Congo Inc. Le testament de Bismarck – In Koli Jean BOFANE

congo inc

(préface)

Le nouvel état du Congo
Est destiné à être un des plus
importants exécutants de l’œuvre
que nous entendons accomplir ….
Le chancelier Bismarck
En clôture de la conférence de Berlin
Février 1885

Dans le premier chapitre de ce livre, l’auteur nous présente son anti-héros avec beaucoup d’humour : Isookanga, 25 ans, est un pygmée (en vrai c’est un demi-pygmée : sa mère aimant les hommes de plus de 1,75 mètres, Isookanga est trop grand de 10 centimètres pour être un pygmée mais trop petit de 20 centimètres pour être considéré comme un adulte)
Isookanga vit dans la forêt du Congo jusqu’à ses 25 ans (toléré par un oncle qui le « bassine » avec les traditions). Isookanga ne veut qu’une chose aller « faire la mondialisation ».
Et pour cela il n’hésite pas à partir à Kinshasa se faire passer pour son ami. La famille urbaine de celui-ci se rend compte de la supercherie (trahi par sa taille Isookanga !) et le chasse. Il se retrouve au sein des enfants des rues, les shégués.
Fan de jeux vidéo, Isookanga idéalise la société moderne, Google, les multinationales, les hélicoptères….Il trouvera un associé chinois, paumé lui aussi, dans ses projets de devenir riche.
Voilà pour la présentation rapide du début. Après un chapitre très drôle, l’auteur nous emmène vers la dure réalité de ces shégués…avec l’histoire terrible de Shasha, jeune fille de 14 ans, et de ses petits compagnons… Les personnages deviennent nombreux. S’ils sont très bien campés, la plupart sont antipathiques que ce soit l’ancien soldat, le révérend Monk, le casque bleu dont j’ai oublié le nom… Pauvre Afrique (je l’ai déjà dit dans ma précédente chronique…si riche et si pauvre …)
L’auteur nous entraîne donc entre réflexions humoristiques avec Isookanga et terribles réalités de ce pauvre pays, proche du Rwanda et de ces « purifications ethniques », et où 20 000 enfants vivent dans les rues, abandonnés de tous…très dur mais aussi drôle….quand on ne s’y attend pas…puis terrible quand on ne s’y attend pas

Finalement les victimes se retournent contre leurs persécuteurs et se montrent aussi cruels qu’eux…comment leur en vouloir ? mais alors ces atrocités n’auront jamais de fin ?

En conclusion : un livre où on passe en un rien de temps du rire aux larmes et vice versa….

Un extrait :

L’Eglise de la Multiplication divine, légalement reconnue par ses propres statuts, ne désemplissait pas. De par son intitulé et dans un pays frappé de pénuries de toutes sortes, la multiplication de ce qu’on pouvait avoir – mille francs congolais, une femme, un moulin à manioc – représentait un enjeu des plus importants et le révérend Jonas Monkaya était le démiurge qui saurait attirer les bénédictions par des prêches et des invocations fracassantes. Le révérend Monkaya possédait un atout de taille : il avait jadis côtoyé le milieu du spectacle. Il avait été catcheur, sous le surnom du Monk, qu’il devait à un musicien américain nommé Thelonius Monk dont il était le portrait craché. On l’appelait aussi Révérend Monk parce que, à l’époque où il fréquentait les rings, affublé de la mitre et de la crosse cléricale, on l’avait vu bénir d’un signe de croix ses adversaires avant de les trucider. Un beau jour, le Monk s’était présenté dans une église connue et avait exhibé ses grigris et fétiches. Devant des fidèles médusés, il avait confessé publiquement qu’il laissait tomber le catch et la sorcellerie pour se consacrer à Dieu. Il avait aussitôt été incorporé au sein de l’église et bombardé diacre. Après une année passée à étudier le marché et les ficelles du métier, il s’était dit : « Si je parviens à persuader en un rien de temps des nanas comme celles que je me tape, je dois bien pouvoir vendre du paradis artificiel à des clients moins drillés que mes conquêtes ». Après des galas organisés en cachette dans le Katanga, en Zambie et au Zimbabwe, il avait touché une bourse importante. Jonas Monkaya avait alors acheté au fin fond de Ndjili une boîte de nuit désaffectée qu’il avait retapée et ouverte sous la dénomination : Eglise de la Multiplication divine. Mais si l’homme avait un sens certain du marketing, il avait surtout du bagout, il savait comment baratiner Dieu. Plus d’un parmi les fidèles avait profité de son intercession. (Page 144)

challenge-contrainte

Challenge lire sous la contrainte de Philippe . La contrainte est « titre avec le nom d’un personnage connu, vivant ou mort, réel ou fictif.   »

Lire-le-monde-300x413

Challenge « lire le monde » de Sandrine pour le Congo – Son avis ici

Challenge à tout prix chez Asphodèle Grand Prix du Roman Métis 2014 et prix des 5 continents de la francophonie 2015

logo-challenge-c3a0-tous-prix

Publicités

10 réflexions au sujet de « Congo Inc. Le testament de Bismarck – In Koli Jean BOFANE »

    • Non pas compliqué , et très intéressant

      Après quelques jours je dirai que je retiendrai plus le côté triste de ce livre que le côté gai …

      Pour ton challenge j’avais 3 autres idées de titres : Et Nietzsche a pleuré – Irvin Yalom
      Le perroquet de Flaubert – Julian Barnes
      Le problème Spinoza – Irvin Yalom

      Bonne journée Philippe 🙂

  1. J’ai abandonné ce livre qui a eu une excellente presse et que les filles de ma tournante de livres ont bien aimé. Mais moi, lire des horreurs, j’en suis totalement incapable pour l’instant ce qui n’était pas le cas avant. Donc, oui, j’ai honte mais dès les premières atrocités, j’ai fermé le bouquin.

  2. Le com d’Anne ne m’incite pas à essayer de l’ouvrir…
    Mais j’aimais bien l’idée de « baratiner dieu ».
    Un extrait sans chevaux ? Aurais-tu la grippe ? 😉
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Pour éviter de lire des horreurs , j’ai complètement arrêté de suivre l’actualité (qui parfois me rattrape) …

      Pas de chevaux dans ce livre … Quant à la grippe, je suis la seule de la famille a ne pas l’avoir eu cette année …
      Bon mardi Célestine 🙂

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s