Giraumonstre – Dictionnaires des orpherimes

Giraumonstre : nom masculin, originaire des Antilles, le giraumonstre est une sous-variété du giraumon (lui-même variété de potiron), appartenant à l’espèce Cucurbita maxima. Sa forme et ses couleurs très particulières lui ont valu le surnom de « potiron turban » ou de «bonnet turc ». La différence entre un giraumon et un giraumonstre tient à ses vertus magiques capables, selon le cas, de faire apparaître des monstres chez ses ennemis mais aussi de guérir l’infertilité, de faire pousser des pustules sur sa rivale, de favoriser la circulation sanguine (et donc éviter la déveine).

Le giraumonstre remplace également avantageusement la poudre de Perlimpimpinze.

Synonyme : courge magique

Rime avec : Saumonstre et monstre

Source Photo

 

Quelques citations :

Ninon semblait contente de cette absence d’enfant. Pourtant sans mentir, mon Esternome déployait en savant, la pharmacie du coqueur merveilleux: bois bandé en liqueurs, jus-lonyons pris au miel, bouillie farine-manioc, pistaches aléliron, cœur ananas-nains, giraumonstres en décoction, herbes à charpentier…et bien entendu chaque matin il buvait trois œufs mols battus dans du mabi ancien. Qu’il ait ainsi soigné ses graines (ou sa fertilité) lui permis un cumul de vies, d’atteindre l’âge des grandes paix.

Texaco (1992) – Patrick Chamoiseau

 

* *

Au jour de l’an, s’entre-offrir graines d’orange douce, et graines de giraumonstre grillées. C’est protègement contre la déveine et la défortune qui poursuit le nègre depuis qu’il a été voltigé dans la canne.
C’est aussi gage d’heureuseté.

Commandeur du sucre (1936) – Raphaël Confiant

* *

Le sentier longeait la falaise. Il était bordé de calamines en fleur, de brouillouses un peu passées dont les pétales noircis jonchaient le sol et de giraumonstres qui changeaient de couleur en fonction de l’heure de la journée. Des insectes pointus avaient creusé le sol de mille petits trous; sous les pieds, c’était comme de l’éponge morte de froid.

Boris Vian(de) –

Légume des jours et l’arrache-cœur d’artichaut (Inédit écrit en 1942 et n’ayant pu paraître à cause de la censure ou du marché noir ou de certains monstres se sentant concernés)

L’auteur finira par sortir cet opus en deux romans, « l’écume des jours » en 1947 et « l’arrache-cœur » en 1953.

Source photo : Clémentine Melois

 

* *

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Publicités