Que lire un 1er février ?

La femme qu’on emmène dans un hurlement de sirène s’appelle Vivian Maier, elle aura 83 ans le 1er février. Personne, ici personne ne sait qui elle est. Une silhouette familière du quartier, une de celles qui semblent faire partie d’un lieu, comme un élément du décor, et un jour elles ne sont plus là. On se fait la remarque, on s’interroge un instant, et on oublie. Une vieille dame solitaire qui perd un peu la tête par moments. Qui se montre encore drôle, parfois, et sacrément têtue. (page 16)

 

                                       **

Il aura fallu des rêves, des départs, il aura fallu des océans et des bateaux pour que ce 1er février 1926, au cœur de l’été new-yorkais, naisse Vivian, l’enfant au nom de fée. Mais, des fées, Vivian ne recevra guère, dans ces années-là, d’autre cadeau. La neige a transformé la ville en un vaste échiquier. Noir et blanc. Le couple qui accueille avec elle son second enfant habite au nord-est de Manhattan, du côté de la 76e rue, ou de la 56e, les informations se contredisent, un de ces immeubles à la façade de briques rouges scarifiée d’escaliers métalliques en zigzag.
Étrange couple. Oui, étrange couple que celui de Maria Jaussau et de Charles Maier. Déjà miné, quelques années après leur mariage par la mésentente, l’alcoolisme, déjà détruit par la violence et les difficultés financières. En cette même année, l’Amérique voit naître quelques-unes de ses légendes à venir, Marylin Monroe, John Coltrane, Miles Davis, Mel Brooks, Harper Lee… (page 38)

 

Une femme en contre-jour – Gaëlle Josse

**************

Voilà un tout petit livre (154 pages mais très denses)
Le sujet : une biographie de Vivian Maier

Tout commence par la fin : Vivian Maier, 83 ans meurt dans un grand dénuement et dans la solitude.
Elle n’est pas totalement seule : Elle a été nurse toute sa vie et a été prise en charge financièrement par la famille chez qui elle est restée 17 ans.
En parallèle un jeune homme trouve des dizaines de milliers de photos dans une vente aux enchères.
Il mène l’enquête et finira par découvrir qui était la photographe, mais après la mort de celle-ci. Il organise alors des expositions et le nom de Vivian Maier devient mondialement connu pour ses clichés.
Le propos de Gaëlle Josse est de nous raconter toute la vie de Vivian Maier : son enfance très difficile à NewYork, six années passées en France (sa mère est originaire des Alpes) puis le retour en Amérique et en filigrane cette passion pour la photographie…
Le ton est à fois neutre et très convaincant . En très peu de mots, Gaëlle Josse parcourt 80 ans d’une vie d’une femme à la fois très solitaire et aussi très attentive à ses contemporains….
Un livre qui m’a donné envie de rechercher des clichés.

Source photo

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s