A la fin le silence – Laurence Tardieu

img_0313

Laurence Tardieu, mère de deux enfants et enceinte du troisième, nous raconte en parallèle ses impressions sur la maison de son enfance qui va bientôt été vendue,  et son ressenti sur les attentats de janvier 2015. 

Parisienne, elle habite à quelque rues des locaux de Charlie hebdo.  Quand elle entend le bruit des ambulances, elle pense à un incendie. En effet inimaginable en janvier 2015 de penser à un tel bain de sang à Paris. 

Elle nous dit sans fard sa peur panique de ces trois jours : Une réaction très forte à ces attentats peut être amplifiée par le fait qu’elle soit enceinte (dans quel monde vont grandir nos enfants ?). L’attentat d’une part puis la prise d’otage dans la supérette juste ensuite : ses enfants sont dans un collège et école non loin de là : le voyage en métro (trois stations) le plus long de sa vie…

Avec l’arrivée de l’enfant, Lautence Tardieu fait une pause dans l’écriture , elle reprend son texte suite aux attentats de novembre 2015 ….

Les chapitres sur les souvenirs de la maison de famille sont plus légers forcément et j’ai vraiment eu l’impression que la maison respirait et avait une âme. Cybele est la maison de ses grands parents, émigrés italiens, qui s’installent à Nice…. Nice qui le 14 juillet 2016 sera endeuillée à son tour par un attentat horrible (le livre imprimé fin 2015 n’en parle pas bien sûr)

Un livre émouvant qui mélange réflexion sur l’enfance, le passé, le futur, futur qui s’assombrit ……Une réflexion sur le deuil aussi (deuil de l’enfance via la maison qui va être vendue), de sa mère disparue il y a une quinzaine d’années, et deuil aussi d’un sentiment de sécurité en France…

Un extrait :

Les semaines, les mois ont passé. Il m’a semblé qu’autour de moi on en parlait moins. On parlait moins de ça. Parce qu’on ne savait pas le nommer ? Parce que ça avait été si démesuré, si monstrueux qu’on ne pouvait pas encore le mettre en mots ? Dans l’espoir vain de tordre le cou à la peur, de croire que l’on pouvait reprendre le cours d’une vie normale ? (…) On tournait autour, il n’y avait pas de mot pour dire ce que ça avait été, tout ce que ça avait été. Tout ce que ça avait changé.

L’avis de Jostein , d’Antigone

match-rentree-litteraire-2016

Publicités

13 réflexions au sujet de « A la fin le silence – Laurence Tardieu »

  1. Ping : La jument verte – A la fin le silence – Laurence Tardieu

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s