Aujourd’hui « il faudrait crier » – 15 décembre – Rediffusion pour l’agenda ironique

Attention : texte looooong, prenez une chaise et un café à l’entrée 😉

:

Come Back pour l’idole des jeunes

 

 

Le 4 mars 2011

 

En ce jour d’avant printemps, Maître Renard rend visite à son concurrent et néanmoins ami Maître Corbeau. Celui-ci, confortablement perché dans son arbre, profite des premiers rayons du soleil; cette chaleur d’hiver qui dure à peine deux heures par jour à ce moment de l’année.

–     Bonjour Corbeau, je viens te voir pour une affaire de grande importance.

–     Bonjour Renard, viens tu faire acte de repentance ?

–         Que nenni, figures toi que les hommes se sont mis à chercher des nouveaux Jean de la Fontaine.

–         Cela ne se peut, notre Père Jean  est unique : il doit s’agir de calembredaines.

–         Point du tout : Pour souffler les bougies des 400 printemps de notre géniteur, un concours est organisé; il va y avoir une élection des nouveaux Jean de la Fontaine.

–         Une élection ? Qu’est ce que cela ?

–         Les hommes proposent des noms et ils vont voter pour désigner le digne successeur de notre créateur.

–         Je suis d’accord avec toi, il faut nous mobiliser; il ne faut pas laisser faire cela.

–         Une élection aussi sérieuse ne peut avoir lieu sans proposer nos candidats.

–         Oui mais comment faire ?

–         Il faut battre le rappel de nos confrères !

–         As tu gardé l’adresse de nos amis ?

–         Quelques uns : la Cigale tient un théâtre à Paris!

–         Ah oui ? figure toi que les deux Anes aussi !

–         Qui d’autres allons nous contacter ?

–         Le lièvre et la tortue (of course) !

–         La Souris et l’Ours

–         Les Lapins et l’Alouette !

–         le Lion et la Belette !

–         Le Chien et le Hibou !

–         L’Agneau et le Loup !

–         La Cigogne et le Chat !

–         L Aigle et le Rat !

–         la Grenouille et le Bœuf !

–         La Poule sans son Œuf !

–         le Rat des villes et celui des champs !

–         Le Dauphin et l’Eléphant !

–         La Fourmi : elle vend des voitures économes, elle a bien réussi sa vie !

–         Faut- il aussi contacter les hommes ? ils sont présents dans les fables eux aussi.

–         Surtout pas, appelons seulement Perrette, c’est notre amie.

–          Dans un an à Thoiry, donnons nous rendez vous.

–          Bonne idée, le Lion et ses amis ne peuvent se déplacer comme nous.

–         Oui, malgré leur envie de liberté, ils ont quelques soucis pour sortir de leur enclos :  nous irons donc jusqu’à eux

–         Mais pourquoi un an ? C’est long un an !

–         Certes, mais il faut bien laisser le temps à la Tortue d’arriver à Thoiry !

Le 4 mars 2012

Un an après ce conciliabule, tous les animaux des 243 fables de Mr De la Fontaine ont répondu présents à l’appel des deux compères.

Le Renard prend alors la parole et explique à ces congénères ce qui se trame : « les hommes veulent élire des nouveaux Jean de la Fontaine »

C’est le tollé parmi les animaux, un tel tollé qu’ils en perdent leurs bonnes manières et leur habitude de rimer, ils se coupent la parole. Voici quelques extraits

–         C’est un scandale !

–         Jean est irremplaçable, c’est un pilier de notre culture !

–         Il faut faire des propositions de nos représentants !

Soudain, on entend un bzzzz, c’est la Mouche du Coche qui bien que n’ayant pas été invitée, vient pointer le bout de son nez.

– Quel drôle de vent t’amène, mouche ?  demande le renard. Tramontane ou mistral ? peu importe : dis nous tes intentions ! as-tu envie d’être constructive et de faire avancer notre projet ?

– Oui, répond la fine mouche, sincère. Vous avez besoin de moi, je ferai l’espionne et vous donnerai des informations : je suis beaucoup plus utile que cette paresseuse de Tortue, ne peut elle s’empêcher de rajouter.

Le Renard s’emporte alors, soupe au lait, comme à son habitude :

– Silence Mouche, la Tortue a pleinement droit d’être ici ; Tu connais la loi comme moi, il nous faut nos 6 % d’handicapés. Commençons plutôt nos débats, y a-t-il des questions pour commencer? Oui, l’Agneau pose ta question !

–    Les nouveaux Jean de la Fontaine doivent ils écrire des poésies ? murmure l’agneau.

–    Non ce n’est pas impératif, affirme le Corbeau. Poésie, prose, qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Question suivante ?

–         Et le cinéma ? Quid du cinéma ? cela n’existait pas à l’époque de notre cher Jean, demande l’Hirondelle qui a fait le printemps dans plusieurs films depuis.

–         Je suis d’accord avec l’Hirondelle, un film peut très bien être une fable, coasse la Grenouille

–         Le nouveau Jean de la Fontaine est il forcément un homme ? Demande Perrette la suffragette

–         Est il forcément français ? renchérit la Souris

–         Point du tout, glougloute le Dindon ! A l’heure de la mondialisation, notre futur Jean peut être de n’importe quelle nationalité.

–         Est il mort ou encore en vie? s’interroge la Pie

–         S’adresse-t-il aux adultes ou aux enfants ? Demande le petit Poisson devenu grand.

–         Doit il faire œuvre d’anthropomorphisme ? demande Perette.

–         Kézako ? anthropomorphisme ?   demande le loup

–         C’est quand on prête aux animaux des sentiments humains, lui répond la laitière.

–         Ah oui comme quand on dit que l’homme est un loup pour l’homme ?  veut savoir le loup

–         Non ça c’est plutôt de l’animalisme. Enfin je crois ! chuchote Perrette en retour.

–    Silence ou je fait évacuer la forêt ! Plus de questions ?  Dans ce cas, voici ma conclusion, dit le Lion.

« Les nouveaux Jean de la Fontaine peuvent être poètes, cinéastes, écrivains, conteurs, comiques, hommes ou femmes, français ou étrangers, parler d’animaux ou d’autres choses, être morts ou vifs,  mais surtout ils doivent montrer les travers de la société avec ironie, faire bouger les lignes, permettre d’assouvir nos désirs de voyages, et manier la satire à bon escient. »

–         Va-t-on donner un nom à notre groupe de réflexion, demande le Geai ?

–         Très bonne remarque, approuve le Renard, en ton honneur appelons notre groupe le Geai 243 pour les 243 fables de ce cher Jean. Et puis sans vouloir nous compter, nous devons bien dépasser le nombre de 200, dans cette clairière.

– Allez amis, partez à la recherche de cette perle rare et rapporter nous des noms, et même des photos, feule le Lion en guide de conclusion.

– Rendez vous dans un an ici même : et toi, Tortue ne va pas trop loin ! La séance est levée.

Le 4 mars 2013

Revoilà nos amis, organisés en Geai 243, dans la même clairière que l’année d’avant : les petits devant, les grands derrière, tous concentrés et tournés vers le Renard et le Lion qui se sont activés pour préparer cette cérémonie de nominations aux « nouveaux Jean de la Fontaine ». Ils ont bien fait les choses : un buffet est installé à l’orée de la forêt ; gâteaux secs, jus de fruits, thé dans la bouilloire, salades pour les herbivores, graines pour les oiseaux, fromage en tout genre pour le reste des invités. (c’est le corbeau qui a fait les courses !)

Ils sont même beaucoup plus nombreux que la première fois, les animaux des fables ayant rameuté toutes leurs connaissances et amis : Il y a là les Girafes, les Hippopotames, les Chevaux, les Insectes,  et toute la Basse-cour. Certains sont venus à pattes, d’autres en canot sur la rivière, d’autres par la voie des airs. Le buzz a été tel dans la forêt que même la presse s’est déplacée pour relater l’évènement : le Hibou et la Gazelle sont les représentants des deux feuilles de choux les plus lues du coin. Ils distribuent au passage des autocollants publicitaires pour leurs journaux respectifs.

–         Avez vous trouvé notre nouvelle idole, demande en premier le Renard.

–         Oui, oui s’écrient tous les animaux, si serrés les uns contre les autres que le service de sécurité se demande si quelqu’un ne va pas défaillir.

–         Je suis le plus jeune, je commence, s’avance le Perdreau de l’année.

–         Je parle au nom des volatiles ici présents : nous avons choisi pour notre nouveau Jean de la Fontaine le cinéaste Hitchcock pour son film « Les oiseaux ». Il a su  montrer que les animaux et en particulier les oiseaux, créatures innocentes,  pourraient un jour se rebeller et attaquer les hommes.

–         Je ne suis pas d’accord avec cette proposition,  s’écria le Loup : ce film est un film d’épouvante et jamais Jean n’aurait cautionné cela.

–         Ah bon ! et le Loup et l’Agneau : ce n’est pas une fable d’épouvante peut être ? l’interrompit l’Agneau, indigné. Mon ancêtre s’est fait manger tout cru tout de même.

–         Pas de censure, s’interposa le Lion, grand seigneur, la proposition d’Hitchcock et de ses oiseaux est retenue comme la proposition des volatiles. Une autre proposition ?

–         Oui,  prit alors la parole, le Lièvre : les animaux d’Afrique et moi même proposons Souleymane Mobdj et ses Contes d’Afrique. Pour ma part j’apprécie beaucoup l’histoire où mon cousin, le Lièvre d’Afrique joue un tour pendable à  l’Eléphant et à l’Hippopotame, les faisant cultiver des légumes pour son compte sans qu’ils s’en aperçoivent, l’un travaille de jour et l’autre trime la nuit et le Lièvre, lui se repose : à la fin les deux compères se retrouvent gros Jean comme devant, ayant travaillé pour rien, arnaqués par le rusé Lièvre.

–    Cette exploitation du petit peuple est immorale, on ne peut accepter ce conteur, s’exclame Perrette.

–         Pas de censure, s’interpose à nouveau le Lion, la  proposition Souleymane Mobdj  et de ses contes est retenue comme la proposition des animaux d’Afrique. Une autre proposition ?

–         Je propose Lewis Carroll  et ses deux livres : « la chasse au Snark » et  « Alice au pays des merveilles », s’écrit le Lapin Blanc Ce livre s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants, il fait intervenir une foule d’animaux comme le Chat, le Dodo, le Lori, le Pigeon et j’en passe. C’est surtout un livre contestataire qui fait réfléchir les lecteurs sur la logique et l’absurde; c’est aussi une féroce critique de la société victorienne : Voilà un digne successeur pour notre Jean.

–         Je suis contre, s’insurge le Cochon : dans la Chasse au Snark, cet auteur invente des animaux qui parlent et des mots qui n’existent pas. Par exemple il dit « Les verchons fourgus bourniflaient. » pour illustrer un cochon vert : les cochons verts n’existent pas, ils ne bourniflent pas non plus, c’est une atteinte à ma dignité de cochon.

–         Pas de censure, s’interposa à nouveau le Lion, la  proposition de Lewis Carroll pour l’ensemble de son oeuvre est retenue comme une proposition valable. Jean a également fait parler des animaux imaginaires comme l’escarbot. Une autre proposition ?

–         Je propose les Pokemon de Satoshi Tajiri, articule la grenouille. Ce sont des petits animaux qui représentent bien la société. Avec eux, les enfants apprennent plein de nouveaux mots et de vocabulaire. Il y a de gentils pokemons et des méchants : la morale est parfois sauve et d’autre fois moins. On le retrouve sous forme de mangas, de jeux vidéo, de dessins animés. Ils sont même capables d’évoluer, n’est  pas fantastique ? mélanger ludique, apprentissage et poésie

Mais là dessus plusieurs voix s’élèvent :

– Ces pokémon sont dangereux : ces jeux vidéos rendent les enfants obsessionnels, barrit l’Eléphant

– Cela les rends aussi agressifs et déconnectés de la réalité, renchérit la Mouche ;

– Cela développe leur imagination, murmure la Tortue mais personne ne l’entend ;

– Les enfants échangent leurs cartes entre eux et les plus petits se font arnaquer, croasse le Corbeau.

– Arrête d’en faire un fromage, Corbeau, cela leur apprend la vie et puis ce n’est pas plus dangereux que les billes, glapit le Renard oubliant son rôle d’organisateur et d’arbitre.

Tout le monde donne alors son avis sur ces petits personnages, Personne n’est neutre, tous ont un avis tranché à défendre : le brouhaha monte alors et les invectives se font de plus en plus fortes.

Comme au temps de la querelle des Anciens et des Modernes, il y a les pro pokémon et les anti. Des noms d’oiseux volent, des coups de becs et de griffes sont donnés, Perrette vexée monte sur ses grands chevaux et s’en va fâchée.

Le Lion  se retrouve alors un peu débordé par les évènements, lâché par le Renard qui invective les volatiles  en général et le corbeau en particulier.

– Silence ou je fais évacuer le Zoo, crie le Lion en dernier recours.

Et c’est ce qui finit par arriver, les Hirondelles dispersent la foule des animaux qui n’arrivent pas à se mettre d’accord. Cette dernière proposition autour des Pokemon a mis le feu aux poudres. Le Geai 243 se dissout dans la forêt et dans la douleur à sa deuxième réunion. Chacun rentre chez lui pour dormir et panser ses plaies.

 

Le  5 Mars 2013

Le lendemain, les animaux lisent cet entrefilet paru dans la Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers (à égalité avec l’ Echo des savanes »)

«Une rumeur s’amplifie dans la forêt : Johnny H nous aurait fait part de son nouveau titre qui sortirait au printemps prochain : « On a tous quelque chose en nous de La Fontaine » »

Pour toutes informations supplémentaires, rendez vous le 4 mars 2014 à FONTENAY LA JOUTE

Contacts et réservations Hibou@lahulotte.fr et Gazelle@echodessavanes.fr

/

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : KO

2. pas plus de 100 mots :2 084 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK

Participation Hors concours à l’agenda ironique organisé par Monesille qui nous invite à raconter un vécu animal ( pas trop quand même, restons décents, des enfants nous lisent), extérieur à l’existence humaine, d’amener ironiquement, toujours, un regard différent sur les étranges habitudes des hominidés pour fêter les ans qui passent et ne reviennent pas.

(rediffusion de mon ancien blog)

Publicités

39 réflexions au sujet de « Aujourd’hui « il faudrait crier » – 15 décembre – Rediffusion pour l’agenda ironique »

  1. Mais pourquoi hors concours, c’est exactement dans le thème, c’est très bien vu, drôle, plein d’impertinence et à la fois de pertinence, (c’est rigolo, je suis abonnée à la Hulotte, c’est génial !) Tu as une culture complète de la Fontaine dis-moi !

    • Coucou Monesille
      Hors concours parce que c’est une rediffusion 🙂
      Pour la Hulotte, j’étais abonnée quand j’étais en primaire 🙂 je suis même allée en classe verte à Boult au bois (ben oui j’ai passé mes 18 premières années dans les
      Ardennes 🙂
      Bisessss

  2. Héhé, joli (même pour une 2e lecture… 🙂 *) en effet, pas du tout hors sujet, même si tu l’as écrit avec une bonne dose de prescience et d’anticipation, ce qui ne gâte rien !

    *2e lecture, parce que tu avais eu la gentillesse de m’en recommander la lecture lors des « 30e plumes », en réponse à la lettre au maitre : https://carnetsparesseux.wordpress.com/2014/06/19/lettre-a-mon-maitre/ (pour le coup, franchement hors concours, car sans bout-de-l’an ni herbe-d’or…)

  3. J’adore !!!
    Et, grâce à toi, je vais ressortir les exemplaires de La Hulotte que j’avais offert à ma cadette.
    Ta conclusion me ravit. :)))
    Bises et douce soirée.

  4. Ta ta ta, c’est totalement hors sujet !!!!! Si ce n’est la finesse, la subtilité, la drôlerie, l’animalomorphisme de la bouche quand elle les fait parler et l’humanomorphisme qui les fazit ne point s’entendre…
    Si mon vote n’est pas déjà dévolu à Jo, à Martine ou à Carnets quand il viendra à-pattes-nommées, il est tien, moi j’dis !!!

  5. Ping : Agenda du bout de l’an-Hi-han- Quel festival ! | monesille

  6. Mais que nenni, ce n’est point hors sujet, comme disaient les autres du dessus et même si c’est vieux, la vieillerie n’atteint pas la bave des crapauds. Moi, je suis nouvelle et si personne ne remet le vieux là où il doit être, à la place du neuf, les nouveaux ne voient pas que l’antique a remplacé le nouveau et que ça fait vintage et… Vous me suivez, là, devant ? Bon, moi ce que j’en dit, c’est que c’est du tout bon et que je vote pour. Je sais : tout le monde s’en fout, mais quand même !

  7. Ping : Agenda du bout de l’an-Hi-Han- Récapitulatif au quart de tour ! | monesille

  8. Ah les Pokemon… NON ! J’ai horreur de ces trucs mais il a fallu que j’en passe par là avec le loustic Clément ! On jouait « à la bataille » avec ces cartes. Bien entendu, Clément me battait à plate couture puisqu’on pouvait regarder la valeur des cartes et qu’il choisissait les plus fortes ! Ça m’arrangeait, la partie se finissait plus vite ! 😀
    Mince alors ! L’escarbot existe donc ? J’ai la tête comme une pastèque après avoir lu tous ces textes. je me refusais à la fumette mais je crois que je vais me rouler un peu d’herbe dorée pour chasser tous ces animaux de mon ciboulot !
    bonne nuit

    • 🐥🐹🐀🐁🐭🐂🐆🐅🐮🐄🐃🐯🐇🐰🐈🐱🐎🐴🐏🐑🐐🐤🐔🐓🐦🐧🐘🐪🐫🐕🐷🐖🐗🐩🐼🐶🐵🐺🙈🐻🙉🐨🙊🐒🐉🐲🐊🐍🐢🐸🐋🐳🐬🐡🐠🐟🐙🐌🐛🐜🐝🐞🐾

      Mince il manque plein d’animaux dans les emojis : la gazelle, le lion , l’âne et la belette ….
      Bonne soirée Jacou 🙂

  9. soyons jouteurs, retrouvons nous tous au rendez-vous du 4 mars 2014 à FONTENAY LA JOUTE.
    Je commence à écrire mon texte Lafontainien qui s’intitulera le vers qui voulait versifier aussi rond que l’univers.
    A très bientart. 😀

  10. Ping : Voici enfin le sujet blanc, une longue histoire vous y attend | patchcath

  11. Ping : Agenda ironique de l’an neuf (mais seize) et du mois Blanc – patchcath

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s