L’ombre de la baleine – Camilla Grebe

J’ai lu ce roman policier en audio livre. Trois narrateurs se succèdent. tout d’abord Manfred. C’est un policier, Récemment remarié, Il vit avec Asfaneh et leur fille d’environ trois ans. Après quelques secondes d’inattention, il assiste à la chute de sa fille du troisième étage.
Le deuxième narrateur est Samuel, 18 ans, qui se croit adulte. En échec scolaire, il vit seul avec sa mère, célibataire. Petit délinquant avec Liam, il vole dans les magasins, fume de l’herbe et boit. De fil en aiguille, les deux garçons se retrouvent à livrer de la drogue. En découvrant cela, Pernilla, la mère de Samuel, le met dehors.

Pernilla est la troisième narratrice : tout d’abord elle m’a énormément crispée : elle fait partie d’une congrégation religieuse , elle a 36 ans, a eu Samuel quand elle était tout juste majeure et n’a jamais quitté le foyer familial composé exclusivement d’elle, de son père et de Samuel. Ce personnage m’a énervé car elle ne raisonne jamais par elle-même mais exclusivement soit par rapport à la religion soit par rapport à son père.
Hormis ce bémol du tout début du roman, l’histoire après un démarrage un peu lent se met en place et devient réellement intéressante : Samuel commet beaucoup d’erreurs, Pernilla évolue de façon très positive, en s’affirmant de plus en plus, Manfred et Asfaneh se rapprochent en veillant sur leur petite fille à l’hôpital dans le coma pendant de longues semaines.
L’enquête que dirige Manfred concerne la disparition et le meurtre de jeunes hommes que l’on retrouve après de longs mois dans la mer.
Les indices sont très peu nombreux et finiront par nous amener vers une solution de l’énigme que je n’avais pas entrevue.

Un extrait

Je ne me souviens pas de ce que j’ai fait ce matin-là, peut-être un peu de ménage. Mon genou me faisait terriblement souffrir et je crois que j’ai avalé plusieurs comprimés anti-inflammatoires. J’ai peut-être fumé quelques cigarettes en cachette sous la hotte de la cuisine et Nadja a regardé des dessins animés. D’ailleurs, j’avais dû augmenter le son à cause du vacarme des travaux sur l’avenue Karlavägen.
Ma fille aînée, Alba, a téléphoné depuis Paris pour m’emprunter de l’argent. Placide mais déterminé, je lui ai demandé d’en parler à sa mère : n’avais-je pas déjà rallongé de trois mille couronnes son argent de poche ? Sans oublier qu’Alexandre et Stella, son frère et sa sœur, n’avaient rien eu. Il fallait bien faire preuve d’équité, non ?
L’équité, quel drôle de concept, a posteriori.
Au bout d’un moment, Nadja, lasse de la télévision, s’est mise à chouiner, inconsolable. Je l’ai prise dans mes bras et j’ai arpenté l’appartement, tentant vainement de la calmer. Son petit corps était brûlant de fièvre et je lui ai donné du paracétamol, contre l’avis Afsaneh – une autre de nos pommes de discorde. Selon elle, on ne doit pas administrer de médicaments aux jeunes enfants, sauf s’ils sont à l’article de la mort.

Nadja a fini par s’apaiser – grâce à l’antipyrétique, à la tartine préparée par mes soins ou au bruit des travaux dans la rue qui représentait une distraction bienvenue, je l’ignore. Elle a voulu regarder dehors et je l’ai soulevée sur le rebord intérieur de la fenêtre. Elle est restée un long moment comme ensorcelée, à observer la pelleteuse creuser lentement la chaussée trois étages plus bas, tout en léchant de sa petite langue pointue le beurre de sa tartine et la morve sur sa lèvre supérieure. Nous avons discuté quelques instants de tractopelles, voitures, camions et motos – de tous les moyens de locomotion, en somme. Nadja était fascinée par les engins à moteur, surtout les plus bruyants – Afsaneh et moi l’avions déjà remarqué.
C’est sans doute à ce moment-là qu’Afsaneh a téléphoné depuis le café
.

Challenge petit bac chez Enna (catégorie animal) et Challenge polar  chez Sharon , Challenge animaux du Monde Chez Sharon et écoutons un livre chez Sylire

11 réflexions au sujet de « L’ombre de la baleine – Camilla Grebe »

  1. Hello Valentyne
    Y’a bien longtemps que je n’ai pas posé un commentaire chez toi 😳
    Ce billet a retenu particulièrement mon attention car j’ai lu, cet été, Un cri sous la glace, de Camilla Grebe et j’ai bien aimé. Très structurée, l’histoire avance à petits pas, par chapitre.
    Je note le tien pour ne parler au Club de Lecture, j’ai une amie friande des polars suédois 😆
    Bon dimanche
    Gros bisous

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s