Aujourd’hui « conte de fée et agenda ironique » – 12 décembre

persisatance de la mémoire

Nous partîmes à deux et en arrivant à bon Port-Lligat nous étions toujours deux, moi Béchamelle la chamelle, et mon acolyte Pygmée-Lion, le nez dans son livre, confortablement installé entre mes deux bosses. En préparant notre paquetage, Valentyne nous avait dit « Ne revenez que quand vous aurez trouvé la raison de mon syndrome de la page blanche qui m’a frappé autour de mi-novembre ».

Valentyne a réglé le minuteur de temps sur trois heures du matin comme indiqué dans la notice du professeur Taurus et nous a injecté dans le tableau de Dali « Persistance de la mémoire » . D’après Wiki , nous aurions dû facilement en faire le tour puisqu’il s’agit d’un tableau de 24X33 centimètres. Cependant nous marchions dans le désert depuis des heures et la mer que nous voyions au loin ne s’approchait toujours pas… je désespérais un peu, en cela peu aidée par Pygmée-Lion qui relisait les 243 fables de Jeannot-lapin de la Fontaine. Soudain, sortant de sa torpeur qui durait depuis un mois, Pymée-Lion, mon maître et néanmoins ami s’écria : « Montres, Montres à Chambord »(1). Il faut dire qu’installé en haut, telle la vigie d’un vaisseau du désert, il avait une vue imprenable des lieux.
Il avait raison : trois montres molles se dessinaient dans le lointain, vraisemblablement des chamoiseries (2) clinquantes et trébuchantes : la première indiquait 7h moins 5, la deuxième midi ou minuit (vraisemblablement midi vu le soleil de plomb qui nous cognait dessus) et la troisième reposait sur un corps étrange recouvert d’une peau de mouton peu ragoûtante, foie de chameau.

Bizarrement, nous fûmes au pied de cet endroit étrange en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ouf. La peau de mouton bougea. Pygmée-Lion, plus courageux quand il est dans sa lampe magique, se cacha derrière ma première bosse. Comme entre deux chameaux, on choisit toujours le moindre, je m’avançais et soulevais doucement la peau de mouton. Sous celle-ci, se cachait une charmante fée, (enfin charmante si on considère qu’elle avait passé au moins les deux dernières années sous une peau de mouton), elle nous tint à peu près ce langage : je m’appelle Peau-de-Brebis.
– La cousine de Peau d’âne ? demandai je d’un coup, rassurée d’être en terrain connu.
– Elle même ! Je suis la gardienne des hôtes de ce désert. Posez moi votre question ?
– Pourquoi Valentyne n’a plus aucune inspiration ? demanda alors abruptement Pygmée-Lion faisant fi des formules de politesse. Il nous faut la réponse maintenant car nous allons bientôt être exfiltrés, il doit bientôt être trois heures du matin.
D’un ton lourd et sentencieux, la fée Peau-de-Brebis s’esclaffa : L’inspiration ne se commande pas, il faut la bichonner, la titiller, la border le soir, l’abreuver de nouvelles visions……. Par contre, je peux vous donner un stimulant pour Valentyne. Cela vous coûtera CENT SOUS !
Nous nous regardâmes avec Pygmée-Lion, nous n’avions pas un radis sur nous, l’aventure tournait court !!!
Inflexible, Peau-de-Brebis remballa son stimulant dans sa panse farcie et secoua la tête : je ne fais du commerce que quand on me paie brebis sur l’ongle. Pygmée-lion retrouvant tout son panache, se redressa tel un chamoiseau (3) du XIIIème siècle et s’apprêta à s’emparer du remontant. Mon coeur en bat encore la chamade devant tant d’audace.

C’est à ce moment que nous fûmes aspirés par le minuteur de temps et que Valentyne, valises sous les yeux, nous accueillit pleine d’espoir, avide de connaître la cause de son aninspiration.
Pygmée-Lion, qui connait ses classiques, lui dit « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ».

A suivre ……

(1) Chambord : babord pour un chameau (ndt)

(2) Chamoiserie : mot commun aux langages des chamois et des chameaux, synonyme vraisemblable selon le professeur Taurus de chinoiseries.

(3) un chamoiseau est à Lawrence d’Arabie ce qu’un damoiseau est à DH Lawrence…..

.

Double participation à l’agenda ironique, organisé par Martine et par Monesille 

.

366 réels à prise rapide (les règles sont ici)

1. écrire sur le vif : OK

2. pas plus de 100 mots :634 mots

3. éléments réels de la journée : KO

4. suivre la consigne de la date : OK (il y a une fée dans ce conte à dormir debout)

Publicités