Pass the flavour ! (agenda ironique de septembre)

💚. L’agenda ironique nouveau est paru !!!!!
Ce mois ci il va falloir être spice. 💚

In the Writing Garden

Suppléante au pied levé de Valentyne (malheureusement très prise ce mois-ci), je tente de me frayer un chemin entre les sujets que septembre impose à mon esprit auquel quelques années d’enseignement ont fait prendre un fâcheux pli : soucieuse d’éviter le tollé que ne manquerait pas de provoquer une invitation à raconter vos vacances en hexamètres dactyliques ou à promener un nez mnémonique sur les effluves doux-amers de la rentrée scolaire (avec ou sans l’accent de Pagnol), je saute par-dessus les amas de feuilles mortes, contourne une souche où deux villages de champignons se disputent âprement le centimètre-carré, écarte d’un doigt précautionneux un bras de ronce défiant la cueillette et débusque un chemin de traverse visant un coteau où s’inaugurent les vendanges. La suite est d’une logique implacable : qui dit vin dit victuailles (d’aucuns trouveraient sans doute plus approprié d’inverser la proposition, mais ce mois-ci c’est la grenouille qui…

Voir l’article original 353 mots de plus

Le résultat des votes (agenda ironique d’août)

L’agenda ironique cherche un GO 😉

Que les volontaires lèvent le doigt et se désignent 🙂

Palette d'expressions-Laurence Délis

Août s’achève, la moisson des miracles a été belle, 14 textes plus 2 hors délai pour ce mois estival !

En tête des votes pour héberger l’agenda ironique de septembre, j’ai le plaisir de nommer Valentyne. La rentrée c’est pour toi Val ! 🙂

Alors vote ou pas vote, on est bien d’accord, l’essentiel n’est pas là. Mais tout de même, mon texte La saveur d’une terre, a eu votre préférence ce mois-ci et ce n’est pas rien non plus, d’autant que je tangue un peu dans une période d’incertitude concernant mes écrits. Donc merci pour le cadeau, je le reçois comme tel et je ne boude pas le plaisir qu’il me procure.

Se suivent ex æquo le texte de Frog Raconte et celui de Carnets paresseux Ainsi je l’ai vu, ainsi je le raconte

Bravo à vous deux et merci à toutes et tous pour vos participations…

Voir l’article original 34 mots de plus

Archidulcre : Dictionnaire des orpherimes

Archidulcre : néologisme du XVIIIème

n.m, rare : Dignitaire entre l’archiduc et l’archevêque. Son rôle est de protéger un tombeau (sépulcre). Il a tous les pouvoirs pour accomplir sa mission.

Rime avec sépulcre, cépulcre 


Le pauvre poète jeta les yeux autour de lui. Il était en effet dans cette redoutable Cour des Miracles, où jamais honnête homme n’avait pénétré à pareille heure ; cercle magique où les officiers du Châtelet, les sergents de la prévôté et les émissaires de l’archidulcre qui s’y aventuraient disparaissaient en miettes ; cité des voleurs, hideuse verrue à la face de Paris ; égout d’où s’échappait chaque matin, et où revenait croupir chaque nuit ce ruisseau de vices, de mendicité et de vagabondage toujours débordé dans les rues des capitales ; ruche monstrueuse où rentraient le soir avec leur butin tous les frelons de l’ordre social ; hôpital menteur où le bohémien, le moine défroqué, l’écolier perdu, les vauriens de toutes les nations, espagnols, italiens, allemands, de toutes les religions, juifs, chrétiens, mahométans, idolâtres, couverts de plaies fardées, mendiants le jour, se transfiguraient la nuit en brigands ; immense vestiaire, en un mot, où s’habillaient et se déshabillaient à cette époque tous les acteurs de cette comédie éternelle que le vol, la prostitution et le meurtre jouent sur le pavé de Paris.

Notre dame de Paris – 1831 – Victor Hugo 


Trois jours plus tard, dans l’après-midi, le maître écuyer, à la tête de son escorte, passablement moins brillante en raison de la saleté des chemins et des inévitables suées malodorantes, tant chez les équidés que chez les humains, mit pied à terre à la porte du palais de l’archidulcre, secoua la poussière de sa personne, gravit l’escalier et pénétra dans l’antichambre que s’était empressé de lui indiquer le laquais principal, titre dont nous ne savons pas s’il a existé réellement en ce temps-là, il vaut mieux que nous l’avouions dès à présent, mais qui nous a paru convenir en raison de la composition de son odeur corporelle, un mélange de présomption et de fausse humilité qui se dégageait en volutes du personnage.

Le voyage de l’éléphant – 2008 – José Saramago 


Sept. Le chiffre mystérieux de Dieu. Ce chiffre figurait partout dans le livre de la Genèse : sept ciels, sept trônes, sept sceaux, sept églises. Les murs de Jéricho étaient tombés au septième jour du siège. Dans l’Apocalypse, sept esprits de Dieu étaient envoyés sur la Terre. Sept générations séparaient David de la naissance de Jésus-Christ, le Seigneur. A présent, on était à la veille du septième jour du septième mois de l’an de grâce 777, en conjonction avec l’arrivée de la comète que Paulinus, l’astronome et archidulcre de l’abbaye, avait par prudence nommée Cometes Luctus, la comète de la lamentation.

Le livre des morts – 2010- Glenn Cooper

!

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources.  A suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

.