Que lire un 17 octobre ?

Un mois a passé depuis le début de mon journal. Je me souviens de la troisième promesse d’Éric. Mais plutôt, encore, je me souviens de mes débuts parisiens. Une année après mon arrivée en France, lors d’une promenade le long de la Seine, sous une Notre-Dame menaçante, Éric m’avait raconté le massacre des Algériens du 17 octobre 1961 par la police française. Il m’avait dit que la manifestation pacifique n’avait pas empêché l’utilisation de matraques et d’armes à feu contre des hommes et des femmes, tués et jetés, toute la nuit dans la Seine. Il m’avait confié, que malgré ce passé atroce, sa place de Français–Algérien–Berbère–fils de harkis était ici, où il pouvait recoudre le passé dans le présent.
.
Je suis quelqu’un – Aminata Aidara

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s