Guide pratique à l’usage des écrivains qui veulent (très) bien faire sans (trop) se fatiguer – Guillaume Lacotte

Western
Les noms de villes du Far-West sont toujours composés de deux mots.
Propositions pour le mot 1 : Coyote, Bear, Boone, Wolf, Elk, Eagle, Scott, Dead ou Red.
Propositions pour le mot 2 : Creek, Gulch, Woods, Falls, Pass, Grove, Spring, Heights ou Town.
Si vous avez du mal à choisir la ville où votre héros commettra ses forfaits, inscrivez chaque mot sur un bout de papier, mettez les bouts de papier correspondant au premier mot dans un chapeau, mettez les bouts de papier correspondant au second mot dans un autre chapeau, et tirez un bout de papier dans chaque chapeau. Recommencez jusqu’à avoir Coyote Gulch.
N’oubliez pas les détails qui font vrai, ils rassureront le lecteur :
  1. Les indiens qui habitent en ville portent un chapeau melon et boivent comme des trous,
  2. Les Indiens qui vivent sur les hauts plateaux ont des plumes dans les cheveux et montent des mustangs (et accessoirement ont une grandeur d’âme ),
  3. Le shérif est autoritaire et finit par mordre la poussière,
  4. Les adjoints du shérif ricanent comme des ânes et tirent à la Winchester à canons scié (et chantent He ´s a jolly good fellow quand ils sont faits comme il faut),
  5. Les chercheurs d’or ont une barbe de trois jours et déclenchent des rixes au saloon,
  6. Les coyotes (en Arizona) ou les loups (dans le Montana) respectivement jappent et hurlent à la tombée de la nuit,
  7. Les coyotes (en Arizona) ou les loups (dans le Montana) ont les yeux jaunes à n’importe quelle heure de la journée.

Autre conseil : n’hésitez pas à mettre le verbe grincer à toutes les sauces. Car, dans un bon western, tout grince : les portes, les volets, les sommiers et la jambe de bois de Josie, la prostituée irlandaise du saloon.

Si vous avez remplacé 1881 par 1976, les chevaux par des pick-ups Dodge, les pistes de poussière par des interstates goudronnées, le saloon par un bar karaoké, la jambe de bois de Josie par un tatouage de dauphin, et l’eau de vie locale par du Jack Daniels, on parlera de western moderne.
Si vous avez remplacé 1881 par 2015, les chevaux par des pick-ups Dodge,les pistes de poussière par des interstates goudronnées, le saloon par un bar karaoké, la jambe de bois de Josie par un tatouage de dauphin, et l’eau de vie locale par de la vodka-Red-Bull, on parlera de western post-moderne.

.

Guide pratique à l’usage des écrivains qui veulent (très) bien faire sans (trop) se fatiguer – Guillaume Lacotte

Publicités

21 réflexions au sujet de « Guide pratique à l’usage des écrivains qui veulent (très) bien faire sans (trop) se fatiguer – Guillaume Lacotte »

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s