Avec joie et docilité – Johanna Sinisalo

Dystopie
Finlande de nos jours
Vanna nous raconte tout d’abord son enfance. A l’âge de 4 ans,ses parents meurent dans un accident de la route et elle et sa soeur sont recueillies par leur grand-mère en Finlande. On apprend les réalités de la vie de ce pays par les yeux d’enfants. Les petites filles sont élevées pour devenir de parfaites ménagères et il existe une « cérémonie » qui détermine le sexe des filles : une fille peut devenir soit une Eloï, soit une Morlock. Etre une Eloï signifie devenir domestiquée mais avec une vie relativement facile (avec mari, enfants,sécurité) ; être désignée Morlock revient à être « déclassée », utilisée pour du travail physique très pénible, être stérilisée et devenir une esclave. La grand-mère, consciente du danger, élève les deux filles pour qu’elles soient « reconnues » comme Eloïs , c’est le cas sans doute pour Manna, la plus jeune soeur, mais pas pour Vanna l’aînée, celle ci devient donc officiellement Eloï même si elle se sait Morlock à l’intérieur. Les hommes eux sont partagés également en deux groupes , les virilos à qui tout est permis et les infras réduits en esclavage.
Au delà de l’histoire passionnante de Vanna qui recherche sa soeur disparue un an après son mariage, c’est tout une société de faux semblants et de mensonges qui est décrite. Côté personnages masculins, Jare gagne peu à peu la confiance de Vanna.
Le roman alterne l’histoire vue pr Vanna, quelques témoignages de Jare, et des extraits de pseudo- encyclopédie démontrant l’infériorité de la femme (juste bonne à faire des enfants et tenir le foyer)

Cette dystopie où les femmes sont réduites en esclavage (que ce soit les Eloïs ou les Morlocks, cela reste de l’esclavage) est aussi intéressante que La servante écarlate de Margaret Atwood.