L’homme-dé – Luke Rhinehart

Le narrateur est psychiatre, à New-York
Il est jeune (32 ans), marié, deux enfants de 25 et 20 kilos, un brin dépressif (il alterne entre euphorie, idées de viol et de meurtre ou encore de suicide) . Madame ne travaille pas et cela n’a pas l’air de trop fonctionner dans le couple. Côté professionnel, il s’entend moyennement avec son associé (jalousie réciproque ?). Un jour de déprime, il joue ses futures actions aux dés : 1- je reste chez moi, 2-je vais violer la voisine (et femme de son confrère psychiatre) etc…
Puis cela devient une spirale infernale et il ne peut plus RIEN faire sans laisser les «choix» aux dés.

Le narrateur est Luke Rhinehart et l’auteur aussi, ce qui rend la lecture étrange : où commence le roman ? où commence la fiction ?
Luke Rhinehart (l’auteur ou le personnage? ) sont parfois drôles parfois lugubres et inquiétants. Comme par exemple quand il initie son fils de 7 ans aux dés ! Pauvre môme : faire ça à un môme !
Pour les adultes qu’il essaie « d’initier » aux « dés » , cela ne m’a pas gêné , chacun a son libre arbitre une fois adule (ou croit l’avoir) mais pas les enfants !

Hormis ce passage qui m’a un peu gênée, j’avoue être admirative du style de l’auteur : c’est fou ce qu’un petit mot comme dé peut modifier des mots : Luke dé-vit (dé-vie) , prends des dé-cisions, invoque Dé à la place de Dieu dans certaines phrases …des filles o-dé-o-dé s’effeuillent….

Il y a une séance de psychanalyse entre Luke et Jacob son associé qui m’a beaucoup fait rire (où comment les associations de mots font dire n’importe quoi sous couvert d’un pseudo « réalité » psychanalytique). Dans une autre scène, Luke est déclaré « guéri » alors que le lecteur sait déjà quelle énormité Luke s’apprête à faire.

Ce livre est paru au tout début des années 1970 et il y a en toile de fonds les blacks panthers, Nixon , la guerre du Vietnam, la libération sexuelle …

Un livre a la fois dé-sopilant et dé-structuré …

.

Extrait :

« Le travail de votre fils est fort en progrès. Ses compositions d’histoire sont de nouveau sympathiquement bourrées d’erreurs, et sa conduite est parfaitement instable (très bien). Ses maths sont encore un peu forcées côté précision mais son orthographe est un vrai plaisir. J’ai particulièrement apprécié qu’il écrive « démocrassie » avec « 2 s »

2 réflexions au sujet de « L’homme-dé – Luke Rhinehart »

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s