René Guy Cadou – Le cœur au bond

jeudi-poesie

Chez Asphodèle c’est ici 

:

Le cœur au bond

Rien n’a changé
Les fleurs du paravent montent jusqu’au plafond
La serrure secrète retrouve sa chanson
La fenêtre est ouverte
Je regarde courir la Loire jument verte
L’écume des corbeaux qui flotte au bord du toit

C’est toujours toi qui m’accueilles
Au bas de l’escalier
Des algues de lumière enchaînent tes épaules
Et le serpent de ciel aurait pu t’étouffer

Quand tes mains voleront sous les prèles
Quand la terre baignera tes paupières fossiles
Je reprendrai la vie où tu l’auras laissée.

:

René Guy Cadou – Années-lumière 1939

Publicités

26 réflexions au sujet de « René Guy Cadou – Le cœur au bond »

  1. Ping : Le jeudi poésie avec Henry Bauchau. | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. Celui qui entre par hasard

    Celui qui entre par hasard dans la demeure d’un poète
    Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
    Que chaque nœud du bois renferme davantage
    De cris d’oiseaux que tout le cœur de la forêt
    II suffit qu’une lampe pose son cou de femme
    A la tombée du soir contre un angle verni
    Pour délivrer soudain mille peuples d’abeilles
    Et l’odeur de pain frais des cerisiers fleuris
    Car tel est le bonheur de cette solitude
    Qu’une caresse toute plate de la main
    Redonne à ces grands meubles noirs et taciturnes
    La légèreté d’un arbre dans le matin.

    René Guy Cadou

    • Tant que tu ne vois pas un gros minet tout va bien !
      Imagine les titres des journaux : arrestation d’un dodo , il se prenait pour Titi….
      Oui je sors d’une journée de boulot 🙂
      Bisesss

  3. Quel beau poème et le dernier vers, sa femme aurait pu l’écrire puisque c’est elle qui a repris « la vie où il l’avait quitté » (je remanie)… Et Bien évidemment tu as du bondir en lisant « La Loire jument verte », si ce n’est pas un signe ça je ne m’y connais pas ! Tu sais que la Loire passe à Nantes et que c’est une très chouette ville ! J’dis ça j’dis rien ! 😀 Bises Val et merci pour ce poème de René-Guy que je connais moins bien qu’Hélène Cadou, son épouse…

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s