Du côté d’Ostende – Jacqueline Harpman

André, il y a quelques mois, m’avait conseillé « La plage d’Ostende » de Jacqueline Harpman.

Et puis le temps passant, j’avais un peu oublié…
En allant à la bibliothèque, en préparation du mois belge qui a commencé hier, je fus attirée par ce titre « du côté d’Ostende »
J’ai donc lu celui ci en croyant lire celui qu’André m’avait recommandé … ce n’est qu’après le premier quart que je me suis rendue compte de mon erreur (Os tende ! suspend ton vol !)

Non que je sois très déçue du livre que j’ai lu : le narrateur Henri, un vieux monsieur, vient d’apprendre qu’Emilienne son amie de toujours vient de mourir (elle avait dépassé la soixante-dizaine également). Il revient alors sur la vie d’Emilienne qui tomba amoureuse du peintre Léopold Wiesbeck à 11 ans, devint sa maîtresse à 15, se maria avec un autre pour sauver les apparences : une vie entière de second rôle pour Émilienne puisque Léopold ne veut pas quitter son épouse (et son argent)
Le narrateur ne raconte pas seulement les amours d’Emilenne et de Léopold mais un peu ses amours à lui (il est homosexuel et se sera « caché «  toute sa vie, son amitié avec Odette et ses discussions avec le fils de celle ci).

Un livre où il ne se passe pas grand chose mais où les sentiments amoureux sont décortiqués finement …rivalité féminine, passion….contrariée allant jusqu’au suicide, culpabilité, honte …
Un livre que j’ai trouvé à la fois intéressant et un peu « voyeuriste » ou nombriliste….

Ne me reste plus qu’à un lire un livre dont le titre est « La plage d’Ostende » qui raconte mais du point de vue Émilienne la fameuse rencontre et la vie avec le peintre Léopold …la boucle sera alors bouclée …

.

Un extrait

Chacun d’entre nous, pauvre fol, se donne sans même y penser le premier rôle dans sa vie. Il est troublant de se retrouver au second plan – que dis-je ? au troisième ! – dans celle des autres. Un personnage entre en scène, on ne sait pas d’où il vient, il dit sa réplique et repart, on ne sait pas où il va. Je me prenais pour un homme modeste : dès que je voyais mon nom sur la page, quelque chose s’éveillait en moi, une attente obscure qui me déplaisait, une tension toujours déçue car je n’étais, pour Emilienne, que le figurant fidèle qui remplit proprement son office. Elle ne s’arrête pour se questionner sur moi qu’une fois, et il me semble qu’elle se trompe. Mais que sait-on de soi ?

.

Lu dans le cadre du mois Belge chez Anne 

Publicités