Pendant qu’il est encore temps – Nâzim Hikmet

Pendant qu’il est encore temps

:

Pendant qu’il est encore temps, ma rose,
avant que Paris ne soit brûlé et détruit,
pendant qu’il est encore temps ma rose,
Pendant que mon coeur est encore sur sa branche.
Me voici, par une de ces nuits de mai,
…………….t’appuyant contre un mur du quai Voltaire,
…………….il me faut t’embrasser sur la bouche.
Et puis, tournant vers Notre-Dame nos visages,
il nous faut contempler la rosace.
Soudain tu devras
………………………..te serrer contre moi ma rose,
………………………..de peur, de surprise, de joie,
et tu devras pleurer silencieusement.
Les étoiles bruineront,
très fines, se mêlant aux lignes de la pluie.
Pendant qu’il est encore temps, ma rose,
avant que Paris ne soit brûlé et détruit,

pendant qu’il est encore temps ma rose,
pendant que mon coeur est encore sur sa branche.
En cette nuit de mai sur les quais il nous faut aller,
sous les saules, ma rose,
sous les saules pleureurs trempés.
Je dois te dire les deux plus beaux mots de Paris,
…………………..les plus beaux, ceux qui ne mentent pas.
Puis, en sifflotant,

;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;il me faut crever de bonheur,
……………………….et nous devons croire aux hommes.
Là-haut les immeubles de pierre
s’alignent sans coins ni recoins
et leurs murs en clair de lune
et leur fenêtres bien droites dorment debout,

et sur l’autre rive, le Louvre,
sous le feu des projecteurs,
………………………………….illumine pour nous ……………………………………..notre palais de cristal…
Pendant qu’il est encore temps, ma rose,
avant que Paris ne soit brûlé et détruit,

pendant qu’il est encore temps, ma rose,………………………………………

pendant que mon cœur est encore sur sa branche.
En cette nuit de mail, sur le quai devant les dépôts

nous devons nous asseoir sur les bidons rouges.
Le canal en face pénètre dans l’obscurité.
Une péniche passe,
Saluons la, ma rose,
Saluons la péniche à la cabine jaune,
S’en va-t-elle vers la Belgique ou la Hollande?
A la porte de là cabine
……………………….une femme au tablier blanc
……………………………………………..sourit avec douceur.
pendant  qu’il est encore temps, ma rose,
avant que Paris ne soit brûlé et détruit,
pendant qu’il est encore temps, ma rose,
Peuple de Paris, peuple de Paris
ne laisse pas détruire Paris.

:

13 mai 1958

:

Nâzim Hikmet – Il neige dans la nuit et autres poèmes.

Publicités

21 réflexions au sujet de « Pendant qu’il est encore temps – Nâzim Hikmet »

  1. Ce texte est sublime. Et pas du tout parce qu’il a des résonnances actuelles. Parce qu’il est magistralement écrit et distille plein d’émotions. Ces quais, cette Seine scène, et Simenon (pas possible qu’il n’ait pas pensé à Simenon, cap au Nord. Somptueux, je pèse mes mots et je t’en remercie. Bises.

  2. J’ai lu jusqu’au bout, ce qui est rare pour un poème assez long, puisque la poésie n’est pas ma tasse de thé. Si j’ai lu jusqu’au bout, c’est que ce poème a des qualités à mes yeux.
    Visionnaire, le poète?

    • Le poète est Nâzim Hikmet
      J’ai trouvé le recueil en question à la bibli après avoir entendu (ou lu) Tahar Ben Jelloun en parler…
      Un poète turc marqué par la prison puis l’exil..
      Bisess Mind 🙂

Poster votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s