Sans nouvelles de Gurb – Eduardo Mendoza

Genre : Roman humoristique tenu sous la forme d’un journal – A la recherche du Gurb perdu

Le narrateur est un extra terrestre, en mission sur Terre.
Il a atterri dans son vaisseau spatial avec son subordonné (le Gurb du titre)
Il envoie celui ci en mission pour découvrir la terre et surtout les moeurs de ses habitants.
Ces extraterrestres ont la particularité de pouvoir prendre une apparence humaine.
Il faut donc vous imaginer Gurb sous les traits passe-partout de Madonna 🙂
Quant au narrateur, il va prendre des traits différents tous les jours (car il se lance à la recherche de Gurb qui disparaît des le début de sa mission)
Le narrateur n’ a aucune idée du fonctionnement des humains et cela donne des situations pétillantes et inattendues du fait de sa naïveté et de son franc-parler.

C’est un livre qui m’a bien fait rire par son comique de situation et de répétition.
Je pense être passée à côté de pas mal de gags (car je n’ai pas fait espagnol et il me manque des références culturelles autour de l’histoire espagnole)
Sur ce, je vous quitte, j’ai des beignets à finir et Madonna m’attend…

 

Quelques extraits

20 h. 00 J’ai tant marché que mes chaussures fument. J’ai perdu un talon, ce qui me force à un déhanchement aussi ridicule que fatigant. J’enlève mes chaussures, j’entre dans un magasin et, avec l’argent qu’il me reste du restaurant, j’achète une paire de chaussures neuves moins pratiques que les précédentes, mais fabriquées dans un matériau très résistant. Equipé de ces nouvelles chaussures appelées skis, j’entreprends de parcourir le quartier de Pedralbes.

* *

15 h 00 Je décide de parcourir systématiquement la ville au lieu de rester toujours au même endroit. Ainsi les probabilités de ne pas trouver Gurb seront dix fois moins élevées, soit 900° millions, ce qui laisse encore le résultat incertain. Je marche en suivant le plan héliographique idéal que j’ai incorporé à mes circuits internes en quittant le vaisseau. Je tombe dans une tranchée ouverte par la Compagnie Catalane du Gaz.
15 h 02 Je tombe dans une tranchée ouverte par la Compagnie Hydroélectrique de Catalogne.
15 h 03 Je tombe dans une tranchée ouverte par la Compagnie des Eaux de Barcelone.
15 h 04 Je tombe dans une tranchée ouverte par la Compagnie Nationale du Téléphone.
15 h 05 Je tombe dans une tranchée ouverte par l’Association des riverains de la rue Corcega.
15 h 06 Je décide de renoncer au plan héliographique idéal et de marcher en regardant où je mets les pieds.

.

Le mois espagnol est chez Sharon, les logos sont concoctés par Belette