Aujourd’hui « quelque chose de triangulaire » – 24 Décembre : Les amours de la règle et du compas (extraits)

jeudi-poesie
Le Compas glorieux se réveille en sursaut,
Ému de cette vue et d’un espoir si haut.
Il rend grâce au Soleil, et ferme comme un Aigle
Le regarde et s’en va : Puis rencontre la Règle ;
Droite, d’un grave port, pleine de majesté,
Inflexible et surtout observant l’équité
Il la suit, elle fuit d’une égale vitesse
Il double en son ardeur ses efforts vainement
Tous les coeurs s’opposaient à son contentement
Il pense la tenir, sans la voir il la touche
De ses rayons aigus il joint cette farouche


Quoi ? dit-elle en riant, je serais la conquête
D’un amant qui n’aurait que les pieds et la tête ?
Toutefois nos amours, répliqua le Compas,
Produiront des enfants qui vaincront le trépas.
De nous deux sortira la belle Architecture,
Et mille nobles arts pour polir la nature,
Ne pense pas, dit-elle, ébranler mon repos,
Ou pour autoriser tes étranges propos
Tâche à plaire à mes yeux par quelques gentillesses ;
Et montre des effets pareils à tes promesses.
Le Compas aussitôt sur un pied se dressa,
Et de l’autre, en tournant un grand cercle traça
La règle en fut ravie, et soudain se vint mettre
Dans le milieu du cercle, et fit le diamètre.
Son amant l’embrassa, l’ayant à sa merci,
Tantôt s’élargissant et tantôt raccourci,
Et l’on vit naître alors de leurs doctes postures
Triangles et carrés, et mille autres figures.

;

Les amours de la règle et du compas (extraits) de Charles Perrault (source)

;

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :250 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Bonnes fêtes à tous et à toutes

chval triangle

Publicités

18 réflexions au sujet de « Aujourd’hui « quelque chose de triangulaire » – 24 Décembre : Les amours de la règle et du compas (extraits) »

  1. Compas-scion ou pas réglé, bordel , la règle jamais n’échange. Je te fous le déca Maître sous le tablier, paires ô, prof te voilà le fils à plomb au tiroir. Ah foutre l’art chie texture c’est la main d’masseur qui se fait le zouave.
    Merci Valentyne j’arrive !

  2. Superbe, je ne connaissais pas.

    « Le Compas aussitôt sur un pied se dressa,
    Et de l’autre, en tournant un grand cercle traça ! »

    Je me suis souvenu tout d’un coup de ces ronds tracés à l’infini avec ce compas métallique. Et des rosaces que je traçais à l’intérieur en gardant le même écartement et que je colorais ! Tous les enfants l’ont fait, je crois. J’ai gardé un de ces cercles magiques, dessiné par Guillaume. En bas de la page, il y a écrit « pour papa et maman ». Et des coeurs partout partout.
    Ah dis donc, du coup, j’ai les yeux qui brillent. Bisous

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s