Le meurtre du commandeur – Haruki Murakami

Jour de lecture 1
Le narrateur est un peintre reconnu (un portraitiste) ; il n’est pas très célèbre mais vit bien de son art. Sa femme lui avoue un jour qu’elle souhaite divorcer (elle a un amant)
Il part du domicile le jour même et roule une nuit entière vers la mer du nord.
J’aime beaucoup l’ambiance un peu mystérieuse mais pas trop, il erre pendant des semaines sur Hokkaidô, puis accepte la proposition d’un ami de garder la maison de son père, atteint d’Alzheimer.
Et puis au détour d’une phrase banale, on apprend une chose importante de son passé ou celui de son épouse Yuzu.

Jour 2
L’action se met en place tout doucement (c’est pour cela que j’aime Murakami)
On y fait la rencontre d’un mystérieux tableau (le tableau s’appelle « le meurtre du commandeur » et il était caché dans le grenier de la maison où le narrateur vit) , d’un mystérieux voisin (Menshiki).

Il y a aussi une ambiance fantastique (Murakami a-t-il lu le Horla de Maupassant) ?
Le narrateur a-t-il des hallucinations auditives (puis visuelles) ? Est-il un meurtrier qui aurait refoulé son crime ?
Le lecteur assiste à de mystérieuses fouilles dans le jardin, et se sent tour à tour claustrophobe, peintre, Mozart….

Bref, j’adore l’ambiance, je n’y vois goutte et me demande où l’auteur veut nous emmener … mais je suis montée dans la Toota poussiéreuse du narrateur, puis la Subaru blanche, la jag de Menshiki itou…

Jour 3
Le mystérieux voisin se fait moins mystérieux : le narrateur réalise son portrait et on assiste à leurs échanges sur l’art (peinture, musique) et la création en général..
Il apparaît un nouveau personnage : la mystérieuse Idée (celle du sous titre ; Idée avec une majuscule s’il vous plait)..Ces passages sont à la fois réalistes, fantastiques et plein d’humour…

Le narrateur finit le tableau de Menshiki et en attaque deux nouveaux, celui du mystérieux homme à la Subaru et celui de Marié, une jeune voisine qui est son élève dans son cours de peinture.

Je vous laisse : il fait que j’aille de toute urgence me procurer le tome 2.

.

Un extrait

En y pensant rétrospectivement, je me dis que nos vies sont faites d’une façon vraiment étrange. Elles regorgent de hasards extravagants et difficiles à croire, de développements en zigzag impossibles à pronostiquer. Mais lorsque ces événements nous arrivent réellement, lorsqu’on est plongé en plein milieu du tourbillon, il est possible de ne pas y voir le moindre élément étrange.Peut-être ce qui nous arrive nous semble-t-il être uniquement des faits parmi les plus ordinaires, se produisant de la façon la plus ordinaire, dans un quotidien linéaire. Ou bien au contraire, peut-être tout cela nous paraît-il complètement insensé. Mais en fin de compte, c’est seulement beaucoup plus tard que l’on saura vraiment si un événement est conforme à la raison ou pas.