Seule Venise – Claudie Gallay

Vaporetto ligne 1, je descends, une des dernières stations en quittant le Grand Canal. La Salute, une église de pierres blanches. Le froid a rendu les marches glissantes. J’entre dans l’église. A l’intérieur, des tableaux, des colonnes, un grand lustre accroché par une chaîne au milieu du dôme. L’endroit est silencieux. Je reste un moment debout près de l’entrée. Après, je rejoins les quais. Posées sur des barges, des grues curent le bord du Canal.

Je ne sais pas encore que je viendrai là, plus tard, avec vous.

Je marche. Je veux faire le tour de Venise. Je crois cela possible, cela ne l’est pas. Le quai finit en butée contre un pont. Après, c’est la gare maritime. Impossible d’aller plus loin.

Je reviens sur mes pas. Dans le dedans de la ville. Les ruelles. Les venelles. Tout ici ramène vers l’intérieur. Toujours. Même les culs-de-sac.

Je finis par étouffer. Je retourne à San Marco et je grimpe à la cime du Campanile. En ascenseur.

Une rampe permet à un cheval de monter tout en haut de la tour.

C’est le gardien qui m’explique.

– Aucun cheval n’est jamais monté mais la rampe existe. Et elle a été conçue pour ça.

Un chemin secret au-dedans de la tour.

Une petite chose inutile.

Précieuse.

Devenue avec le temps un repère des pigeons. L’ascenseur donne sur la cime de la tour. De là-haut, je vois les toits rouges de Venise, plus loin encore, la lagune, le cimetière, les îles.

Iles des vivants.

Iles des morts.

Iles abandonnées.

Je vois le parvis dessous, au pied de la tour. L’ombre massive de la cathédrale.

C’est le gardien qui vient me chercher.

– On ferme, il dit.

Et il me fait reculer parce que je suis trop près du mur à regarder en bas et qu’il ne veut pas d’ennuis avant la fin de son service.

img_0404

Source photo

Seule Venise – Claudie Gallay

Publicités

14 réflexions au sujet de « Seule Venise – Claudie Gallay »

  1. Il y’a une façon de décrire Venise, qui m’enveloppe d’une certaine nostalgie, mais qui rappelle la beauté des souvenirs des anciens fantômes.
    J’ai publié aujourd’hui par hazard, un poème que m’avait envoyé une amie et qui portait le titre : « …sous les pierres blanches », comme La Salute, une église de pierres blanches.

  2. C’est une belle écriture, simple, et fluide. Il plane une atmosphère de solitude désespérée et je n’aurais pas été surpris que cette femme se jette dans le vide du haut de cette tour. Je ne sais pas si c’est une posture d’écrivain ou si Claudie Gallay a un fond dépressif. J’ai lu « les déferlantes » et l’impression qui s’en dégage est identique. Le roman est très bien écrit et tient le lecteur jusqu’au bout, mais c’est une confrontation douloureuse d’âmes blessées, perdues dans un village battu par les vents du nord sur les falaises de Cherbourg.

    • Bonjour Locataireduglobe 🙂

      L' »atmosphère de solitude désespérée » est effectivement très présente dans ce livre mais l’héroïne parvient à surmonter sa tristesse…
      Bon samedi 🙂

  3. Je ne sais pas… C’est un style un peu télégraphique, je n’ai pas retrouvé les sensations éprouvées là-bas.
    Mais merci pour la découverte de ce livre.
    Bises et douce journée.

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s