Les oreilles de Buster – Maria Ernestam

Incipit : « J’avais sept ans quand j’ai décidé de tuer ma mère. Et dix-sept ans quand j’ai finalement mis mon projet à exécution »

Tout est dit dans cet incipit. Et en même temps rien n’est dit. Eva,56 ans, va remonter le fil de ses souvenirs de ses sept ans jusqu’à maintenant. Le lecteur sait donc dès le début qu’il lit la confession d’une meurtrière (une meurtrière qui a su cacher son crime…). Cela ne m’a pas empêché de me sentir proche d’Eva.
Sa mère est toxique, malade à n’en pas douter : égocentrique, alcoolique, séduisante et mielleuse un moment puis cruelle l’instant d’après. Eva est mal aimée voire maltraitée (psychologiquement). Heureusement que son père essaie de la protéger, sans trop y parvenir….
La couverture de ce roman où Eva promène un chien (Buster ?) d’un ton renfrogné est très bien choisie : elle montre à la fois sa fragilité de petite fille et une certaine détermination … détermination à toute épreuve …
Eva grandit tant bien que mal et espère construire une relation stable avec un jeune homme …c’est sans compter l’intervention de sa mère …

En alternance, Eva raconte son enfance dans son journal intime puis nous la suivons dans son quotidien de préretraitée, pour cause de problème de dos. Malgré sa santé délicate, elle continue de choyer ses rosiers, de dialoguer avec ses amies Petra et Gudrun, de s’occuper d’un vieille voisine (qui a l’âge que sa mère aurait eu si elle avait vécu) .

J’ai trouvé ce livre passionnant dans l’analyse des sentiments de la petit fille qu’est Eva, puis de l’adolescente qu’elle devient jusqu’à la femme mûre qui écrit dans son journal … une femme qui a commis l’irréparable mais qui n’a finalement jamais eu de remord ..

En parallèle de l’histoire principale, des intrigues secondaires m’ont également intéressée : la fille d’Eva est en plein divorce et essaie elle aussi de remonter la pente. Irène, atteinte de la maladie d’Alzhemer est admise dans d’un mourroir (on est loin de la vision idyllique d’une Suède où le bien être social règne…) . Eva s’occupe d’Irene alors que la propre fille d’Irène ne mâche pas ses mots et crache la haine qu’elle a pour elle (encore une qui aurait dû assassiner sa mère quand elle le pouvait….)

En bref les histoires mères-filles ne sont jamais simples….

Eva est-elle un monstre comme sa mère ou était-elle en légitime défense ? A chacun de se faire son opinion…

Une lecture que je vous recommande…

 

Un extrait

J’ai répliqué que si Petra avait tellement besoin de parler, c’était peut-être justement parce qu’elle vivait avec un homme pathologiquement taciturne. Sven a protesté :
– Pas du tout. Les femmes ont une réserve de quatre mille mots à épuiser quotidiennement, je veux dire en moyenne, quatre mille mots par jour, et nous les hommes, nous n’en avons que deux mille. A un moment ou à un autre au cours de la journée, nos mots sont tout simplement épuisés, alors que vous, il vous en reste encore la moitié. Et voilà ce qui arrive. Pas étonnant que tant d’hommes soient fatigués.

Challenge Petit bac 2019 Enna : catégorie « partie du corps »

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Les oreilles de Buster – Maria Ernestam »

  1. Je ne sais pas si je le lirai… ma PAL déborde… mais le titre m’aurait tenté, et ce que tu en dis continue de me séduire.
    Passe une douce journée. Bises.

  2. Bonjour,
    C’est Octave 😉 Comment va Lubie ?
    J’aime beaucoup l’analyse que tu fais de ce livre … à voir si je peux le trouver chez mon libraire
    Bon jeudi à toi

Répondre à Cécile C Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s