Jeux d’hiver : treizième

Bonjour à tous et à toutes,

Mars  est enfin  là et j’ai sorti les doigts de pieds de sous la couette :

Le but du jeu est de trouver des titres de livres, leurs auteurs et le point commun entre les livres.

Voici la treizième énigme

Pour participer, il faut laisser votre ou vos réponses en commentaires. Chaque bonne réponse vaut un point pour  TOUTES LES PERSONNES  ayant trouvé : Pas besoin d’arriver le premier pour remporter un point donc 🙂

Vous pouvez faire juste une proposition, ou deux ….ou …

A la fin de l’hiver, nous connaîtrons les vainqueurs de ce jeu 🙂

Bon weekend  à tous

Publicités

Le choeur des femmes – Martin Winckler

LC avec Edualc

J’ai commencé ce pavé (presque 700 pages) emprunté à la bibliothèque pendant mes vacances. J’en ai lu la moitié et j’étais ravie de ma lecture. Puis je me suis absentée pour raison professionnelle pendant une semaine et je ne pouvais pas emmener le livre dans les bagages (trop volumineux, vive les « livre de poches »)
Bizarrement en reprenant ma lecture après une dizaine de jours d’interruption, j’ai eu un avis très mitigé.

Passons donc aux qualités de ce livre :
L’héroïne, Jean Atwood, est quelqu’un avec une forte personnalité : depuis toute petite elle veut devenir médecin. Elle est maintenant interne et en cinquième année de médecine et elle arrive dans le service du Dr Franz Karma, gynécologue.
Au départ, elle est antipathique puis comprend peu à peu l’état d’esprit des femmes qui viennent aux consultations de l’hôpital. On entend une multitude de témoignages (sur la contraception, les grossesses désirées ou non, les IVG)
Ces voix m’ont paru sincères et je me suis plusieurs fois reconnue dans les sentiments évoqués. Les points de vue sont variés et ce « choeur de femmes » m’a souvent ému ou fait sourire. Franz Karma a un discours convaincant dans sa vison de ce que doit être un médecin.

En parallèle, on en apprend plus sur la vie privée de Jean Atwood (prononcer Djinn) elle a une mère française (morte à sa naissance) et un père canadien.
Les autres personnages sont crédibles (une mention particulière à la secrétaire de Franz).

La deuxième moitié m’a déplu et j’ai trouvé la fin grand-guignolesque.
Pourquoi en rajouter sur un secret familial (en plus du secret initial de Jean mais chuttttt) ? et puis les coïncidences sont si fortes que cela en perd tout crédibilité….

J’aurai  mis 4 étoiles pour la première partie et 1 seule pour la deuxième.
Je me demande quel aurait été mon avis si j’avais tout lu pendant mes vacances : la pause a-t-elle été fatale ?

**

L’avis de Mind (beaucoup plus enthousiaste que moi) 

**

Quelques extraits

– Il y a deux sortes de médecins, dit Karma, les docteurs et les soignants. (…)
En France, il a fallu attendre la fin des années quatre-vingt-dix pour qu’un ministre de la Santé suggère de rendre l’enseignement du traitement de la douleur obligatoire dans toutes les facs de médecine françaises. Avant ça, personne n’y avait pensé. Personne ne pensait qu’il était important d’enseigner ça aux étudiants en médecine. Le rôle des médecins, ça n’était pas de soigner ou de prévenir les souffrances. Ça, c’était bon pour les infirmières. Le rôle des médecins, c’était de faire des diagnostics.
– Jouer au docteur…
– Voilà.

**

[site internet interactif de gynécologie]
J’ai eu un rapport le 16 décembre avec mon copain et le 24 décembre avec le meilleur ami de mon copain parce que j’avais rompu et je croyais que c’était pour de bon et je me sentais seule et je n’ai pas eu de règles quand je les attendais le 1er janvier et depuis mon copain est revenu il veut faire sa vie avec moi et hier je me suis mise à vomir et j’ai fait un test je suis enceinte. De qui est l’enfant ?