martine nous parle d’un objet rouge ici .
Geneviève a trouvé deux (voire trois) objets verts.
;
:

52 nuances de vert

Patchcath me demandait ici si j’allais fixer des sujets à l’avance pour mon mini-projet « 52 Nuances de verts »

Voici pour les trois mois à venir mon programme (je n’arrive pas à me projeter à plus de trois mois car un important déménagement se profile fin juin et je ne sais pas si j’aurais le temps d’écrire après fin mars)

:

09 janvier : Objet
16 janvier : Peinture
23 janvier : Animal
30 janvier : Proverbe
06 février : Livre
13 février : Musique
20 février : Mer
27 février : Chanson
05 mars   : Poésie
12 mars   : Cinéma
19 mars   : Nourriture
26 mars   : Printemps

23 avril : L’absence

28 avril : Poésie

;

Et vous, quand vous entendez « Vert » , à quoi pensez vous ?