Trouvez le titre et l’auteur – 27 août

chamadaire

Au début, la locomotion à dos de Chamadaire me posa quelques problèmes. Se promener sur le dos de cet animal n’est pas vraiment confortable et exige une grande habitude.
Tandis que le cheval donne l’impression de se mouvoir sur un air de musique classique, le Chamadaire, lui, semble avancer au rythme d’un tambour battu par un ivrogne. Il place ses pattes de façon tout à fait aléatoire, avançant tantôt une patte avant, tantôt une patte arrière, si bien qu’il se fait sans cesse des croche-pieds à lui même. Il vacille vers la droite, titube vers la gauche, tombe à genoux, se redresse …
S’il m’est arrivé une fois dans ma vie d’éprouver quelque chose comme le mal de mer, ce n’était pas à bord d’un navire sur un océan quelconque, mais bien au beau milieu du désert à dos de Chamadaire.

:

La règle du jeu est ici

Publicités

31 réflexions au sujet de « Trouvez le titre et l’auteur – 27 août »

  1. Là, je sèèèèèèèèèèèèche (et Gougueule aussi)…

    Le contrat de Tara Jones ????

    En tout cas, cet extrait est très rigolo, et il serait de ta plume que ça ne m’étonnerait guère 😉
    Bizzzzz, Val ! Bon samedi 😀

  2. Dans un club échangiste, au centre du désert
    Une belle chamelle avance à découvert.
    Elle perd son mouchoir devant un dromadaire,
    Qui se trouve flatté de ne pas lui déplaire.

    S’en suit ce qui s’en suit, je laisse un voile obscur
    Recouvrir cet amour qui se trouve être pur.

    Résultat de ce rut, une bête à trois râbles,
    S’appelle un chamadaire à trois bosses notables,
    Et malgré le désert, se regroupe un public
    Qui s’en vient découvrir ce drôle de loustic :

    « Hybride ou bien métis, » disent les gens de science.
    « Bâtard ou même monstre, » allègue l’ignorance.

    « Cet enfant est à nous ! proclament ses parents.
    De son trait singulier, nous sommes les garants.
    Regardez la douceur qui teinte son visage
    Au lieu de le livrer à votre persiflage ! »

    « C’est un grand jour de foire ! dit un des animaux ;
    Voilà bête de foire à la foire aux chameaux !
    On dit que, dans nos us, les bosses portent chance,
    Mais dans le cas présent, c’est de la défaillance ! »
    Tout le monde s’esclaffe et rit comme un bossu,
    Car l’humour de la plèbe est assez mal conçu.

    « Sachez que votre gouaille envers la différence
    Ne vous attirera que notre indifférence ! »
    Blatèrent les parents, menant le nouveau-né
    Vers un coin d’oasis un peu plus raffiné.

    En ce lieu le troupeau sut aimer la famille,
    Et fut même enchanté de voir naitre une fille.

    Doit-on lorsque l’on voit : Croisement dangereux !
    Piler comme un poltron ou freiner comme un preux ?

  3. Un indice, avec une idée pareille, j’imagine que ce ne peut être qu’un auteur du courant dadaïque, au minimum… ???
    Ce qui ne m’avance guère plus.
    Pas mieux qu’Anne ou Martine, j’ai adoré l’image et le style de cet extrait, et suis curieuse de connaître le titre du livre en question.
    Bises Val

  4. Et son cousin, le dromameau…c’est celui qui n’a pas de bosses ? 😉

    Je sèche aussi .
    Normal, au milieu du désert, me direz-vous…

    Ma seule certitude, c’est que ce n’est pas de Dino Buzzati ! 😀

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s