Les cent puis de Salaga – Ayesha Harruna Attah

Afrique – XIXème siècle.

Premier chapitre : Aminah, adolescente, prépare et vend de la nourriture aux personnes de passage dans son village, tout en s’occupant de ses petites sœurs, des jumelles.
Dans son village de Botu, circulent des rumeurs : des cavaliers enlèveraient des personnes pour les « vendre » en tant qu’esclaves.

Deuxième chapitre: à Salaga, Wurche est la fille du roi : elle assiste à des courses de chevaux et à des négociations entre son père et des tribus voisines. Elle a, comme Aminah, une quinzaine d’année…

Chaque chapitre commence par le prénom d’une des deux adolescentes, l’auteure va nous raconter le passage  à la vie adulte de ces jeunes filles, qui n’ont en commun que leur âge et leur lieu de naissance : un village pas très éloigné de l’océan en d’Afrique de l’ouest (une contrée qui ne s’appelle pas encore le Ghana).
Qu’elle soit fille de roi ou de cordonnier, leur destin est tracé: épouser l’homme désigné par leur famille ou les alliances futures… jusqu’au jour où, pour Aminah, le monde s’effondre : elle est emmenée par les marchands d’esclaves …avec ses sœurs, sa maison est brûlée ainsi que tout son village…

J’ai aimé l’aspect historique de ce livre : il y a beaucoup de livres qui ont pour toile de fonds la traite des esclaves en Amérique mais finalement peu en Afrique : l’histoire se passe à la fin du XIX Elle siècle, on apprend au fur et à mesure que l’esclavage a été aboli en Europe et aux États Unis mais perdure en Afrique. De plus, les européens essaient de s’attirer les bonnes grâces des africains : anglais, allemands, français c’est à qui l’emportera pour s’allier les peuples africains : guerre fratricides et divisions au rendez vous …

Côté personnages il sont également convaincants , j’aurai aimé en savoir plus sur Moro, fils d’esclaves devenu chasseur d’esclaves à son tour. Il est conscient du «mal » que représente l’esclavage sans savoir comment faire la transition… quant aux deux personnages principaux, Wurche m’a séduite par sa volonté et sa fierté et Aminah par sa douceur et son opiniâtreté…

En conclusion : un moment de lecture dépaysant et instructif.

Livre lu dans le cadre du Challenge chez Madame lit, le thème de septembre  est : un roman de la rentrée littéraire

Publicités

5 réflexions au sujet de « Les cent puis de Salaga – Ayesha Harruna Attah »

  1. Ping : Madame lit son bilan de septembre pour le défi – Madame lit

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s