Bouvard et Pécuchet – Gustave Flaubert

Lc avec Edualc

Bouvard et Pécuchet sont deux « employés aux écritures » d’une quarantaine d’années habitant à Paris. Un jour de canicule (33°C – Boulevard Bourdon), ils se rencontrent et sympathisent. (Lu sous la canicule pour ma part – 36°C – Boulevard Bertholet)
L’un est veuf (Bouvard – François Denys, Bartholomée), l’autre vieux garçon (Pécuchet – Juste, Romain, Cyrille) ; à moins que ce ne soit l’inverse.
Un héritage inattendu leur fournit une rente et ils décident de partir en Normandie à Falaise.

Bouvard n’avait quitté Paris que le surlendemain, pour dîner encore une fois avec Barberou. Il arriva dans la cour des messageries à la dernière minute, puis se réveilla devant la cathédrale de Rouen ; il s’était trompé de diligence.
Le soir toutes les places pour Caen étaient retenues ; ne sachant que faire, alla au Théâtre des Arts, et il souriait à ses voisins, disant qu’il s’était retiré du négoce et nouvellement acquéreur d’un domaine aux alentours. Quand il débarqua le vendredi à Caen ses ballots n’y étaient pas. Il les reçut le dimanche, et les expédia sur une charrette, ayant prévenu le fermier qu’il les suivrait de quelques heures.
À Falaise, le neuvième jour de son voyage, Pécuchet prit un cheval de renfort, et jusqu’au coucher du soleil on marcha bien. Au-delà de Bretteville, ayant quitté la grande route, il s’engagea sur un chemin de traverse, croyant voir à chaque minute le pignon de Chavignolles. Cependant les ornières s’effaçaient ; elles disparurent et ils se trouvèrent au milieu des champs labourés. La nuit tombait. Que devenir ? Enfin Pécuchet abandonna le chariot, et pataugeant dans la boue, s’avança devant lui à la découverte. Quand il approchait des fermes, les chiens aboyaient. Il criait de toutes ses forces pour demander sa route. On ne répondait pas. Il avait peur et regagnait le large. Tout à coup deux lanternes brillèrent. Il aperçut un cabriolet, s’élança pour le rejoindre. Bouvard était dedans.

Citadins depuis leur naissance, ils achètent une ferme et s’imaginent que l’on peut devenir cultivateur juste en lisant des livres. Le ton de Flaubert est mordant, il se moque de ces deux « imbéciles » qui croient tout savoir et se sentent supérieurs aux paysans du coin.

Le début et la première moitié du roman m’ont beaucoup plu –  ironie, comique des situations – ensuite j’ai eu une période de lassitude puisque le déroulé est toujours sur le même modèle : Bouvard et Pécuchet se passionnent d’un coup pour un sujet auquel ils ne connaissent rien (mathématiques, médecine, philosophie, religion, histoire, littérature, etc), ils lisent les ouvrages de référence sur le sujet et essaient de mettre en pratique, mais ils lisent trop (ou mal et sans recul) et toutes leurs expériences tournent à la catastrophe ….

Lors de la dernière partie, deux nouveaux personnages m’ont bien intéressée : les deux compères « adoptent » deux « orphelins » Victor et Victorine, dont le père a été condamné au bagne. Ils se passionnent pour l’éducation …. sujet sur lequel ils échoueront également …

Au final, un sentiment un peu mitigé car si le comique de situation et de répétition est bien présent …justement une bonne moitié m’a paru répétitive et avec beaucoup de digressions. Je suis cependant contente d’avoir enfin lu cet auteur car j’étais passée pendant toutes mes études au travers des mailles du filet. Je vous laisse : je n’ai jamais lu Stendahl – je vais peut être attendre la prochaine canicule 🙂

Allons voir de ce pas ce qu’en a pensé Edualc 🙂
En plaisantant, il m’a dit « Tu lis Bouvard et moi Pécuchet », j’aurais peut être dû lire la moitié seulement 🙂

 

Challenge « lire sous la contrainte chez Philippe » où la contrainte est « sans nom commun »

Publicités