Inavouable – Zygmunt Miloszewski

Pour lire ce livre, je me suis laissée convaincre par deux faits : d’abord j’ai beaucoup apprécié les deux autres livres de l’auteur que j’ai lus « un fonds de vérité » et « la rage », et puis il y a un bandeau avec cette phrase de Pierre Lemaitre « La nouvelle voix du thriller est polonaise » (depuis peu, Pierre Lemaitre est ma nouvelle valeur sûre).

Il s’agit là d’un thriller. Le prologue commence en 1945 avec la débâcle des nazis en Pologne : tout est empreint de mystère et d’agents doubles. Après ce prologue, nous voici de nos jours, à l’intérieur d’un téléphérique, toujours en Pologne, ce téléphérique  est pris d’assaut par un terroriste. Puis nous apprenons que l’espion, (Bruce Willis en plus polonais :-)) qui a fait capoter l’acte terroriste, part sur une nouvelle mission : retrouver un tableau disparu depuis 1945.

C’est mené tambour battant avec des faits historiques avérés notamment la disparition en Pologne d’un tableau de Raphaël.
On voyage : Pologne, Usa, Suède, Slovaquie : le quatuor d’enquêteurs (oui un quatuor de personnages très fouillés) est poursuivi par des agents tous plus professionnels les uns que les autres (avec de l’humour aussi pour le quatuor, pas les pros qui sont un peu tournés en ridicule). Il y a Zofia Lorentz, fonctionnaire polonaise chargée de retrouver les œuvres dérobées à la Pologne par les nazis et les russes, Anatol l’espion polonais, Lisa une voleuse suédoise et internationale d’oeuvres d’art qui parle délicieusement mal polonais et Karol, marchand d’art amoureux de Zofia.

Je retiendrai aussi une course poursuite mémorable en Suède.
J’ai aussi bien aimé la morale de l’histoire où comment les Usa n’arrivent pas à refermer la boîte de Pandore qu’ils « auraient » ouverte il y a 70 ans …

Un excellent divertissement…

.

Un extrait

Les femmes vieillissent de différentes façons, selon leur personnalité et leur beauté. Les gentilles filles du voisinage se transforment en vieilles souriantes et blanches comme des colombes, le genre super-mamie dont rêverait n’importe quel gamin. Les éternelles mochetés, telle Glenn Close, gagnent en noblesse des traits et deviennent des dames élégantes aux allures de comtesses russes. Les plus chanceuses sont les reines des glaces du genre Lauren Bacall, qui peuvent bien avoir deux cents ans, on distinguera toujours chez elles les traces d’une ancienne beauté et la fierté qui l’accompagne. Le temps est moins clément avec celles qui, jeunes, étaient girondes et craquantes comme Elizabeth Taylor. Non seulement elles se transforment en matrones en surpoids, mais en plus, elles ne remarquent pas que le sex-appeal est comme l’esturgeon : un sex-appeal de fraîcheur douteuse, ça n’existe pas.

Le mois de l’est est organisé par Goran , Eva et Patrice  et le challenge polar est  chez Sharon