Les élus – Steve Sem-Sandberg

Pour ce roman, l’auteur est parti d’un fait réel. Pendant la seconde guerre mondiale, à Vienne, un hôpital psychiatrique est « reconditionné » pour l’accueil d’enfants handicapés. Il s’agit en fait, sous couvert de soins apportés aux enfants, d’euthanasie (et aussi d’expériences médicales sur ces « cobayes » sans défense).
On suit plus particulièrement le destin d’un jeune garçon qui survivra 3 ans dans cet hôpital : il n’est pas idiot ce gamin, juste un physique qui fait que tous le surnomme « le Tatar ». Il a 11 ans à son entrée dans ce centre.
Il s’agit d’un roman où le sujet est très difficile et j’ai souvent été obligée de poser mon livre tant la détresse est prégnante.
Les trois quarts du livre sont présentés avec le regard de ces enfants principalement ceux du pavillon 15. Moins « malades » que les autres, ils ont une infime chance d’en réchapper. Ceux du pavillon 17 par contre sont euthanasiés plus ou moins rapidement (pour les familles de ces enfants un laconique « décès pour cause de pneumonie » ou autre leur parviendra).
Battus, drogués, les enfants n’ont que peu d’espoir d’en sortir ; quand la survie est un combat quotidien, il reste peu de place à l’amitié.
Adrian a un père (alcoolique et qui bat sa femme), la mère a baissé les bras et préfère son petit frère (joli aryen aux yeux bleus).
Le récit des enfants est entrecoupés des réflexions de plusieurs l’infirmières qui assistent les médecins-bourreaux.
Enfin, la dernière partie raconte les suites de la guerre pour certains des protagonistes (dont Adrian et Anna Katschenka l’infirmière principale)

En conclusion : un roman très intéressant mais très difficile sur les faits évoqués (public sensible s’abstenir)

 

Un extrait :

Alors que le docteur Illing faisait exterminer les enfants au rythme où l’on extermine les rats (selon les mots de Hilde Mayer), ceux-ci continuaient d’arriver à la clinique à une cadence toujours plus effrénée. Ils semblaient mis au monde par la terre elle-même; ou plutôt enfantés par la guerre. Le pouvoir de la perversion est infini. Dans l’unité des nourrissons, dirigée par le docteur Gross, il y a un garçon de trois mois et demi, baptisé Franzl par les infirmières (il n’a visiblement pas de nom) et dont Anna Katschenka ne sait pas grand chose, hormis que sa mère l’a amené là juste après sa naissance, probablement parce qu’elle ne supportait pas sa vue. Franzl présente une tête anormalement triangulaire, rétrécie à l’avant telle celle d’un renard, ainsi qu’une grave syndactylie à chacun de ses membres. Un enfant amphibien. Distraitement, Illing palpe sa tête triangulaire et ses doigts accolés, puis il demande à l’infirmière de programmer une pneumoencéphalographie et de préparer l’enfant au plus vite pour un examen anatomique. Dans le lit voisin se trouve une fillette de trois ans du nom de Marta Koller. Marta souffre d’une craniosynotose si importante que toute la partie supérieure de son crâne s’avance au-dessus de son visage, un peu à l’égal d’une crête de coq; contrastant avec l’aspect monstrueux de son front, ses yeux bruns parfaitement formés, presque beaux, suivent avec un intérêt inquiet chacun des mouvements des doigts du docteur Illing.

.

Prix Médicis étranger 2016

Chez Madame Lit le mois de janvier met le prix Médicis à l’honneur 

13 réflexions au sujet de « Les élus – Steve Sem-Sandberg »

  1. J’en ai entendu parler et c’est certainement un livre important pour ne pas oublier ces malheureux enfants, mais pour moi c’est justement un sujet beaucoup trop difficile que je préfère éviter.

  2. Je rejoins Eva, ça me semble vraiment difficile à lire, surtout quand on a des jeunes enfants. Merci d’avoir consacré une jolie chronique à des faits qu’il convient de ne pas oublier

  3. Ping : Madame lit son bilan pour les prix Médicis – Madame lit

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s