Le roi transparent – Rosa Montero

Léola est une jeune serve, elle vit dans le sud du royaume de France au XIIème siècle. Le pays est en guerre quasi permanente, un jour elle est obligée de fuir, les soldats ont brûlé sa maison et emmené de force son père, son frère et son fiancé pour participer à la guerre.

Afin de passer inaperçue, sur le champ de bataille voisin elle dépouille le cadavre d’un jeune seigneur de son armure et s’en va seule par les chemins. Heureusement sur sa route, elle croisera d’abord un chevalier qui lui sauvera la vie. Elle rencontre Nynève une jeune femme d’une trentaine d’années, qui la prend sous son aile, et la mène jusqu’à Roland, maître d’armes qui va faire son éducation de chevalier et de guerrier.

Au-delà de l’histoire qui est pleine de rebondissements, de traquenards, de coups d’épée, de trahisons, d’amitiés et aussi un (petit peu) d’amour, le regard que Léola (devenu Léo) sur le siècle où elle vit est intéressant et surtout très actuel finalement :  Une large part du roman expose la place des femmes dans la société ;  par exemple, elles doivent, en plus du joug du seigneur, supporter le joug du père, du frère…Les autres termes abordés sont l’intolérance des religieux (beaucoup de massacres au nom de la religion, étonnant, non ?),  la difficulté pour les personnes différentes ou handicapées à s’intégrer dans la société (Violante, la naine est amie de Léola,  l’épileptique, le simple d’esprit)

Le chemin de Leola de ses 15 ans à ses 40 ans sera jonché de rencontres, certaines effrayantes, d’autres bienveillantes comme celle d’Alienor d’Aquitaine et de Richard Cœur de Lion.

Cachée sous son armure de fer, Léola peut prendre du recul sur sa condition (féminine et de serve). Et surtout elle apprendra le pouvoir des mots, le pouvoir de la lecture tant en évasion qu’en réflexion. Elle ira jusqu’à commencer à créer un dictionnaire des mots qu’elle aime.

Quelques passages sont « fantastiques » : Nynève est-elle une fée comment elle le prétend ? Le basilic est-il le diable ? Qui est ce roi transparent qui  maudit toutes les personnes qui racontent son histoire ?

En conclusion : un livre que j’ai beaucoup aimé même si je préfère les livres de science-fiction de Rosa Montero 

Un extrait et un autre ici

 

Le Maître veut m’apprendre à jouter. 

– C’est très utile, en plus d’être honorable. Tu peux gagner des armes, des chevaux et même des rançons en argent. Parfois aussi des terres. 

J’ai aidé à soigner les chevaux de mon maître et, par chance, je sais monter, même si je ne l’avais jamais fait avec une selle et les longs étriers des guerriers. S’y habituer est toutefois très facile. Le plus dur est d’apprendre à manier cette énorme lance, plus longue que deux destriers mis l’un derrière l’autre. Lestée  de plomb comme elle est, au début j’étais incapable de lever sa pointe du sol et de la maintenir en l’air. A présent, j’arrive à la tenir plus ou moins droite pendant que je chevauche et le Maître me fait enfiler des anneaux qui pendent d’une corde. Il faut essayer de viser juste au grand galop et je n’ai pas encore réussi à embrocher  un seul anneau avec cette épouvantable lance. 

– J’ai l’impression que tu vas mieux te battre sur tes deux pieds dans un tournoi… grogne  le Maître. 

– Je suis désolée, mais ça demande une grande force, dis-je en guise d’excuse.

– C’est vrai qu’il faut de la force, mais là encore c’est l’adresse qui compte. Juste avant que la lance de ton rival ne te touche, tu dois avancer ton bouclier pour recueillir l’impact et le dévier. Ne t’accroche pas à ton cheval : c’est ce qui te fera tomber. Au contraire, il vaut mieux que tu te mettes brièvement debout sur tes étriers pour avoir une plus grande capacité de mouvement, et plus d’ampleur pour mieux accompagner le glissé de la lance… L’art d’un bon jouteur consiste à bien manier le bouclier à l’aide d’un bras, pendant que l’autre place en même temps la lance sur un point précis de ton adversaire, là où tu auras calculé que tu vas lui faire perdre l’équilibre. 

– Et comment est-ce qu’on calcule ça ? 

– En tombant et en retombant jusqu’à le savoir.

.

Publicités

18 réflexions au sujet de « Le roi transparent – Rosa Montero »

  1. Ping : Le mois espagnol 2018, c’est ici ! | deslivresetsharon

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s