Rue de la sardine – John Steinbeck

1945 – Californie
John Steinbeck excelle à nous raconter la vie des habitants dans ce petit quartier à Monterey, près de l’océan. Il y a d’abord Lee Chong, l’épicier chinois et Doc, responsable du laboratoire de biologie marine.
Il y a aussi toute une équipe de « bras cassés » qui vivent  dans une usine désaffectée, propriété de Lee Chong : dans l’équipe il y a Mack, Gay le mécano de génie et quelques autres : Eddie, Hughie, Hazel…
La bande de comparses, espèces de de pieds Nickelés, pas piqués des hannetons, décident un jour d’aider Doc. Doc n’est pas docteur,  son boulot c’est essentiellement de ramasser des étoiles de mer, des poulpes et autres curiosités marines pour des instituts de recherche. Il est très apprécié dans le quartier et les gars décident d’organiser une grande fête : pour cela il faut gagner de l’argent et les lascars gardent rarement un boulot plus d’une semaine ….

Leur façon de se procurer de l’alcool m’a fait sourire, l’expédition en Ford T de Mack et de ses amis à elle seule vaut le détour :  un précis de mécanique hilarant comme on n’en fait plus :-). Sous des dessous légers, il y a aussi une réflexion « philosophique » sur le monde dans lequel nous évoluons : le passage de la pêche à la grenouille au système monétaire  m’a donné le fou-rire, ce qui n’est pas si fréquent…(p135)

Un roman assez court, 200 pages, mais à la fois très drôle et plein de tendresse pour ses personnages. En parlant de tendresse, la suite de cet opus s’appelle « Tendre jeudi » (Je connais ma prochaine lecture de Steinbeck)

 

Un extrait

Quelqu’un devrait se décider à écrire un essai sur les effets moraux, physiques et esthétiques du modèle T sur la nation américaine. Deux générations d’Américains en savent davantage sur les engrenages de la Ford que sur le clitoris, sur le système planétaire de son changement de vitesse que sur le système solaire des étoiles.
Chez nous, le modèle T a modifié pour une grande part la notion de propriété. Les clefs anglaises ont cessé d’être un objet personnel, et une pompe pour gonfler les pneus appartient désormais à celui qui l’a ramassée en dernier. Un très grand nombre des bébés de l’époque a été conçu dans un modèle T, et beaucoup y sont nés. La fameuse théorie du « home » anglo-saxon a été tellement bouleversée qu’elle ne s’en remettra jamais.

.Un 

La contrainte chez Philippe est « animal »

Publicités

8 réflexions au sujet de « Rue de la sardine – John Steinbeck »

  1. Je ne connaissais pas ce titre et je me demande si j’ai déjà lu quelque chose de l’auteur???
    Merci pour ta participation à mon challenge. Je ne pensais pas trouver une sardine !
    Bon dimanche.

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s