Journal d’une PAL

Salut c’était moi Palagie

Pas Pélagie hein, PALAGIE, je suis la PAL de Valentyne. On me voit sur la photo avec ma jumelle la Princesse Palatigne (un peu prout prout la Princesse mais bon on choisit pas sa famille)

Je suis sûre que vous vous demandez ce qu’il y a dans la PAL de Valentyne : pfttt et bien je dirais qu’il y à boire et à manger dans cette Pile à lire (elle écume subrepticement et en tout impunité les brocantes alors il y a moults livres jaunis et  à trois sous dans son escarcelle,  elle dépense sans compter avec des titres improbables où domine une certaine folie : folie primesautière avec « En attendant Bojangles (l’histoire d’une folle selon la quatrième de couv), la P respectueuse (je me demande bien qui est cette P ?  Pélagie la charette ma presque homonyme ? ),  les aventures du capitaine Alatriste – l’homme au brûle-pourpoint jaune d’un certain Arturo Reverte (non mais c’est quoi de titre à la noix comme si quelqu’un pouvait s’appeler Alatriste : un cousin du Chevalier à la triste figure ?  On choisit pas sa famille je vous dis)

Le problème avec Valentyne c’est qu’il n’y a pas de place chez elle et que moi et ma sœur nous sommes toutes éparpillées  dans la maison :Elle nous réunit de temps en temps pour une photo. Elle nous remonte une fois par mois à la parution du thème de l’agenda ironique :  il faut la voir dès potron-minet,  les 4 fers en l’air, en train de monter des tours de livres : d’un côté ceux en raccord avec le thème, de l’autre les livres qui devront attendre un mois voire plus pour être enfin considérés  (par exemple le mois d’avant le précédent elle a failli lire « le bal du dodo » pour Espèces d’espaces organisé par Carnets, mais je l’ai remis discrètement en dessous de la pile, un bal et puis quoi encore ?)

J’ai eu un peu peur à un moment de nous voir ainsi dressées dans le salon ma sœur et moi alors que dans la pièce d’à côté il y a un avion Playmobil en parfait état de marche. Je ne suis pas pleutre mais je suis sûrement influencée par le fait que dans moi même il y a un livre sur le 11 septembre (Beigbeder – Windows of the World), j’en ai pâli d’effroi.

Voilà donc ce mois ci Valentyne a démarré des recherches Paléolithiques pour trouver un livre sur la folie (dommage qu’elle ait lu Martien go home le mois dernier : il y avait une belle palanquée de fous dans ce bouquin)

Bon avec un sujet pareil la folie je subodore que c’est pas demain que je vais me débarrasser des quelques romances qui me servent de fondations. Bon sur ce, je vous laisse, j’entends Valentyne qui a fini ses ablutions post-goûter : faudrait pas qu’elle me chope à écrire ces galéjades elle pourrait se rechoper un accès de paludisme, voire me clouer au palori (je vous en recause incessamment sous peu)

Je vous embrasse

Lectureusement votre

Votre respectueuse Pal toquée

=

Ma participation à l’agenda ironique organisée par Monesille avec pour thème : « Les fous, bouffons et autres amuseurs public, les fous-rires, l’espoir fou, enfin quoi Mars sera le mois des fous ! »

Ma participation au jeu de la licorne où il fallait écrire un texte désuet avec au moins 10 de ces 20 mots :

ablutions, brûle-pourpoint, calembredaines, callipyge, chafouin, escarcelle, fustiger, galéjade, gougnafier, gouleyant, mirifique,

moult, paltoquet (détourné l’avez vous vu ? ), potron-minet , pleutre, primesautier, pusillanime, rodomontades, subrepticement,subodorer