Pierre Reverdy – les jockeys mécaniques

Martine nous parle de Reverdy à l’occasion de son anniversaire le 13 septembre
https://ecriturbulente.com/2019/09/14/pierre-reverdy-depart/?fbclid=IwAR13QYcyp5UnTTyKYWHczpEWvhHm_toEAbO1JICyBzTAHjNQVe4T5hLN_yo

Une occasion de faire « remonter ce beau poème …

La jument verte

jeudi-poesie

La nuit polaire

A bord les hublots sont ouverts
Les trappes bâillent
Assis sur le balcon qui se détache
Le voilà sur fond bleu
Les nuages seront peut-être les gagnants de la course

On ne voit plus que lui et eux
Ils disparaissent un moment derrière la colline où quelqu’un se promène

Ils meurent
Les chevaux ne sont plus que des bruits de grelots

En même temps que les feuilles tremblent
En même temps que les étoiles regardent
En même temps que le train passe en crachant des injures

Et la fumée
Un bout de cigare refroidi reste

Et ce tronc d’arbre au bord de la forêt
L’acre odeur de l’herbe roussie tout autour

La main énorme qui s’avance.

On ne voit pas le corps se pencher
La bouche avide

Il faudrait sauter la forêt comme une haie
Comme le monde entier est un obstacle à franchir
Il n’y a…

Voir l’article original 364 mots de plus

Publicités