La promesse de l’aube – Romain Gary

Trois fois par semaine, ma mère me prenait par la main et me conduisait au manège du lieutenant Sverdlovski où j’étais initié par le lieutenant lui-même aux mystères de l’équitation, de l’escrime et du tir au pistolet. Le lieutenant était un homme grand et sec, d’aspect jeune, au visage osseux, armé d’une immense moustache blanche à la Lyautey. À huit ans, j’étais certainement son plus jeune élève et j’avais la plus grande peine à soulever l’immense pistolet qu’il me tendait. Après une demi-heure de fleuret, une demi-heure de tir, une demi-heure de cheval – gymnastique et exercices respiratoires. Ma mère restait assise dans un coin, fumant une cigarette, observant mes progrès avec satisfaction.

.

La promesse de l’aube – Romain Gary