Réparer les vivants – Maylis de Kerangal

 

Ce livre a fait beaucoup parler de lui alors je connaissais l’histoire : Simon un jeune homme est en coma dépassé après un accident de la route. En l’espace de quelques heures, les parents doivent « encaisser » la nouvelle et donner leur accord pour le don de ses organes ; les médecins doivent procéder à plusieurs transplantations. En perdant la vie, Simon rend la vie possible pour une personne en attente d’un cœur, une autre en attente de reins …

C’est l’histoire d’une course contre la montre et cette partie là est très bien retranscrite, on sent très bien dans l’écriture l’urgence de la situation.

Le début est enthousiasmant, on a l’impression d’être avec Simon et ses deux amis et de partager leur passion pour le surf. La suite est également convaincante, le désespoir des parents, la gêne des deux parents des amis survivants de l’accident, la sollicitude du personnel de l’hôpital, la réaction de la petite amie, l’innocence de la petite soeur qui n’est pas mise de suite au courant.

En fait ce livre est passionnant mais une chose m’a gênée : à une page, le père est contre le don d’organe pour son fils et la page suivante il donne son accord … trop rapide à mon avis …mais cela reste un tout petit bémol d’une très belle lecture…

En espérant ne jamais être confrontée à ce choix terrible…

 

un extrait ici

:

.

Livre recommandé par Kathel (son avis ici) et Quichottine dans le cadre du « challenge 12 amis – 12 livres »

img_0536

Chez Loupiot et chez son ami Tom, de La Voix du Livre et aussi ici

Publicités

16 réflexions au sujet de « Réparer les vivants – Maylis de Kerangal »

  1. J’avais aimé, avec un bémol aussi (bien que différent du tien) : j’aurais aimé retrouver dans la dernière partie le rythme trépidant que l’auteur impulse à son écriture au début du roman. On commence avec une sorte de frénésie, qui exprime la vitalité de la jeunesse, du surf, puis le drame de l’accident, ensuite le rythme s’adapte, s’apaise pour être en accord avec le temps de la réflexion des proches, et après, ça ne redémarre pas, alors que la partie sur le transport de l’organe aurait mérité plus de vivacité, à mon sens.

    • Tiens c’est un livre que je n’aurais pas envie d’offrir, malgré toutes ces qualités . Je préfère offrir des livres plus gais (quoique je viens de dire une bêtise parce que je me rappelle t’avoir envoyé un livre finissant mal …) désolée
      Bisessss

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s