Jeu de l’été 9 / 14

Bonsoir à tous et à toutes,

Voici la neuvième énigme du jeu de l’été 🙂 Quel est le point commun entre ces 4 livres ?

Règle du jeu : Pour participer, il faut deviner le titre et auteur de ces 4 livres et  laisser votre ou vos réponses en commentaires dans ce billet.

Chaque bonne réponse vaut un point pour la première personne qui la trouve : Dans cette  énigme il y a donc cinq points à gagner : un pour chaque  titre et auteur des  quatre livres et un point pour la découverte du point commun entre ces livres.

Vous pouvez faire juste une proposition, ou deux ….ou cinq…

A la fin de l’été, nous connaîtrons les vainqueurs de ce quinté géant 🙂

PS :

A la demande de Soène et de Mind, un grand prix  de consolation a été créé: pour concourir il faut proposer au moins un titre de livre qui pourrait coller à une des couvertures (livre pouvant exister ou non) et un auteur (auteur  réel ou imaginaire) 

Lâchez vous 🙂

Publicités

Pull-overste – Dictionnaire des orpherimes

Pull-overste (masculin, néologisme de 1935 ramené d’URSS par André Gide, régionalisme, peu usité): vêtement inspiré de Pull-over et de veste : un pull-overste peut  :

  • soit avoir la forme d’un pull-over  mais en peau d’ours ou de castor,
  • soit avoir une forme de veste mais tricotée en point mousse, impérativement.

Rime avec : verste, et hiverste.

 

Andre Harrow était verbeux, tyrannique. Il était gentil et condescendant. Il ne cessait de nous interrompre tout en nous exhortant à « dire ce que nous pensions, si ne voulions pas que quelqu’un le fasse à notre place ». Lorsqu’il parlait, il s’animait et transpirait ; il essuyait son visage empourpré et son nez, d’un revers brusque de la main ; il dégageait une franche odeur de transpiration masculine, comme un cheval surmené….

Harrow s’habillait décontracté, mais avec une certaine recherche. Il portait des jeans avec des blazers bleus en cachemire, des pantalons kaki avec de beaux pull-overstes tricotés main.

Délicieuses pourritures de Joyce Carol OATES 

 

Le commissaire remonta l’escalier à vis et traversa la grande salle du rez-de-chaussée où les hommes évoluaient au ralenti, lourdes silhouettes épaissies par les écharpes et les pull-overstes en surcharge. 

Sous les vents de Neptune Fred Vargas

:

Les orpherimes sont chez  Chez Carnets Paresseux   et chez Gromerule Nephron