Manuel de peinture et de calligraphie – José Saramago

st-georges-et-le-dragon

Source photo

:

Au cours de ce voyage, la ville hérissée de tours fut surtout pour moi la découverte d’un grand peintre qui vécut au XIVe siècle : Vitale Da Bologna. Ce Saint Georges tuant le dragon a, tout à l’heure fois, la simplicité de la meilleure peinture naïve et un mouvement convulsif, photographique, qui enveloppe les figures dans un tourbillon constant. Le pied droit du cavalier, sans étrier sur lequel s’appuyer, repose sur la croupe dans une position qui a l’air instable mais qui le vrille à la chair du cheval. Et celui-ci, avec son museau pointant vers le ciel, épouvanté, résistant à la traction des rênes par le saint pour l’obliger à faire face à la bête féroce, me rappelle le cheval peint par Picasso dans Guernica : c’est la même terreur, le même hennissement affolé.

guernica

Source photo

Manuel de peinture et de calligraphie – José Saramago