Musique…..

220px-Confluence_de_la_drôme_et_de_Rhone_vu_des_hauteurs_du_Pouzin_(Ardeche)

Confluence de la Drôme et de Rhône – Source photo

3 juin 1944 – Loriol sur Drôme

.
Samedi matin, il fait encore beau. Serein, le père Drix parcourt la campagne. Dans l’herbe verte, ses sandales battent la chamade. Il chantonne pour lui seul, sa sacoche avec le casse croûte à l’intérieur, le laisser-passer dans la poche droite. Le soleil de 8h ne lance pas encore de flamme en ce jour d’été mais cela ne saurait tarder.
Le rendez vous est pour 10h, il a le temps en marchant tranquillement d’arriver à l’heure à la clairière. Quelques kilomètres le long de la Drôme, bercé par la musique de la rivière, la même qui tonnait lors de la fonte des neiges il y a finalement peu de temps.
Les feuilles font le bruit de vagues de la mer, le matin. Aucun bruit dans la campagne à part quelques bruissements dans les buissons :  des souris bougent dans le taillis….la vie reprend ses droits avec les beaux jours…
Patient comme un escargot et lent comme une tortue, il chantonne, le père, en écoutant le souffle du vent dans le feuillage. « Mes anges dans la campagne » sifflote-t-il. Entre deux couplets, il répète intérieurement le nombre d’armes et de bâtons de dynamite qui ont été cachés. Son interlocuteur doit lui dire les points qui seront leurs objectifs dans les jours à venir. Il s’arrête pour reprendre son souffle, surprend une carpe sautant hors de l’eau, le prêtre bouche-bée, casse une branche, glisse, se rattrape in extrémis et reprend sa longue marche dans le sous bois.
Arrivé à la clairière, le Père Drix s’approche du coin d’herbe verte qu’il commence à faucher d’un geste ample, lent et sûr. Il fauche depuis 30 minutes quand l’homme sort du sous-bois, lui fait un bref signe en guise de salut et pose la question : Mon ami Robert a-t-il livré le foin ?
– « Mon cheval préfère la verdure » riposte le prêtre, sans arrêter de faucher. J’en prend aussi pour le veau. Tour de rein peut être, mais je mériterai bien un rôti conclut-il.
L’homme aide alors le prêtre, légèrement empêtré dans sa soutane, à rassembler l’herbe coupée.
– Faut qu’elle soit utile cette ross’ pour v’nir se perdre au fonds des bois pour la nourrir ! Fais z’en un pt’it tas pendant qu’j’le ficelle : grogne l’homme, rompu aux travaux des champs.
Pendant ce temps, le prêtre soliloque en fauchant : Bourg de Crest – cinq patriotes tous équipés, bourg de Luc en Diois 7 – bourg du Pouzin 4 dont un radio…… L’homme est concentré, mémorisant lieux, hommes et chiffres tout en ficelant une botte impeccable.
Au bout d’un moment, le prêtre propose de partager son casse-croûte et ils mâchent leur quignon en silence, pain goût incertain, farine mal dégrossie, gnôle, six rondelles de saucisson, bleu du Vercors.
Avant de se quitter, l’inconnu lâche : dans 2 jours, 23h00 gare de Vercheny. Prochaines instructions : un Père au quai de la gare, voie A, aura rendez vous avec une soeur.
Le moine sourit, remercie l’homme pour l’aide, charge son fardeau sur l’épaule et conclut :
– Faut qu’on rentre, on se revoit dans 15 jours si telle est la volonté de Dieu…. il est l’heure du retour du moine au logis. Saluez Robert de ma part.

:

Histoire inventée à partir de « mon cheval préfère la verdure » , message du 3 juin 44 Résistance normande et jour J.Raymond Ruffin. Presses de la Cité. (Message dont on peut penser qu’il annonce la mise en œuvre du plan vert).

;

Projet 52 Nuances de verts avec le sujet « musique»

Pour ceux qui aiment jouer, il y a dans ce texte 20 noms d’oiseaux cachés phonétiquement (voir ici chez la licorne les autres participants dont Célestine avec des noms de poètes et Edualc avec des noms de cours d’eau.)

:

Réponses bienvenues en commentaire  ou chez la Licorne 😉